ActualitésEducationSociété

L’ouvrage «Refondation de l’Etat congolais et de son administration publique», une piste des solutions pour une meilleure organisation de l’administration publique

Ouvrage des Professeurs François-Xavier Iyaka Buntine et Dely Kamoka Kuta, «Refondation de l’Etat congolais et de son administration publique» est déjà sur le marché du livre. Cette œuvre d’esprit de 179 pages, divisée en 8 chapitres dont le cinquième parle particulièrement de la Fonction publique et territoriale et la sixième propose des voies d’une refondation de l’État RD-congolais, a été portée sur les fonts baptismaux, jeudi 21 décembre dernier.

«L’Etat RD-congolais doit, en premier lieu, coaliser avec les acteurs non-étatiques pour la satisfaction des administrés. La RD-Congo a cette urgence d’organiser sa fonction publique pour sa montée vers la démocratie, pour arriver à réunir les moyens de sa politique publique et aussi pour assurer la sécurité de son territoire, de ses habitants et leurs biens», a déclaré le Professeur François-Xavier Iyaka.

Et d’ajouter: «refonder et réorganiser l’administration publique: un impératif. Il faut restaurer l’ordre dans la communication publique pour une bonne gouvernance, bannir le clientélisme, le népotisme, le favoritisme dans l’éducation, la santé et l’administration publique. L’organisation des infrastructures, de la fiscalité, de la justice au profit du plus nombre, souffre. Un chevauchement permanent et préjudiciable est observé dans les attributions des ministères et des institutions, ce qui engendre un babélisme institutionnel national».

Selon lui, leur ouvrage offre une réflexion et tente de fournir une direction ainsi que des pistes de solution pour garantir des services publics et un Etat digne de ce nom. «Tout démontre que l’ampleur de la tâche est grande, les attentes des populations sont nombreuses de telle sorte que la participation de tous devient une exigence incontournable pour une conjugaison commune d’efforts afin d’aboutir à la satisfaction des attentes des administrés. Dans ce cas, l’Etat assume un rôle de coordonnateur de l’action publique», a-t-il fait savoir.

En outre, ces deux chercheurs croient que la qualité nécessite une mobilisation du personnel et la prise en compte de l’appréciation des partenaires et du public. «Au regard des répercutions de la négligence de la qualité dans les divers domaines de la vie nationale: cohésion sociale, réforme administrative, attraction économique et financière des affaires, développe des droits humains, prise en compte de la qualité dans les services publics constitue un impératif», a-t-il signifié.

Et de conclure: «c’est à la fonction publique qu’il revient de mettre en correspondance les idées politiques et la réalité sociale. Il faut appliquer des textes, exécuter la volonté du peuple, résoudre les conflits d’intérêts, mettre en ordre le monde social, mais aussi inventer de nouvelles formes d’intervention, imaginer les outils de l’action publique».

Docteur en Sciences politiques de la Katholieke Universiteit Leuven -KUL- de Belgique, François-Xavier Iyaka est Professeur et chercheur au Département des Sciences politiques et administratives de l’Université de Kinshasa -UNIKIN- et l’Université catholique du Congo -UCC. Ses recherches se concentrent sur le domaine de la gouvernance administrative. Son homologue Dely Kamoka est docteur en Lettres et civilisation française ainsi qu’en Sciences du langage et Communication. Il est Professeur et chercheur à l’Université pédagogique nationale -UPN- et à l’Institut facultaire des sciences de l’information et de la communication -IFASIC.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page