ActualitésNation

Mabunda: «Le peuple ne cherche que le pain et la paix»

Dans son mot d’avant l’examen des points inscrits à l’ordre du jour de la séance plénière du lundi 29 juin, la présidente de l’Assemblée nationale a lancé un message interpellateur à l’endroit des députés et de l’ensemble de la classe politique de la RD-Congo. C’est un véritable cri d’alarme qu’elle a lancé à la représentation nationale, juste à la veille de la célébration du 60ème anniversaire de l’indépendance de la RD-Congo. «Notre Nation traverse une période difficile. Très difficile même», a alerté Jeanine Mabunda, qui a déploré la crise sociale et l’insécurité récurrente à l’Est de la République et au niveau des frontières de l’ensemble du pays. «J’ai avec moi ici une baguette de pain qui coûtait hier 200 FC et qui revient aujourd’hui à 300 FC. Comme vous pouvez le remarquer nos querelles politiques n’offrent pas de pain à la population», a-t-elle souligné. Dans son plaidoyer, elle a invité la représentation nationale à s’investir pour des solutions idoines en vue de sauver les meubles. «Je voudrais m’adresser à vous, mes chers collègues, représentant les 144 territoires de la RD-Congo et nos 80 millions d’habitants, en ma qualité de députée, présidente de l’Assemblée nationale, citoyenne et femme RD-congolaise. Notre nation traverse une période difficile. Et nous qui participons dans les institutions, nous avons le devoir de résoudre chaque jour les problèmes de base de notre société», a indiqué Jeanine Mabunda. Dans son message, elle a rappelé que les RD-Congolais cherchent à tout prix à vivre dans un pays où le minimum est à la portée de tous et abordable à tous. «Je parle bien ici de la douleur sociale de nos populations, le quotidien de nos électeurs, de ceux qui ont fait le choix d’élire les 500 représentants pour défendre leurs intérêts et les intérêts de la République au bénéfice de chaque citoyen dans sa province, dans sa ville, son territoire, sa commune, son quartier et dans sa maison», a souligné Jeanine Mabunda. Et de continuer: «je crois fermement que cela est notre mission et doit rester notre priorité. J’ai entre mes mains une baguette de pain qui coûtait hier 200 FC et qui coûte aujourd’hui 300 FC. J’ai eu l’occasion, ce week-end, par mes services et par moi-même de marcher pour m’entretenir avec certains de mes compatriotes dans les avenues de Kinshasa sur leurs préoccupations. J’étais au Marché de la Liberté, à la Place Sainte Thérèse, dans le district de la Tshangu, à Lemba Terminus et Super, au Rond-point Victoire, au Carrefour de Kintambo magasin, à l’arrêt Molaert à Bandalungwa, au terminus UPN et, enfin, au Rond-point Ngaba». A entendre la présidente de l’Assemblée nationale, partout où elle a été la réponse de la population était la même. «Comme un seul homme, ils m’ont dit maman Mabunda, nous avons besoin du pain et de la paix», a-t-elle expliqué à l’assemblée plénière. Cette réponse, a expliqué Mabunda, veut dire autrement que «nos querelles politiques ne leur offrent pas du pain». Et de poursuivre: «nos débats politiques n’améliorent pas le climat de paix dans la partie Est de la République ou ailleurs. Les déclarations et sorties médiatiques de certains politiciens ne procurent pas le pain quotidien ou les soins médicaux appropriés». La présidente de l’Assemblée nationale a été très claire à l’endroit des députés et du reste de la classe politique en ce moment où le pays célèbre le 60ème anniversaire de son accession à l’indépendance. Dans son itinérance, les Kinois lui ont fait savoir que le prix du carburant a été revu à la baisse mais le coût du transport en commun reste le même. «Nous qui achetons des unités pour nos téléphones en FC, voyons le prix augmenter chaque jour sans que nous connaissions la cause». Ces propos des Kinois ont été signifiés aux députés en plénière. Après ce petit d’horizon sur les préoccupations majeures de la population, la présidente de la Chambre basse du Parlement a mobilisé les députés à prendre conscience en lieu et place des querelles politiques. «Comme vous pouvez le constater, ce sont des préoccupations existentielles liées au quotidien de nos électeurs. Cependant, à la conjoncture socioéconomique actuelle qui impacte suffisamment sur le quotidien du RD-Congolais est venue s’ajouter la Covid-19. Il est donc impératif que la riposte contre la pandémie et son impact sur le social et l’économie soient inscrits à l’ordre de nos priorités», a recommandé l’élue de Bumba.

Dorian KISIMBA

Articles similaires

Fermer
Fermer