ActualitésSociété

Pas d’acte contraire au ministère de la Justice, Dodo Kamba demeure président de l’ERC

Après plus d’une semaine, les décisions prises par la réunion des pasteurs Kankienza, Mukuna,… n’ont pas été prises en compte par le ministère de la Justice. Selon nos limiers qui ont glané quelques infos dans les couloirs du ministère de la Justice, autorité de tutelle notamment des ASBL confessionnelles, aucun acte contraire n’a été pris à l’égard de Dodo Kamba. Et, par conséquent, il est et reste président de la Plateforme des Églises du réveil du Congo. Il revient à la ministre Rose Mutombo d’entériner, par un arrêté, les procès-verbaux censés être présentés par le groupe de l’évêque Kankienza, en reconnaissant la légalité de la réunion au cours de laquelle ces décisions ont été prises. Et ce, conformément aux dispositions de la loi relative à l’organisation des ASBL en RD-Congo.

Faudra-t-il reconnaître l’irrégulier?

Au regard de cette loi, estiment nos sources, la réunion organisée le 14 octobre dernier par les membres fondateurs de l’ERC, au cours de laquelle ils ont notamment conclu sur la déchéance de Dodo Kamba, n’est pas une «Assemblée générale digne de ce nom». Par conséquent, ses «décisions ne sont pas légales et ne s’opposent à personne». Elles sont d’avis que la ministre de la Justice ne saurait logiquement pas entériner cette réunion au risque de violer la loi et de piétiner l’État de droit. Elles ont en outre avancé que, selon la loi sur les ASBL, les membres fondateurs deviennent d’office membres effectifs au même titre que les autres membres effectifs. Et l’ERC en compte 184 dont 133 entités ecclésiastiques.

«Aucun membre effectif n’est supérieur à l’autre», avait souligné Dodo Kamba lors de sa conférence de presse, tenue lundi 16 octobre dernier à Kinshasa, arguant que «l’ERC est une association nationale. Elle est dans toutes les 26 provinces. De ce fait, elle n’organise jamais une seule assemblée générale sans que les membres des provinces ne soient invités, car le quorum doit être atteint. Et c’est le devoir du ministère public de constater ce quorum et non un membre de l’ERC». A la suite de l’activité tenue le samedi 14 octobre dernier par le groupe de l’évêque Kankienza, des messages de soutien à l’évêque général Dodo Kamba se multiplie dans les différentes instances de l’ERC. Ces soutiens du prophète Kamba ont qualifié d’«imposteurs» Mukuna et cie et ont appelé à des «sanctions disciplinaires sévères à leur encontre dont l’excommunication».

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page