RDC: Le FPI annonce plusieurs projets au Kasaï-Oriental

0

Le récent séjour au Caire du Directeur général du Fonds de promotion de l’industrie -FPI-, Patrice Kitebi, produit déjà des fruits. Mardi 28 janvier à Kinshasa, le FPI a signé plusieurs protocoles d’entente avec deux sociétés égyptiennes: Samcrete Egypt Engineers and Contractors, S.A.E et Hassan Allam Construction. Cette cérémonie s’est déroulée en présence du groupement Egyptian Arab African Company for developpement qui en a assuré la supervision. Avec ces protocoles d’accord, le Fonds de promotion de l’industrie s’emploie à faciliter la réalisation des projets d’infrastructures routières, hospitalières, portuaires et électriques dans la province du Kasaï-Oriental. Ce, conformément à sa politique de réalisation des programmes structurés et industrialisés.

Bien réputée pour son apport considérable dans le secteur des infrastructures, et avec ses 50 ans d’expériences dans le développement des infrastructures notamment routières au pays des Pharaons, l’entreprise Samcrete Egypt Engineers and Contractors, S.A.E va, pour sa première expérience en RD-Congo, apporter son expertise aux côtés du FPI, dans la réhabilitation et la modernisation des trois axes routiers au Kasaï-Oriental. Il s’agit de la route entre Mbuji-Mayi et Tshibasa, la route entre Mbuji-Mayi et Ndomba, ainsi que la route entre Ndomba et Kananga. Selon les clauses, cette entreprise égyptienne apportera aussi son expertise dans la réhabilitation et modernisation de certains hôpitaux de la ville de Mbuji-Mayi. «Cette entreprise avec laquelle nous sommes déjà en contact est vraiment sérieuse et attachée à la RD-Congo. Nous savons aussi que le FPI a beaucoup d’expériences et qu’il pourra nous soutenir surtout que c’est notre premier projet en RD-Congo. Nous avons aussi besoin d’un appui solide de la part du Directeur général et de ses collaborateurs. Nous promettons au nom de Samcrete que nous vous prêterons mains fortes et transmettrons notre savoir et que nous construirons ensemble ce dont la RD-Congo a besoin», a déclaré Refky Kamel, directeur de développement des affaires de cette firme égyptienne, à la faveur d’une séance de travail technique tenue lundi 27 janvier à Kinshasa avec le comité de direction du FPI, sous la conduite du Directeur général, Patrice Kitebi. Et de poursuivre: «nous travaillons déjà avec plusieurs institutions financières et bancaires internationales. Nous avons également une bonne réputation parce que nous achevons toujours nos projets à temps et de manière fiable et adéquate. Nous pensons trouver des moyens pour le financement et pour la réalisation de nos projets. Je suis optimiste; donc ce n’est pas un problème et je sais qu’avec l’expérience et la chance, nous pourrons accomplir nos projets».

Le port Ndomba sera également construit

Dans la nuit du même mardi 28 janvier, les Directeurs généraux du Fonds de promotion de l’industrie, Patrice Kitebi, et de la société égyptienne Hassan Allam Construction, Mahmoud El Essawy, ont également convenu l’exécution du projet de construction du port de Ndomba au Kasaï-Oriental et d’autres infrastructures associées. Le FPI a identifié, dans la zone de Ndomba située à 70 km de la ville de Mbuji-Mayi, la possibilité de développer des infrastructures portuaires modernes. Pour le Fonds de promotion de l’industrie, le secteur de Ndomba se trouvant sur la rivière Lubi, un affluent de la rivière Sankuru qui se jette sur la rivière Kasaï, constitue une opportunité pour développer un trafic fluvial important avec la présence d’un port moderne qui va permettre aux produits manufacturés en provenance de Kinshasa et d’autres coins industrialisés du pays, d’atteindre le centre du pays par la voie fluviale. D’où, l’apport de la firme égyptienne dans la matérialisation de ce projet. L’autre projet au programme, c’est l’étude, l’approvisionnement, la construction et le financement pour l’érection d’une centrale photovoltaïque dans cette province du pays, d’une capacité de 10 mégawatts. «Nous sommes venus signer deux protocoles d’accords. Le premier consiste à développer un projet solaire de 10 mégawatts et le second concerne la construction d’un port. Nous avons expliqué au Directeur général du FPI que nous allons commencer les études le plus rapidement possible au maximum deux mois et l’exécution du projet dans une période qui n’excède pas six mois. Nous avons eu nous-mêmes des informations positives à partir de notre pays que le FPI est une institution sérieuse et crédible et nous sommes dans une bonne disposition pour travailler avec cette institution», a souligné Mahmoud El Essawy, Directeur général des opérations à l’étranger de cette société égyptienne. Les deux sociétés égyptiennes ont rassuré disposer des moyens nécessaires à l’effet de mobiliser les compétences techniques nécessaires à la réalisation des projets leur confiés par le FPI. Aussi, endéans deux mois à compter de la signature de ces protocoles, elles vont soumettre au FPI, un dossier technique contenant les preuves d’expériences ainsi que de capacités financières pour la matérialisation de ces projets. Le go est donné, et c’est donc parti pour un partenariat gagnant-gagnant entre la RD-Congo et l’Egypte à travers le FPI et ses deux partenaires égyptiens. Dans les tous prochains jours, les parties se retrouveront pour procéder à la signature des contrats financiers pour la réalisation de ces projets du reste salutaires pour les populations bénéficiaires du Grand Kasaï.

Olitho KAHUNGU