Culture

Achille Kubika, un musicien-banquier

Achille Kubika ne recule devant rien pour réaliser son rêve: chanter. Même son boulot à la Banque commerciale du Congo -BCDC/Lukala- ne le dissuade pas. Tellement passionné de la musique, Achille Kubika est parvenu à bien aménager son temps de banquier pour réaliser un single, intitulé «Now I see». Single qu’il compte larguer sur le marché du disque au mois de novembre prochain. Cette chanson d’amour, chantée en français et en anglais dans un style Rumba-RnB, a une valeur de test. Si «Now I see» cartonnait, Achille Kubika affirme qu’il est prêt à demander une mise en disponibilité ou carrément démissionner de son poste de banquier à la BCDC. Il précise en plus qu’il est même prêt à fonder sa propre formation musicale ou un groupe d’accompagnement. Produit par son cousin, Eric Lapap, vivant à Buffalo aux Etats-Unis, ce single connait actuellement l’étape de duplication de CD.
Ce n’est que vers mi-octobre que les affiches d’annonce et les spots publicitaires seront disponibles. Achille Kubika fit ses premiers pas dans la musique en 1998 à Matadi dans un groupe musical de son école, «Collège de la Sagesse». Deux ans après, en 2000, il intègre «Pluton musica», un ensemble musical de Matadi. Il a même tourné un clip vidéo numérique avec cet orchestre. «A cette époque, nous étions un groupe à succès, tout Matadi le sait», se souvient Kubika. Malgré ce succès, Achille Kubika ambitionnait toujours d’intégrer Wenge BCBG de JB M’piana. Un rêve qui n’a pas été réalisé parce qu’il devrait poursuivre ses études universitaires.
Juste après ses études universitaires, il se fait embaucher par une entreprise de Télécommunications de la place toujours à Matadi en qualité de Field marketer. Fin contrat, il frappe à la porte de BCBG. En attente de la réponse, sa sœur cadette lui trouve un boulot dans une usine à Limete à Kinshasa. Job fini et  découragé, Achille Kubika est hanté par l’esprit kinois. En 2012, il rêve de s’expatrier en Europe. Malchanceux, selon ses propres termes, l’ambassade refuse de lui octroyer le visa. Heureusement qu’en début d’année 2013, la BCDC l’embauche et il y bosse jusqu’à ce jour. Qu’à cela ne tienne, Achille Kubika veut se faire découvrir dans «Now I see» non sans promettre de grandes choses.
 
Barick BUEMA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer