Actualités

Thérèse Kayikwamba: «La feuille de route de Luanda, seul et unique cadre pour le retour de la paix à l’Est du pays»

Il n’y aura pas un autre cadre de concertations pour le retour de la paix durable à l’Est de la RD-Congo, à part la feuille de route de Luanda». C’est la ministre d’Etat en charge des Affaires étrangères, Coopération internationale et Francophonie, Thérèse Kayikwamba, et son homologue de la Communication et Médias, Patrick Muyaya Katembwe, qui l’ont souligné le lundi 8 juillet lors d’un briefing qu’ils ont coanimé et qui avait à son ordre du jour: les nouvelles orientations diplomatiques du gouvernement pour ce nouveau quinquennat. Ce tout premier briefing du gouvernement, que d’aucuns considéraient comme un baptême de feu pour la min’Etat en charge des Affaires étrangères, a été plutôt une réussite, à voir sa disponibilité à répondre à toutes les questions.

Les deux membres du gouvernement ont saisi cette occasion pour aborder, avec les professionnels des médias, certains points chauds de l’actualité notamment la trêve humanitaire proposée par les Etats-Unis à l’Est du pays, le dialogue avec le mouvement terroriste M23, le déploiement des troupes tchadiennes en RD-Congo… S’agissant principalement de la situation préoccupante à l’Est du pays, les deux ministres ont soutenu que le processus de Luanda est et demeure l’unique cadre de concertations pour le retour de la paix à l’Est du pays.

«Je peux vous assurer que le processus de Luanda est le seul et unique cadre dans lequel nous allons chercher une solution durable à la guerre de l’Est», a souligné la min’Etat Kayikwamba, tordant ainsi le cou à certaines rumeurs ayant circulé sur un dialogue entre Kinshasa et Kigali.

Toujours au chapitre de la diplomatie, l’oratrice du jour qui, pour beaucoup, n’a pas raté sa première sortie médiatique, elle mènera «plus de diplomatie pour plus de paix». Au sujet des préoccupations liées à diplomatie RD-congolaise, accusée de traîner en longueur sans résultats. «Je crois qu’avec le front diplomatique, nous avons marqué des points positifs», a indiqué Patrick Muyaya, citant comme illustrations la levée de l’embargo sur l’achat des armes, le fait qu’aujourd’hui, le Rwanda soit pointé du doigt comme agresseur de la RD-Congo, mais aussi le revers essuyé par Kagame de la part de l’Union européenne qui a, il y a peu, gelé sa demande d’assistance militaire.

Pour le porte-parole du gouvernement, la diplomatie continuera à fonctionner en même temps que d’autres fronts tout aussi opérationnels tels que le front militaire, le front médiatique, le front économique et le front judiciaire. La ministre d’Etat Thérèse Kayikwamba qui a bien réussi son baptême de feu, a fait œuvre utile en déclinant les principales orientations du gouvernement sur le plan diplomatique, non sans dire un mot sur ce qu’elle pourra apporter comme appui au gouvernement. «Il s’agit d’une diplomatie qui va être ciblée sur des intervenants -clés dans l’Est de la RD-Congo en commençant par les pays de la région, mais aussi par les pays membres du Conseil de sécurité», a-t-elle signifié, rappelant que la RD-Congo est un membre dynamique des Nations unies.

«Nous allons aussi accompagner le Chef de l’État avec des plaidoyers en ciblant les organisations internationales et les Etats membres de ces organisations internationales», a-t-elle ajouté. Comme un des axes de la diplomatie qu’elle aura à mener, le processus de Luanda. «Nous allons aussi continuer les efforts diplomatiques dans le cadre du processus de Luanda, processus très important qui devait nous aider à trouver la solution durable à la situation de l’Est du pays», a-t-elle poursuivi avant de faire une mise au point sur les rumeurs d’un prétendu dialogue entre Kinshasa et Kigali tout récemment.

Tout cela, a indiqué le patron des médias, n’est que mensonge distillé par le Rwanda, dans le seul but d’induire l’opinion en erreur et, partant, démobiliser les troupes au front. Muyaya a appelé à s’en méfier, et surtout si l’information n’est pas relayée par la RTNC, ou tout autre organe de presse local. C’est ainsi que dans le souci de lutter contre les fake news, le ministre a promis de bloquer certains comptes X -ex-Twitter- qui opèrent pour le compte de Kigali.

Eventuelle intervention des troupes tchadiennes en RD-Congo

De son côté, la patronne de la diplomatie a tenu à apporter des précisions sur la trêve humanitaire décrétée par les USA. «Nous devons contextualiser l’initiative des USA qui ont proposé une trêve dans le cadre de bons offices. Les bons offices en diplomatie, tout le monde peut en faire usage et les USA en ont fait, parce qu’ils ont un accès facile à la RD-Congo et au Rwanda», a indiqué l’oratrice.

Et de poursuivre: «une trêve humanitaire est pour nous importante parce qu’elle offre un répit à la population. Je salue ces bons offices d’un État membre permanent du Conseil de sécurité qui veut contribuer, à travers cela, à atténuer une situation qui prend des envergures inquiétantes. Et nous attendons encore plus que cela des Etats-Unis d’Amérique. Qu’il arrive d’autres leviers pour créer un dialogue plus sincère avec tout un arsenal tel que des sanctions politiques, économiques, de prises de paroles plus robustes et nous comptons sur les USA pour puiser dans leur arsenal qui pourrait conduire à une résolution plus durable», a martelé Thérèse Kayikwamba.

Pour d’autres sujets évoqués avec la presse, il ne sera jamais question de discuter avec les supplétifs du M23, position déjà maintes fois exprimée par le gouvernement RD-congolais et renouvelée par Patrick Muyaya lors de sa réponse à une question. Au sujet de l’éventuelle intervention des troupes tchadiennes en RD-Congo, le sujet n’est pas à l’ordre du jour, le Tchad n’étant pas membre de la SADC, a tranché la cheffe de la diplomatie RD-congolaise.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page