ActualitésDossier à la UneNation

[Sondage] Fatshi: sa cote de popularité en hausse

Le dernier sondage mené par l’institut Les Points a passé en revue les actions initiées par le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo tout au long de ses cent premiers jours au pouvoir. «Globalement, le Chef de l’Etat totalise 64% d’opinions favorables», a conclu le rapport du sondage parvenu à AfricaNews. Il ressort de ce sondage que la cote de popularité du Président Fatshi est en nette augmentation dans certains domaines à l’instar de la décrispation politique avec le retour au pays de Moïse Katumbi, après trois ans d’exil, et de Sindika Dokolo. Outre les actions du Chef de l’Etat, le sondage s’est aussi penché sur les derniers jours du Gouvernement Tshibala, chargé d’expédier les affaires courantes après sa démission intervenue le 20 mai. Ici, Michel Bongongo, Chantal Safou, Marie Ange Mushobekwa et Henri Yav se distinguent. «Le carton rouge a été attribué à Basile Olongo pour avoir ordonné l’arrestation brutale du député national Lambert Omalanga en violation  de ses immunités parlementaires. Un geste que les masses silencieuses n’ont pas apprécié», a précisé le rapport de sondage dont le résumé vous est proposé dans les lignes suivantes.

Tino MABADA

Tshisekedi conserve sa cote…

Après le départ de certains ministres qui ont été élus à l’assemblée nationale, plusieurs portefeuilles  ont été  confiés, de manière intérimaire à d’autres ministres. C’est cette équipe réduite qui a accompagné les premiers pas du Président de la République à la tête du pays.Notre Institution a réalisé un baromètre de l’exécutif pour ces ministres, lequel a pris en compte les actes posés par chacun d’entre eux d’abord dans son ministère originel et ensuite dans son ministère intérimaire. Pour cette raison, contrairement à nos baromètres habituels, seuls 3 ministres ont atteint  plus de  50% d’opinions favorables. Nos  enquêteurs ont également passé en revue l’action du président de la république sur cinq volets essentiels de son action. Il s’agit de:

– La décrispation de l’espace politique avec notamment la libération de Ne Mwanda Nsemi et le retour de Sindika Dokolo et de Moise Katumbi au pays après plusieurs années d’exil politique. Il passe de 87% à ses 100 jours à  91% d’opinions favorables, soit un accroissement de 4% ;

– Sur le plan économique, les rumeurs qui circulent sur le dépassement budgétaire de plus de 202% durant ses 100 premiers jours constituent une force de pesanteur sur l’action du Chef de l’Etat. Il chute de 57% à 49%, soit une baisse  de 7%. A en croire certains analystes économiques, ceci est un mauvais départ qui peut fortement influer sur la dépréciation du Franc Congolais face aux devises étrangères ;

– Sur le plan sécuritaire, on enregistre des avenacées significatives qui lui font passer  de 63% (100 jours) à 69%, soit un accroissement 6%. Dans cette rubrique, les enquêtés ont enregistré des reformes significatives dans les Forces Armées allant des  avantages prévus ou accordés aux hommes en uniformes au  climat de paix qui règne sur l’ensemble du territoire à l’exception de quelques foyers sporadiques enregistrés dans le territoire de Béni ;

– Au plan des infrastructures, plusieurs critiques sont enregistrés suite aux travaux faits par les journaliers impayés qui passent le temps à vendre les matériaux de services pour survivre et aussi à  la qualité de travail fait à la va vite, sans aucune garantie en termes de durée.  Sur ce volet, la cote de popularité du Président de la République passe de 71% à 65%, soit une chute de 5% ;

– Sur le plan social, la situation n’a pas changé et les répondants affirment n’avoir pas enregistré un changement. Il se maintient par conséquent à 45%.

Globalement, le Chef de l’Etat  totalise 64% d’opinions favorables.

Côté gouvernement, ce sont quatre ministres qui ont été bien cotés dans ce baromètre. Il s’agit de Michel Bongongo  qui, a gagné plus des points auprès de la population, Chantal Safou, Marie Ange Mushobekwa et Henri Yav. Le carton rouge a été attribué à Basile Olongo pour avoir ordonné l’arrestation brutale du député national Lambert Omalanga en violation  de ses immunités parlementaires, un geste que les masses silencieuses n’ont pas apprécié.

Michel Bongongo

Michel Bongongo, Ministre d’Etat à la fonction publique et ministre a.i de la défense est le ministre le mieux coté des congolais au cours de trente derniers jours avec 72% d’opinions favorables. Certes, il est une figure connue et respectée notamment pour la réussite du programme de rajeunissement de l’administration publique, mais son action à la tête du ministère des armées lui a ajouté quelques points de plus. Et sa dernière tâche n’a  pas été aisée car, il a joué un rôle important  auprès du Chef de l’Etat pour la prise des décisions importantes allant dans le sens de l’amélioration des conditions sociales des militaires en fonctions d’une part, et de la retraite honorable pour les hommes en uniformes et la prise en charge efficace des  blessés de guerre d’autre part.En effet, jadis appelée «journée de la libération», le 17 mai, date commémorative de l’entrée des troupes de l’Alliance des  Forces Démocratiques pour la Libération du Congo -AFDL- à Kinshasa s’appelle dorénavant «journée nationale de la Révolution et des Forces armées de la RDC». Pour donner tout le sens à cette nouvelle dénomination, le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi a  déposé une gerbe de fleurs devant le Mémorial du Soldat congolais et procédé à la remise des allocations de fin de carrière aux retraités ayant servi sous le drapeau.Ceci faisant, il a tenu à magnifier le sang versé par les militaires pour sauvegarder l’intégrité territoriale et la souveraineté de la mère patrie. Selon des sources présidentielles, des stratégies sont en train d’être peaufinées  au ministère de la défense pour relancer la réforme de l’armée initiée depuis 2018 sous la présidence du Chef de l’Etat honoraire Joseph Kabila. C’est à ce niveau que la quasi-totalité des répondants à ce baromètre apprécie le savoir-faire de Michel Bongongo et son expertise acquise en matière des réformes institutionnelles, lui qui rappelle-t-on ; aura marqué pour l’éternité, d’une empreinte indélébile la réforme de l’administration publique en République démocratique du Congo.

Ainsi, dans le cadre de la poursuite de ces réformes, on annonce le renforcement de trois zones de défense des corps et servixes, des groupements et bases militaires avec ue doctrine d’emploi graduelle des forces. Ce, dans le but d’assurer la défense du territoire nationale et la souveraineté du pays tout en renforcant la confiance de la population envers son armée en vue de la réinstauration d’une paix durable.

Chantal Safou

La Ministre du  Genre, Famille et Enfant reste dans le Top des ministres les plus appréciés des congolais. Avec 60% d’opinions favorables, Chantal Safou est  arrivée en deuxieme position grâce notamment à son action en faveur de la promotion et accroissement de la connaissance des processus sociaux, économiques  et démographiques des familles.

A cet effet, les répondants notent qu’elle a, en marge de la journée internationale des familles célébrée  le 15 mai, fêté la famille congolaise autour du thème national «familles congolaises face aux changements climatiques, quelles sont les mesures à prendre». D’autre part, elle s’implique pour le renforcement des capacités des femmes en vue de renforcer leur représentativité dans les instances de prise de décisions. En témoigne sa présence remarquable à la sortie officielle de la structure dénommée Dynamique nationale des femmes candidates (Dynafec) intervenue le 17 mai 2019.

D’autre part, en sa qualité de Ministre a.i des Affaires sociales, Chantal Safou a au nom du gouvernement, distribué, dans le cadre du programme d’urgence du Chef de l’Etat, un lot de vivres et médicaments à quelques homes de vieillards à Kinshasa.

Henri Yav

Le Ministre des Finances Henri Yav ferme la manche avec 56% d’opinions favorables essentiellement pour la rapidité avec laquelle les fonds sont décaissés pour le financement des grands travaux de réhabilitation des infrastructures routières dans le cadre du programme d’urgence du Chef de l’Etat. Mais environ 41% des répondants n’apprécient pas la dépréciation de la monnaie locale qui, a vu le taux de change passer de 1620 FC le dollar américain à 1660 FC par USD au cours de deux dernières semaines.

Leur scepticisme est renforcé par les 9 leçons du Fonds Monétaire international (FMI) au gouvernement congolais pour aider la RD à freiner la corruption.

Marie Ange Mushobekwa

La Ministre sortante des Droits Humains sort la tête haute du gouvernement. Elle s’en est allée comme elle était venue, c’est-à-dire avec des actions d’éclats. Les dernières en date  ont été ses assurances sur l’engagement et la détermination du gouvernement à protéger les droits de l’homme après la publication du dernier rapport du Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme (BCNUDH). Suite à cette enquête qui indexait les agents de l’Etat, elle avait rassuré que des enquêtes allaient être initier pour punir tous les auteurs de crimes dénoncés. C’est entre autre ce qui lui a valu 52% d’opinions favorables. 

Deux ministres se voient fortement critiqués dans l’opinion. Il s’agit de Basil Olongo de l’intérieur et Sécurité et Thomas Luhaka des Infrastructures et Travaux Publics. Pour le premier, c’est l’arrestation brutale de l’ancien ministre de la Communication et Médias, Lambert Mende dont il est soupçonné d’avoir été le commanditaire qui lui a valu la désapprobation de l’opinion. A ce propos, la quasi-totalité des enquêtés estiment qu’il a usé de ses pouvoirs pour régler de comptes à son frère du Sankuru avec qui il est à couteaux tirés depuis son agression à Lodja pendant la dernière campagne électorale.

Pour le second, c’est la légèreté avec laquelle les travaux de réhabilitation des infrastructures routières sont effectués à certains endroits qui lui a coûté ses cotes enregistrées dernièrement. Bien plus, les masses silencieuses se montrent inquiètent au sujet de la qualité de ces infrastructures, tellement que les ouvriers ne sont pas payés, ce qui pousse certains d’entre eux à se livrer au vole des matériaux de construction.

Les Points

Articles similaires

Fermer
Fermer