RDC – JIF 2020: Le ministre Sakombi Molendo communie avec les femmes de son cabinet, sa fondation et son parti

0

C’est avec faste, et dans une ambiance bon enfant, que la femme a été célébrée le dimanche 8 mars 2020 au ministère des Affaires foncières, patronné par Aimé Sakombi Molendo, qui dit vouer un profond respect et admiration «envers les femmes RD-congolaises en général et en particulier celles qui m’aident à m’acquitter honorablement de mes obligations d’Etat et de mes obligations sociales».

Au Restaurant Lapina, dans la commune de la Gombe, les femmes du cabinet du ministre des Affaires foncières, accompagnées de celles de la Fondation Molendo ainsi que celles de l’Union pour la nation congolaise -UNC-, ont fêté la Journée internationale des droits de la femme. De la bouffe, de la boisson, des pas de danses, il y en a eu. Mais, le moment le plus marquant de cette célébration a été les allocutions du ministre Sakombi Molendo et de la représentante du personnel féminin de son cabinet.

Fin observateur, le ministre Molendo a exprimé toute sa satisfaction au sujet de l’évolution des droits des femmes depuis l’avènement du Président Félix Tshisekedi. «Les droits des femmes sont de mieux en mieux garantis, promus et défendus en RD-Congo depuis l’avènement du Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi», a-t-il affirmé, fondant son propos sur deux exemples.

Le premier est relatif à la représentativité de la femme au gouvernement. «Sous le leadership du Président de la République, les femmes sont mieux représentées au gouvernement que jamais dans toute notre histoire politique. Leur nombre et la qualité de leurs portefeuilles n’ont jamais été aussi importants grâce à la volonté politique affichée par le Président de la République», a loué le patron des terres RD-congolaises, avant d’évoquer l’exemple se rapportant au projet de la couverture universelle maladie, porté par le gouvernement Ilunkamba. Ce projet, a-t-il rassuré, prendra en compte la réduction de la mortalité maternelle en RD-Congo. «Il est inacceptable que la femme meurt en donnant la vie», a tranché Sakombi Molendo.

Le ministre Molendo s’est empêché de citer, au nombre des actions initiées par le Chef de l’Etat pour favoriser la promotion des femmes, la gratuité de l’enseignement de base. Cet ambitieux programme, a-t-il expliqué, a permis à des millions des jeunes filles d’accéder à l’école, donc à l’éducation.

Ainsi, il a rendu «hommage au Président de la République pour son leadership pro-femme» et remercié «le président national de l’UNC VK pour la confiance placée en ma modeste personne».

Le patron des terres RD-congolaises croit dur comme fer à l’idéal de faire caracoler les droits des femmes dans tous les domaines. «Nous y arriverons avec votre soutien, vous les femmes, de mon administration, de ma fondation et surtout de ma famille politique», a-t-il dit, pendant que la représentante du personnel féminin de son cabinet a insisté sur le fait que «la femme veut jouer le rôle de partenaire et non d’adversaire».

Ayant trouvé au Président de la République les marques d’un homme prêt à mouiller le maillot pour la cause des femmes, le personnel féminin du cabinet de Molendoa remercié le Chef de l’Etat «pour la mobilisation de tous les moyens nécessaires pour revaloriser la femme RD-congolaise à tous les niveaux de la société». Il s’est surtout dit déterminé à accompagner le Chef de l’Etat dans la défense des droits de la femme.

Faisant d’une pierre deux coups, madame Eliane a, au nom de l’ensemble du personnel féminin de l’administration des Affaires foncières, remercié «un homme qui, par son attitude et ses actes, n’a pas cessé de valoriser la femme RD-congolaise d’une manière particulièrement honorable». Cet homme se trouve être Aimé Sakombi Molendo pour qui «la protection et la promotion de la femme sont une vocation et une mission produisant des actions d’autonomisation de celle-ci à travers la fondation qui porte son nom et grâce à laquelle la jeune fille bénéficie d’un encadrement adéquat et digne».

«Ce souci de promouvoir la femme se traduit encore par la place de choix accordée à la femme au sein de son cabinet: technicienne de surface, chargée d’études, et même une conseillère», a fait remarquer madame Eliane, non sans souligner que toutes ces femmes défendent la gente féminine avec des compétences requises.

En 2020, la Journée internationale des droits des femmes a été célébrée sous le thème «Je suis de la Génération Egalité: Levez-vous pour les droits des femmes» au niveau international. Sur l’échiquier national, le thème retenu est: «Congolaises et Congolais, levons-nous pour défendre les droits des femmes».

Laurent OMBA