ActualitésCOVID-19Dossier à la UneNation

RDC – Covid-19, Congrès: Mabunda éclaire l’opinion

«Dans le cadre des activités et du Sénat et de l’Assemblée nationale, nous avons mis sur pied un groupe de réflexion qui a fait des propositions. Nous avons esquissé ces propositions en informel. Il faut un cadre institutionnel approprié, que sont nos activités parlementaires, pour dérouler tout ça», ont dit les présidents de deux Chambres au Chef de l’Etat

Le ciel est bleu entre le Président de la République et les responsables de deux Chambres du Parlement RD-congolais. En témoigne clairement la réunion que le Chef de l’EtatFélix-Antoine Tshisekedi a tenue, mardi 14 avril 2020 à N’Sele,avec la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, et le président du Sénat, Alexis ThambweMwamba. Cette rencontre a permis aux trois personnalités d’échanger sur les questions d’actualité avec en priorité celle de la pandémie de Covid-19. Les présidents de deux Chambres ont montré au Chef de l’Etat qu’ils ont mis en place un groupe de réflexion, qui a fait des propositions nécessitant un cadre institutionnel approprié, c’est-à-dire des activités parlementaires pour les dérouler. A son retour au Palais du peuple, la speaker de la Chambre basse a répondu à quelques questions de la presse.

«A l’initiative du Chef de l’Etat, nous l’avons rencontré avec mon collègue du Sénat. Au cours de cette réunion, nous avons échangé sur les questions d’actualité dominées par la pandémie de Covid-19», a souligné Jeanine Mabunda. Pour elle, l’occasion était donnée de présenter au Président de la République les mesures retenues par les deux Chambres en rapport avec la lutte contre le Coronavirus. A la question de savoir à quand la tenue du congrès, la présidente de l’Assemblée nationale a été très claire:«Je suis contente de voir que tout le monde a retenu que, dans la Constitution et dans notre Règlement intérieur, il y a différentes activités parlementaires dont le congrès. Mais, je ne crois pas que c’est ça l’enjeu. Le Chef de l’Etat a déclaré, le 24 mars, l’Etat d’urgence au travers d’une Ordonnance et les différentes institutions regardent maintenant comment décliner cet appel à solidarité, cet appel à vigilance, cet appel à combat qui doit être fait pour venir à bout de cette maladie». Et de poursuivre: «dans le cadre des activités du Sénat et de l’Assemblée nationale, nous avons mis sur pied un groupe de réflexion qui a fait des propositions. Nous avons esquissé ces propositions en informel. Il faut un cadre institutionnel approprié, que sont nos activités parlementaires, pour dérouler tout ça.C’est ce qu’il faut retenir de cet échange à bâton rompu assez approfondi. Je ne crois pas qu’à ce stade c’est si tel ou tel enjeu qui est important. Mais c’est comment nous, comme nation congolaise, nous luttons autour du comité stratégique pour pouvoir mettre à bout ce virus afin qu’il ne décime pas comme dans d’autres pays nos familles, nos proches, nos voisins, nos camarades, nos collègues sinon nous-mêmes. Je crois que c’est ça le plus important».

Dans sa réponse, la présidente de l’Assemblée nationale n’a pas manqué de rappeler queles activités parlementaires étaient suspendues jusqu’au 5 avril dernier. «Je ne souhaite pas et je ne crois pas qu’il faut toujours essayer de porter le débat sur les querelles politiques. Je pense que les gens ont voulu, peut-être à tort, donner l’impression des querelles politiques sur ce débat», a-t-elle martelé. Au sujet du débat sur le congrès, Jeanine Mabunda a fait savoir que chaque acteur est appelé à proposer sa lecture par rapport à un enjeu important. «Je crois que c’est la vigueur de la démocratie. Chacun dans les institutions dont il émane propose sa lecture par rapport à un enjeu important. L’enjeu important c’est l’état d’urgence sanitaire et comment nous protégeons nos populations par rapport à ce virus. Est-ce que nous avons les bonnes réponses sanitaires? Avons-nous suffisamment de vaccins? Avons-nous suffisamment d’hôpitaux? La réponse sanitaire que nous donnons dans le cadre de l’état d’urgence, est-ce qu’elle est appropriée? Est-ce qu’elle donne des résultats? Nous avons commencé il y a un mois, est-ce que c’est suffisant? Est-ce que nous voyons une régression de ce virus? C’est tous ces débats-là que les députés, au nom de la population, et les sénateurs vont devoir mettre sur la table dans le cadre de nos activités parlementaires. Je crois que nous avons une écoute constructive entre institution pour pouvoir faire avancer ce sujet», a-t-martelé.

Dorian KISIMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer