RDC: La ministre d’Etat Ntumba se tire une autre balle

0

Quelques semaines après avoir rappelé définitivement et sans qualité les ambassadeurs de la RD-Congo à l’ONU, la cheffe de la diplomatie RD-congolaise s’est illustrée par une autre décision polémique en omettant les ambassadeurs RD-congolais accrédités à l’étranger, les députés et sénateurs dans sa liste des personnes ayant accès au salon diplomatique de l’Aéroport de N’Djili

Décidément la ministre d’Etat en charge des Affaires étrangères est dans de sales draps. Alors que le scandale du rappel des ambassadeurs de la RD-Congo à l’ONU est encore frais dans les mémoires, la cheffe de la diplomatie RD-congolaise est de nouveau indexée, cette fois-ci pour sa décision énumérant les personnalités pouvant utiliser le salon diplomatique de l’Aéroport international de N’Djili par «souci de bonne gestion et réglementation» de ce cadre. Désormais, seuls les diplomates accrédités en RD-Congo, les chefs des corps constitués, les membres du gouvernement, le Directeur de cabinet du Chef de l’Etat, les conseillers  spéciaux et les invités du Chef de l’Etat ayant rang de ministre ou ambassadeur auront accès au salon diplomatique. Les autres sont priés d’utiliser le salon officiel. Seul, ledit communiqué viole, à en croire le député national Antoine Ghonda Mangalibi, le principe de réciprocité qui régit les relations diplomatiques entre les Etats. En mettant de côté les ambassadeurs RD-congolais, les députés et les sénateurs pourtant détenteurs des passeports diplomatiques, la cheffe de la diplomatie RD-congolaise s’attire désormais des critiques. «Dans les us et coutumes diplomatiques dans la plupart des pays, le salon diplomatique est accessible outre aux personnalités énumérées dans votre communiqué, aux ambassadeurs en fonction, aux ministres conseillers et aux anciens ministres des Affaires étrangères», déplore l’ambassadeur Antoine Ghonda dans une lettre adressée au ministre des Affaires étrangères. Dans l’opinion, l’on se demande s’il s’agit dès lors d’une ignorance ou d’un oubli de la part de la ministre d’Etat. Cette nouvelle bourde de l’ancienne cheffe de la diplomatie de l’Union pour la démocratie et le progrès social -UDPS- suscite des interrogations alors qu’elle est entourée des diplomates chevronnés dont son directeur de cabinet et le secrétaire général aux Affaires étrangères. Comment a-t-elle pu omettre de sa liste les ambassadeurs RD-congolais accrédités dans les pays étrangers? La lettre de l’ambassadeur Antoine Ghonda tombe, de l’avis de certaines indiscrétions dans les milieux diplomatiques, à point nommé afin de pousser la MAE Ntumba Nzeza à s’amender. Un ambassadeur RD-congolais en poste à l’étranger, contacté par «AfricaNews», a fait savoir qu’il ne bénéficie d’aucun privilège de ce genre dans son pays d’accréditation. «Je sors comme tout passager. Dans d’autres pays, seuls le Président de la République et les ambassadeurs sont appelées Excellences. En RD-Congo, tout le monde se fait appeler de la sorte», a-t-il déploré. Et de trancher: «en rentrant chez nous, nous devons avoir droit d’accéder au salon d’honneur car nous représentons le Président de la République à l’étranger». Selon les prescrits du Décret n°09/10 du 30 mars 2009 portant réglementation de l’octroi des passeports nationaux en RD-Congo, 46 catégories de personnalités sont reconnues éligibles à l’obtention d’un passeport diplomatique. Dans un passé très récent, la MAE était soumise à un contrôle parlementaire. Loin d’être une partie de plaisir, cette mission parlementaire s’est avérée difficile pour elle dans la mesure où ses explications ont eu du mal à passer, d’après les sources au courant des fuites de ses réponses adressées au Sénat. Multipliant les scandales, la MAE de Fatshi provoque un tollé dans l’appareil diplomatique. Plusieurs voix s’élèvent, même au sein de CACH, sa propre famille politique pour exiger sa démission pour incompétence. La prochaine session parlementaire pourrait lui être fatale.

Octave MUKENDI

Dandjes LUYILA