ActualitésCOVID-19Dossier à la UneSociété

RDC : Ces images qui déshonorent Eteni Longondo

Des images devenues virales sur les réseaux sociaux montrent des malades atteints de Coronavirus internés à l’Hôpital du Cinquantenaire se révolter et menacer de rentrer chez eux. La vidéo, tournée en plein air dans la cours de l’hôpital, met en scène les malades révoltés, et une équipe des membres du cabinet du ministre de la Santé avec en tête son directeur de cabinet, médusé, aphone. Simplement surréaliste. On se croirait à Hollywood en plein tournage d’un court métrage au titre plutôt loufoque: «Amateurisme d’Etat». Le cinéaste et metteur en scène raconte comment, depuis deux semaines qu’il se trouve interné ici dans cet hôpital, la prise en charge peine à se mettre en place. Lui et certains autres malades vivent dans un pavillon aux fenêtres vissées et dans lequel le personnel soignant n’a pas mis les pieds depuis. Emoi, étonnement, colère, incompréhension au sein de l’opinion. Des interrogations fusent de partout. L’opinion veut savoir ce qui se passe en réalité dans cet hôpital. On interpelle, en vain, le ministère de la Santé, pour en savoir plus. Aucun communiqué, aucune explication pour rassurer la population ou calmer les esprits. Information prise, il s’agit effectivement des personnes déclarées positives au nouveau Coronavirus qui avaient été orientées vers cet hôpital pour être pris en charge. Contrairement aux autres formations médicales retenues par le Secrétariat technique qui conduit la riposte au Covid-19, les responsables indiens du Cinquantenaire rechignent à s’exécuter pour des raisons inavouées.

Un coup du ministre Eteni Longondo

En regardant la liste des formations hospitalières retenues par le Dr. Muyembe au lendemain de sa désignation par le Chef de l’Etat pour conduire les équipes de la riposte à cette pandémie, on ne voit nulle part apparaître l’Hôpital du Cinquantenaire. A titre de rappel, sur les 24 communes que compte la ville de Kinshasa, 6 hôpitaux seulement avaient été retenus. Il s’agit de: Cliniques universitaires pour recevoir tous les malades venant des communes de Mont-Ngafula, Lemba, Makala, Ngaba, Kisenso, Selembao. Les patients des communes de la Gombe, Lingwala, Barumbu, Kinshasa, Kitambo et Ngaliema devaient se diriger vers la Clinique Ngaliema et le Centre Vijana, situé sur l’avenue du 24 novembre à l’entrée de l’avenue Nyangwe. L’hôpital Saint Joseph devait recevoir les malades en provenance des communes du Centre-Est de la ville: Kalamu, Limete, Kasa-Vubu, Bandalungwa, Ngiri-Ngiri, Matete et Bumbu. L’hôpital de l’Amitié Sino Congolaise a été retenu pour accueillir les malades en provenance de communes de Masina, Kimbanseke et N’Djili à la Tshangu, de même que l’hôpital général de référence de Kinkole mis à disposition des malades qui viendront de Nsele et Maluku. Et comment se fait-il que des malades ont été orientés vers l’hôpital du Cinquantenaire? Selon toute vraisemblance, et après recoupements de plusieurs sources, l’ordre serait venu du ministre de la Santé, le Dr. Eteni Longondo qui, ayant reçu les 1.800.000 de dollars de la part du gouvernement pour gérer le Covid-19, a pris l’initiative d’associer cet hôpital à la prise en charge des malades. Quel contrat a-t-il signé avec les responsables indiens de cet hôpital? Et pourquoi ils hésitent à faire le travail pour lequel ils étaient choisis? Toujours est-il que, aussi curieux que cela puisse paraître, ce sont les membres du cabinet du même ministre qui se sont retrouvés au-devant de la scène lors du tournage du film court métrage de la honte, sans réaction aucune de leur part, comme s’ils se savaient coupables de quelque chose. Cette attitude ne passe pas au sein de l’opinion qui, dès le départ, avait développé une certaine résistance face au Coronavirus après la communication ratée du ministre au début de cette épidémie. Depuis, de nombreux RD-Congolais attendaient que le ministre soit écarté de la gestion courante de la maladie. Ce n’est pas chose faite à ce jour. Son ombre est pernicieuse, surtout en ce moment où son nom se retrouve déjà dans la presse au sujet de la gestion des travaux des 100 jours initiés par le Président Tshisekedi.

Les 10 millions qui font polémique

C’est une affaire d’importations d’importantes quantités de médicaments qui fait polémique. Le directeur de cabinet du Président Tshisekedi a été entre autres accusé d’avoir accordé un marché de gré à gré à la société Trade Plus. Cette dernière avait reçu 10 millions USD du Trésor public pour la fourniture des médicaments alors qu’elle n’est pas du domaine pharmaceutique et tient juste une quincaillerie avec cette incidence que les produits commandés par cette dernière sont arrivées à Kinshasa ayant atteint la date de péremption pour la grande partie. Donc, impropres à la consommation. Dans sa déposition devant la justice, Vital Kamerhe a indiqué que c’est Eteni Longondo, l’actuel ministre de la Santé qui aurait passé la commande et réceptionné les produits. Il prend à témoin le Conseil des ministres. Le confrère de politico.cd qui rapporte l’audience au Parquet de Matete indique que: «Pour sa défense, le Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat soutient que c’est à tort que le Parquet le rend responsable dans ce dossier car c’est l’actuel ministre de la Santé, Eteni Longondo, qui avait fait expertiser les médicaments et qui avait déclaré en Conseil des ministres que les produits étaient conformes». Continuer à associer l’image de ce ministre à la riposte risque de causer plus de problèmes qu’on ne veut en résoudre.

KISUNGU KAS

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer