ActualitésSociété

Kinshasa : Mpunga torturé et tué dans les locaux de la Police

L’affaire fait grand bruit et choque les consciences. Olivier Mpunga, fils unique de sa mère, a été torturé et assassiné dans les locaux de la Police nationale congolaise -PNC-, à en croire des sources concordantes. Âgé d’une trentaine d’années, Mpunga a été retrouvé mort dans le cachot de la Police de Kinshasa, d’après une annonce de cette dernière. Mais selon plusieurs témoignages, dont celui de sa mère, Mpunga a subi de mauvais traitements lors de sa détention dans les installations de la Police provinciale de Kinshasa.

Devenus virales sur les réseaux sociaux, les vidéos de sa torture suscitent émoi et indignation au sein de l’opinion alors que des sources ont rapporté dimanche que l’infortuné avait été sollicité par un de ses amis pour le conduire à l’Aéroport de N’Djili à bord d’un véhicule prêté par le beau-frère de son ami. Clair que Mpunga devait ramener le véhicule à son propriétaire juste après avoir rendu ce service. Mais il avait, ont affirmé les mêmes sources, à son tour, prêté ce véhicule contre 3500 dollars à une autre personne. Ce comportement a été à l’origine de la plainte déposée contre lui par le propriétaire dont l’identité n’a pas été révélée.

Traqué, Mpunga a été retrouvé et arrêté avant d’être conduit dans les locaux de la Police pour instruction préjuridictionnelle. Sur place, il a été torturé, comme le montrent les images en circulation. Il est mort, selon sa famille, des suites des mauvais traitements subis dans les locaux des services spéciaux. Citée par «Top Congo FM», sa mère, en larmes, appelle à la justice. «Pourquoi tuer quelqu’un comme ça? Pourquoi le frapper, torturer ainsi?», s’est-elle indignée. «Que justice soit faite», exige-t-elle dans une vidéo plusieurs fois partagée sur les réseaux sociaux.

La DGRSP au banc des accusés

L’accusation est du député provincial Gérard Mulumba. L’élu de Limete qui se dit peiné précise que «les faits ne se sont pas déroulés à l’Inspection provinciale de la Police de Kinshasa -IPKIN-, mais plutôt au sein de la Direction générale des renseignements et services spéciaux -DGRSP- de la Police, juste à côté». Il dénonce le fait que «l’on tente de maquiller les faits -en disant qu’il s’est suicidé. La vie humaine est sacrée. On a tous vu les images de ses tortures». Il exige, lui aussi, «l’ouverture d’une enquête. Tous les coupables doivent être poursuivis et arrêtés».

Tino MABADA

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page