ActualitésSports

Stade Kashala Bonzola: Ngoyi Kasanji marque son histoire

Lancés en juin 2014, les travaux de construction du grand stade de Mbuji-Mayi, dans la province du Kasaï Oriental, arrivent à terme d’ici peu. Au regard des avancées significatives des travaux, les ingénieurs projettent la remise de l’ouvrage pour début 2018. Ceci est d’autant plus encourageant que la pose du tapis vert sur l’aire de jeu vient à peine de prendre fin, après un mois de travaux. Ainsi, le président de Sanga Balende et initiateur du projet,  Alphonse Ngoyi Kasanji sera fier de présenter prochainement aux amoureux du ballon rond un habitacle pierreux répondant aux normes pointues de la Confédération africaine de football -CAF. Ce qui lui permet d’inscrire son nom en lettres d’or dans les annales de l’histoire sportive de la province du Kasaï en léguant à la jeunesse des installations modernes pouvant faciliter la promotion et le développement du football et d’autres disciplines connexes à Mbuji-Mayi. Baptisé du nom de Kashala Bonzola, l’achèvement des travaux de ce stade d’une capacité de 23.000 places et qui ont duré pendant trois ans, n’est plus qu’une question de semaines. Ainsi Mbuji-Mayi pourra rivaliser d’ardeur avec d’autres stades du continent en offrant son hospitalité aux équipes engagées dans les compétitions régionales, nationales et africaines. Un pari quasi gagné pour Alphonse Ngoyi Kasanji qui s’est totalement investi en mettant tous les moyens requis pour l’érection de ce bijou dans la capitale diamantifère du pays.    
 
Le compte à rebours a déjà commencé pour la fin des travaux de construction du stade de Mbuji-Mayi baptisé du nom de Kashala Bonzola. L’aire de jeu est couverte de gazon synthétique, après un mois de travaux. Elle rejoint ainsi le standing des stades des Martyrs et Tata Raphaël de Kinshasa, Frédéric Kibassa Maliba et Tp Mazembe de Lubumbashi. Régulièrement, le gouverneur est descendu personnellement sur le chantier en vue de palper du doigt l’évolution des travaux de construction et assurer une motivation conséquente aux travailleurs. Après l’aire de jeu, les efforts de finition se concentrent maintenant sur les autres axes -gradins, vestiaires, parking, route d’accès vers le stade-. Dans les prochaines semaines, l’équipe phare de la province Sa Majesté Sanga Balende y livrera toutes ses rencontres. De quoi pousser les jeunes gens à travailler d’arrache-pied pour hisser le niveau de leurs prestations au regard des moyens matériels, financiers et logistiques ainsi réunis.
Un projet soutenu par les hautes personnalités du pays ainsi que la population
L’initiative du président de SM Sanga Balende de doter la province du Kasaï Oriental d’une infrastructure sportive moderne a bénéficié du soutien aussi bien des gouvernements central et provincial que de l’ensemble des forces vives de la province. Le coût global du projet est évalué à USD 3 millions. Les contributions volontaires sont venues de partout, les uns apportant de l’argent liquide, les autres offrant des biens en nature -sacs de ciment, pierres, barres de fer, planches …
Cette louable initiative a suscité l’adhésion de plus hautes personnalités du pays. Selon le Gouv’ Alphonse Ngoyi Kasanji, le président de la République Joseph Kabila Kabange a personnellement contribué à hauteur d’USD 1 million pour l’érection de ce stade voulu moderne. Moïse Katumbi Chapwe, ex-gouverneur de l’ex-province du Katanga et chairman du Tp Mazembe, a offert USD 100.000,- comme participation aux travaux. Pour sa part, l’évêque de Mbuji-Mayi, au nom de son diocèse, a remis un tableau d’affichage électronique pimpant neuf ramené de l’Europe. De leur côté, les hommes d’affaires, les diamantaires et les commerçants ont rivalisé d’ardeur en déliant leur bourse, répondant positivement à l’appel du gouverneur Ngoyi Kasanji.
Une fois complètement achevé, le stade Kashala Bonzola de Mbuji-Mayi sera compté parmi tant d’autres infrastructures sportives construites ou en cours d’érection, déjà homologuées par la Confédération africaine de football-CAF- en RD-Congo. Et son initiateur restera à jamais dans les mémoires de la population de Mbuji-Mayi comme c’est le cas avec Moïse Katumbi Chapwe à Lubumbashi et, prochainement, Jacques Mbadu Situ à Matadi.

Olitho KAHUNGU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer