ActualitésDossier à la UneNation

Lokondo est d’avis que la sortie du Président à Londres est inappropriée et de nature à faire douter les investisseurs

La récente sortie médiatique du Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi, depuis Londres, n’arrête de faire couler beaucoup d’encre et de salive à Kinshasa voire en provinces. Des réactions vont dans tous les sens. Mardi 21 janvier, le député national Henri Thomas Lokondo, intervenant à ce sujet sur les antennes de Top Congo FM, a condamné les propos de Félix Tshisekedi selon lesquels il pourrait dissoudre l’Assemblée nationale s’il ne se sentait pas dans des conditions devant lui permettre de réaliser son programme de gouvernance. Pour le député Lokondo, tout prouve que le Chef de l’État est mal entouré, dans la mesure où ses collaborateurs en matière juridique ne devaient pas prévoir ce genre de sortie médiatique depuis l’étranger.

«Le Président de la République est allé à Londres parce qu’il y a un sommet qui est en relation avec les investissements de la Grande-Bretagne dans les pays africains. Il ne pouvait pas sortir de ce cadre. Tout ce qu’il a dit met à mal la position du pays face aux investisseurs qui sont naturellement des gibiers peureux», a-t-il indiqué.

L’élu de Mbandaka a renseigné qu’il existe une règle universellement admise qui stipule que le Président de la République ne peut pas engager des débats politiques internes lorsqu’il se trouve à l’étranger, même s’il est devant ses compatriotes. «Le Chef de l’Etat est mal entouré. Il aurait dû adopter un comportement propice pour la cohabitation politique», a-t-il conseillé.  Par ailleurs, Thomas Lokondo explique que la thèse de dissolution de la Chambre basse du Parlement ne peut être plausible que si le chef du gouvernement et le Président de l’Assemblée nationale confirment qu’il y a une crise persistante entre ces deux institutions. Au cas contraire, l’élu du peuple se demande comment le Président de la République envisage-t-il de dissoudre l’Assemblée nationale.

De l’avis de l’élu de Mbandaka, l’on est dans une logique de confrontation qui n’est pas bon pour la suite des événements.

OK

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer