ActualitésDossier à la UneNationPolitique

La marche pacifique de l’UDPS se mue en casse et destruction méchante: Kabund et Kabuya doivent s’expliquer

Les deux «K» de l’Union pour la démocratie et le progrès social -UDPS- doivent s’expliquer. Kabund et Kabuya, respectivement président ai et secrétaire général du parti présidentiel, doivent des explications claires à la population sur une marche annoncée pacifique avec pompe mais qui s’est vite, très vite, transformée en un mouvement de casse et de destruction méchante, causant, par-dessus tout, mort d’hommes.

«Jean-Marc Kabund et Augustin Kabuya s’en prennent au VPM en charge de l’Intérieur, Gilbert Kankonde, du fait que la marche a enregistré des morts. Mais ils ne disent comment ces manifestants ont trouvé la mort», ont regretté les plus avertis de la vie politique RD-congolaise. Pour les mêmes vertébrés, les dirigeants de l’UDPS ont failli du fait qu’ils n’ont pas su encadrer leurs militants.

«D’abord, ils sont les premiers à crier à qui veut les entendre que telle ou telle autre personne sabote les actions du Chef de l’Etat. C’est encore eux qui ont foulé au pied les décisions des autorités provinciales et gouvernementales interdisant la marche de ce jeudi à cause de l’état d’urgence, décrété par le même Chef de l’Etat. Les deux ‘K’ ont-ils respecté l’autorité établie? Kabund et Kabuya doivent s’expliquer», ont insisté les mêmes vertébrés de la classe politique. Et de poursuivre: «une marche pourtant annoncée pacifique s’est muée en actions de sabotage. Le siège de la fédération du PPRD a été mis en sac. L’Eglise du pasteur Sony Kafuta a été touchée. Pourquoi ces actions ont-elles eu lieu pendant que la marche visait la dénonciation de l’entérinement de Ronsard Malonda à la tête de la Commission électorale nationale indépendante -CENI».

Un parti au pouvoir qui agit par la violence. Du jamais vu dans l’histoire des Nations. «Au lieu de chercher la démission du VPM de l’Intérieur et sécurité, Kabund et Kabuya doivent commencer par démissionner de leurs postes de responsabilité à la tête du parti», ont appelé certains observateurs.

Tino MABADA

Articles similaires

Fermer
Fermer