ActualitésDossier à la UneNation

Ilunga Ilunkamba, un technocrate vertébré pour booster le développement de la RD-Congo

Après l’investiture de son équipe gouvernementale, vendredi 06 septembre 2019, à l’Assemblée nationale, le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba a finalement pris ses fonctions samedi 7 septembre dernier au terme d’une cérémonie de remise et reprise avec son prédécesseur, Bruno Tshibala Nzenzhe. Après avoir pris possession de son poste d’affectation, il s’est mis directement au travail. Une manière de montrer que l’homme reste infatigable. Au regard du temps pressant qu’il a connu lors de la présentation du programme du gouvernement de la République et surtout de la réplique aux préoccupations soulevées par les députés nationaux lors du débat général sur ledit programme.

Cet homme d’Etat bien connu dans les sérails politiques de la RD-Congo aura ainsi l’unanimité au sein de la coalition CACH-FCC. Né à Djino, dans le Katanga  profond, ce digne fils du terroir a gravi les échelons de la vie sociale, au mental et à l’abnégation. C’est à l’âge de 24 ans qu’il décroche son diplôme de licence en Sciences commerciales à la Faculté des Sciences économiques à Lovanium, l’actuelle Université de Kinshasa -UNIKIN. Ainsi commence une carrière pour ce jeune qui opte pour l’enseignement, question de partager son savoir avec les jeunes étudiants, tout en continuant à se parfaire. Huit années ont suffit pour que Sylvestre Ilunga soit proclamé docteur en Economie appliquée. Pendant plus d’une décennie, il assume successivement différentes fonctions au sein de quelques institutions du pays. Il a été tour à tour Directeur de cabinet de ministre, secrétaire d’Etat, plusieurs fois vice-ministre, ministre du Plan et des Finances. Marqué profondément par les pillages de triste mémoire qu’a connus le pays en 1991 et 1993 sous le régime de feu Président Mobutu, Sylvestre Ilunga va se replier en Afrique du Sud où il marque une pause. Sa réputation ayant franchi les frontières nationales, il sera engagé en qualité d’Associé-gérant de la Société RETIMEX, basée à Cap-Town. Pendant 10 ans, il y apporte son expertise dans le montage des financements et dans l’import-export pour l’industrie des métaux non ferreux de la RD-Congo. En 2003, lorsque son pays s’engage dans la voie de profondes réformes économiques, c’est Ilunga Ilunkamba avec son expertise aguerri qui répond à l’appel de la nation RD-congolaise, en qualité de secrétaire exécutif du Comité de pilotage de la réforme des entreprises publiques – COPIREP.

Homme d’Etat, Ilunga croit en la femme et en la jeunesse

C’est là qu’il découvre des grandes figures féminines de l’espace politique RD-congolais telles que Wivine Mumba Matipa, Louise Munga, et tout au début, Jeanine Mabunda, actuelle présidente de l’Assemblée nationale. Avec ces dames, il relève, onze ans durant, de grands défis, entre autres la modernisation du droit des affaires et l’adhésion à l’OHADA; la sécurisation et la protection des investissements privés grâce à l’adhésion à l’Agence pour l’assurance du commerce en Afrique; la création de tribunaux de commerce; la modernisation du cadre juridique des entreprises publiques, qui a ouvert la voie au processus de la réforme de ces entreprises; le montage de projets financés par les partenaires au développement qui, aujourd’hui encore, soutiennent la modernisation de nombreuses infrastructures de base dans le domaine du transport ferroviaire et aérien, de l’électricité, de l’eau, des télécommunications, etc. D’autres défis également relevés sont la conduite d’opérations de désengagement, et notamment la réhabilitation aux standards internationaux de l’Hôtel Karavia à Lubumbashi; la simplification des procédures douanières à Matadi et Kasumbalesa. Voilà l’épisode qui éclaire le combat actuel de Sylvestre Ilunga Ilunkamba pour la représentativité du genre. Selon certains témoignages, cet homme d’Etat croit en la femme et en la jeunesse à qui il prodigue des conseils dans la vie courante, plus particulièrement dans les auditoires, l’enseignement étant le seul métier pour lequel il a rédigé une demande d’emploi. Au moment de sa nomination par Ordonnance présidentielle comme Premier ministre Sylvestre Ilunga présidait encore aux destinées de la Société nationale des chemins de fer du Congo -SNCC- où il était confronté aux réalités de gestion quotidienne d’une entreprise publique en restructuration. Ce réformateur est passé ainsi de la conception des reformes à leurs mises en œuvre, douloureuses certes, mais nécessaires. Il fallait un caractère bien trempé pour concevoir et conduire ces réformes qui bousculaient la quiétude des fossoyeurs des entreprises publiques. Et autant pour les mettre en œuvre.

Patriote et nationaliste

De ce fait, l’homme a du caractère, des principes, une intégrité à toute épreuve nourris par son attachement aux valeurs traditionnelles, familiales et chrétiennes dont il dit avoir fait le plein durant son cursus scolaire, en plus d’un calme olympien. Presque jamais un mot plus haut que l’autre. La force tranquille. Sous son air sévère, le Professeur Ilunga est également un homme ordinaire: époux, père, grand-père, à la fois patriote et nationaliste. Ses amis disent de lui qu’il est un Kinois de Lovanium, de culture katangaise, et qui a trouvé l’âme sœur au Kongo Central, reliant ainsi l’Est à l’Ouest. A bientôt 73 ans, Ilunga Ilunkamba engage le défi de sa vie. Déjà, il a su fédérer Opposition et Majorité, et il porte les espoirs d’une jeunesse et d’une nation qui vient de vivre sa seule alternance pacifique du pouvoir en six décennies d’indépendance. Il lui en faudra du caractère, de l’audace, des principes, du calme pour mener à bien ce nouveau défi.José BABIA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer