ActualitésNationSociété

RDC : José Mpanda inspecte les centres de recherche du Sud Kivu

Parti avec le Président de la République à Goma au Nord-Kivu à la suite de la récente éruption volcanique de Nyiragongo survenue en mai dernier, le ministre de la Recherche scientifique et innovation technologique, José Mpanda Kabangu, a visité les centres et instituts de recherche du ressort de son secteur. A Lwiro, dans le Sud-Kivu, José Mpanda a visité le Centre de recherche en sciences naturelles -CRSN- où les espèces de la faune variée de la RD-Congo sont gardées. Il s’agit notamment de serpents, de toutes les espèces de primates, d’insectes, d’invertébrés.

Pour le ministre Mpanda, cette visite lui a permis de se rendre compte des activités de ce centre qui s’occupe des sciences naturelles. Un centre prestigieux dont faisait partie l’Observatoire volcanique de Goma -OVG-, avant de devenir une entité autonome par la force et l’urgence de sa mission, dont la surveillance des volcans de la région de Virunga et du lac Kivu. Il faut noter que le CRSN/Lwiro étudie également la migration des animaux qui constitue les signes précurseurs de l’éruption volcanique bien avant l’intervention de l’intérêt.

«Comme à Iroshima, alors que le B52 porteur de la bombe atomique était à 500 kilomètres, les chiens japonais avaient aboyé sans que personne ne comprenne le sens de ces aboiements  simultanés de ces colonies des canines, ainsi avant l’éruption volcanique, beaucoup d’heures avant voire des jours, les animaux de la contrée migrent», renseigne un expert de l’OVG. Et d’ajouter: «une preuve de plus, comme leur migration n’avait pas été constatée avant et même pendant, que l’éruption du Nyirangongo du 22 mai dernier a été une surprise pour tous, humains et animaux y compris».

Après le Centre de recherche en sciences naturelles de Lwiro, le ministre José Mpanda a également visité l’Institut international des techniques agricoles -IITA-, dont l’inauguration du laboratoire agricole Ulusegun Obassandjo de Kalambo avait donné l’occasion au ministre d’obtenir un partenariat de recherche agricole avec la Banque africaine de développement -BAD- à travers le Docteur Adesina, ancien ministre nigérian de l’Agriculture et actuel président de la BAD;  et l’Institut national pour l’étude et la recherche agronomique -INERA- dont les sites à travers le pays sont objet de spoliation de la part du pouvoir coutumier et de populations locales.

C’est ici l’occasion d’interpeller le VPM de l’Intérieur, sécurité et affaires coutumières, pour la tenue d’une formation en faveur des chefs coutumiers, afin que ces derniers comprennent qu’il y a dans leurs terroirs des domaines où les blagues ne sont pas autorisées.

OK

Articles similaires

Fermer
Fermer