ActualitésDossier à la UneNation

Insécurité à Beni : l’implication du Président Fasthi s’impose

Depuis bien de temps, le territoire de Beni et ses environs dans la province du Nord-Kivu vit une insécurité criante. Plusieurs voix se sont levées sans qu’une solution durable ne soit trouvée. Même pas un brin d’espoir au regard des morts qui se comptent chaque semaine. Face à cette situation qui n’a que trop duré, Jonas Kasimba, notable du terroir bien connu, sollicite vivement l’implication du Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi pour que Beni retrouve la paix et la quiétude dans un bref délai. Etant donné que ce climat d’insécurité impacte sur le développement de cette partie de la province, cette figure plaide une réconciliation et un dialogue entre fils et filles de ce coin du pays.

Jonas Kasimba a décidé de briser le silence sur l’insécurité qui a miné son territoire. Sur les antennes d’une radio locale de Beni, il n’a cessé de fustiger la haine et la mésentente qui gagnent les esprits de ses frères et sœurs du territoire. Voilà pourquoi, il mobilise toute la société pour une réconciliation et un dialogue franc entre fils du terroir. «Nous devons faire bloc pour le bien-être de notre population qui souffre depuis plus d’une décennie. Ces dernier temps, on observe une escalade verbale entre fils et filles de Beni et ses environs. Ce qui n’est pas bon en cette période. C’est pourquoi j’invite mes frères et sœurs à se mettre ensemble pour bouter dehors l’ennemi qui décime la population», a déclaré Jonas Kasimba.

Sur les antennes de la même radio, le notable de Beni n’a pas manqué de parler d’escalade verbale enregistrée dernièrement entre le maire de la ville de Beni qui a accusé des députés nationaux d’avoir financé certains groupes armés qui sèment la terreur dans ce coin du Grand Nord. A ce sujet, Jonas Kasimba a précisé: «il n’y a rien qui soit impossible sur cette terre des hommes. Je pense que les divergences de vue observées au sein de notre société à Beni n’appellent pas une impossibilité de s’asseoir pour trouver une solution durable tant à Beni qu’à une partie de la province de l’Ituri. Lorsque nous sommes divisés, l’ennemi en profite pour nous détruire. Mais si nous sommes soudés, nous allons vaincre l’ennemi. La situation actuelle n’est liée à un camp politique mais à l’intérêt suprême de la population», a-t-il martelé. Quant à la plainte déposée par un élu de Beni à l’endroit du maire suspendu après sa sotie médiatique accusant certains élus d’être de mèche avec certains groupes armés, le notable Jonas Kasimba a précisé: «la procédure judiciaire ne va pas arranger les choses».

Dans ses réponses, ce notable de Beni insiste plus sur la réconciliation et le dialogue entre fils et filles du territoire, seul moyen, selon lui, de vaincre l’ennemi. «Etre élu député ou nommé maire de la ville, c’est pour travailler pour le bien-être de la population», a-t-il indiqué. Dans son entendement, il y a urgence que toutes les couches de la société de Beni puissent se retrouver autour d’une table pour examiner et voir comment trouver des solutions durables pour mettre fin à cette insécurité qui a trop duré. «Seuls l’unité, la réconciliation et le dialogue des natifs de Beni peuvent aider à mettre fin à l’insécurité criante dans le territoire. Je prie sincèrement le Président de la République à faire de la situation sécuritaire de Beni une priorité de son mandat», a plaidé le notable Jonas Kasimba.

Dorian KISIMBA

Articles similaires

Fermer
Fermer