ActualitésDossier à la UneDossier spécial électionsNation

RDC: la CENCO s’oppose à la désignation de nouveaux animateurs de la CENI et sonne le tocsin

Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo -CENCO-, l’abbé Donatien Nshole a tiré la sonnette d’alarme dans sa correspondance du 22 juin 2020 adressée à la présidente de l’Assemblée nationale, via laquelle il a clairement donné la position des évêques au sujet de l’avenir de la Commission électorale nationale indépendante -CENI.

Il ressort de ce courrier que les évêques s’opposent à toute démarche consistant à désigner les nouveaux animateurs de la Centrale électorale tant que des «réformes consensuelles» ne sont pas engagées.

«La CENCO s’aligne avec les autres organisations de la Société civile pour qui il faut d’abord les réformes consensuelles de la loi portant organisation de la CENI avant de poursuivre les pourparlers pour un candidat éventuel», a écrit Donatien Nshole, avant de sonner le tocsin en recommandant à la speakerine «d’éviter de faire le forcing en cette matière pour laquelle le peuple congolais que vous représentez est très regardant».

A Jeanine Mabunda, présidente de l’Assemblée nationale, le SG de la CENCO a également recommandé «d’œuvrer en faveur d’une solution qui rassure toute la population congolaise».

Cette solution, à scruter les écrits de Nshole, est de prioriser les réformes plutôt que la désignation des animateurs de la CENI.

Dans la même correspondance, l’abbé Donatien Nshole a salué «avec satisfaction» l’initiative de Mabunda de réunir les chefs des Confessions religieuses pour tirer les choses au clair au sujet de la polémique suscitée par la «prétendue» désignation de Ronsard Malonda comme représentant de la Société civile religieuse à la CENI.

«Grande était ma joie de constater que vous avez vous-même constaté deux faits qui excluent l’hypothèse d’un vote régulier dont le résultat serait de 6 voix contre 2», s’est réjoui Nshole non sans détailler les faits en question.

Le premier fait exposé par le SG de la CENCO se rapporte à l’aveu du Général Sony Kafuta qui, d’après Nshole, a reconnu avoir «soulevé la main en faveur de tous les trois candidats». «La vérité est qu’il a bien compris le sens de la demande du président de séance qui était de s’exprimer pour les candidats sur lesquels on pouvait encore discuter dans la recherche d’un consensus», a expliqué le messager des évêques catholiques RD-congolais, avant d’aborder le second fait.

Celui-ci concerne Cheikh Abdallah qui, selon Nshole, n’a pas nié d’avoir proposé une troisième voie qui consistait à remettre en course les 3 candidats. «Comment quelqu’un qui vient de voter pour conclure un processus peut-il encore proposer une troisième voie contre ce prétendu vote?», s’est interrogé Nshole. Et de conclure: «il ne s’est pas agi d’un vote dans l’esprit de l’article 17 de la Charte de notre plateforme».

Laurent OMBA

Articles similaires

Fermer
Fermer