ActualitésDossier à la UneSports

Tshibala au chevet de Ndaye ce lundi

Un geste du fond du cœur. Un geste devoir que celui qu’entreprend de poser ce lundi le Premier ministre Bruno Tshibala à l’endroit de la vieille gloire des Léopards, le champion d’Afrique et mondialiste 1974, Ndaye Mutumbula, affaibli par la maladie et hospitalisé depuis plus de deux semaines aux Cliniques Ngaliema. La visite va intervenir 24 heures après la victoire de l’As V.Club devant Renaissance-Berkane du Maroc, en quarts de finale aller de la Coupe de la CAF. Ndaye a déjà reçu l’assistance de plusieurs personnalités du pays mais a affiché son côté négligeant en dilapidant les fonds mis à sa disposition pour sa propre couverture médicale. N’empêche, il est du devoir du gouvernement de voler au secours de ce symbole, cette icône nationale. Un devoir que Bruno Tshibala entend accomplir sans atermoiement.
Aussitôt mis au courant, par son ministre des Sports et Loisirs Papy Niango, de la détérioration de l’état de santé de l’homme qui détient le record des buts de la CAN depuis 1974, le Premier ministre a décidé de se rendre à son chevet aux Cliniques Ngaliema, où il est interné depuis le 31 août dernier.
«Du 31 août au 2 septembre, Ndaye Mutumbula a été admis aux urgences pour des complications dues à la prostate et l’hypertension. Mais depuis le 3 septembre, il est pris en charge au pavillon consacré à l’urologie. Son tableau médical est entre les mains de ses médecins. Son état nécessite une intervention rapide», explique un proche du dossier, Me Alain Makengo.
En dehors de son déplacement des Cliniques Ngaliema, Tshibala a déjà mobilisé ses ministres des Sports et Loisirs, des Affaires sociales et de la Santé pour assurer une prise en charge méritée à ce monument du football africain. Dimanche, en bon père de famille, le ministre des Sports et Loisirs Papy Niango, a dépêché son directeur de cabinet aux Cliniques Ngaliema pour apporter sa modeste contribution en vue d’un début des soins appropriés.
Tino MABADA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer