ActualitésEcofinNation

Budget 2020: Inagosi, avocate du Haut-Uélé

Dans le cadre de la réunification routière, il était prévu de bitumer progressivement les routes assurant la liaison entre les chefs-lieux et les grands centres. Dans le cadre de ladite réunification, où en sommes-nous pour les provinces issues du démembrement de l’ancienne Province Orientale? C’est la préoccupation exprimée par la députée nationale Geneviève Inagosi Bulo Ibambi Kassongo.

L’élue de la circonscription électorale de Wamba et ministre honoraire du Genre est intervenue lors du débat général sur le projet de loi des finances 2020 présenté par le Premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba. Geneviève Inagosi est encore revenue une fois à la charge pour défendre la cause de l’actuelle province du Haut-Uėlė, longtemps marginalisée. Elle espère que cette province, son terroir, va également bénéficier des infrastructures de base et en priorité le bitumage de la RN 25 Niania-Isiro qui passe par le territoire de Wamba. Une autre question posée au Premier ministre par la députée Inagosi a été celle de savoir quand est-ce que le gouvernement va sérieusement se pencher sur la question d’insécurité créée par les groupes armés LRA venus de l’Ouganda, des rebelles sud-soudanais et des éleveurs Mbororos? Elle a tenu à rappeler que ces rebelles disposent, jusqu’à ce jour, d’armes à feu pour leur auto-défense. Ils violent et s’attaquent aux paisibles citoyens lorsque ces derniers vont dans les champs. Ils tuent et leurs cheptels ravagent tout sur leur passage. «À ce sujet, la population du Haut-Uélé attend de vous et de votre gouvernement leur cantonnement suivi de leur rapatriement vers leurs pays d’origine», a insisté l’élue de Wamba. Se souvenant des assises nationales sur le coulage des recettes organisées en mai 2013, Geneviève Inagosi dit avoir constaté que nombreuses mesures emblématiques restent encore non appliquées à ce jour, notamment la mise en place d’un cadre vertueux qui puisse favoriser la prise de conscience pour une meilleure gestion du bien commun. Bref, un changement des mentalités fixé sur le civisme fiscal. En 2013, les experts ont estimé déjà qu’USD 15 milliards, soit le double des ressources mobilisées en 2019 échappaient au Trésor public. Dans l’entendement de la députée de Wamba, il ne sera pas facile de mobiliser près de CDF 17 mille milliards soit un taux d’accroissement sacrificiel de 63% par rapport à l’exercice 2019. Geneviève Inagosi estime qu’en se constituant une très bonne équipe de plombiers vertébrés, le Premier ministre Ilunga saura identifier les points de fuite des capitaux, sanctionner et ramener le maximum de flux financier échappant au Trésor public. Une autre plainte exprimée par la députée Geneviève Inagosi, c’est l’absence dans le projet du budget 2020, des prévisions des dépenses en rapport avec les élections de 2023. Elle a en outre voulu avoir des assurances du Premier ministre sur l’organisation effective des élections locales, urbaines et municipales. A cela s’ajoute le parachèvement du processus de la décentralisation administrative et financière. Car, a-t-elle fait remarquer, certaines directions administratives ainsi que les régies financières sont jusqu’à ce jour non démembrées. Une situation qui cause un dysfonctionnement dans la chaîne administrative. Députée nationale et membre du Front commun pour le Congo -FCC- appartenant au groupe parlementaire «Alliance pour l’Avenir», Geneviève Inagosi est parmi les élus ayant opté pour la recevabilité du projet de loi des finances 2020 en vue de son examen approfondi en commission.J.B

Articles similaires

Fermer
Fermer