ActualitésPolitique

Henri Thomas Lokondo: «ces consultations doivent être sincères»

L’adresse du Chef de l’État à la nation continue à susciter des réactions dans la classe politique en RD-Congo. À l’instar de Moïse Katumbi et autres personnalités qui se sont prononcées, le député national membre du Front commun pour le Congo -FCC-, Henri Thomas Lokondo vient, à son tour, de s’exprimer sur les consultations annoncées par Félix Tshisekedi. Dans une interview accordée à radio «Top Congo», l’élu de Mbandaka estime que le Président de la République avait voulu dire solennellement à l’opinion nationale et internationale qu’il y a une crise. Ensuite, il a voulu dire clairement que la coalition actuelle FCC-CACH a pris fin. Maintenant, il faudra procéder par des concertations pour requalifier les choses dans le sens de mettre en place une nouvelle gestion politique de l’État. Le député Lokondo dit ne pas voir comment le Chef de l’État pouvait dissoudre l’Assemblée nationale. Il a évoqué l’article de la Constitution qui stipule qu’il n’y a pas de conflit entre le gouvernement et l’Assemblée nationale. Sur le plan de droit, il était difficile pour Tshisekedi d’agir de cette manière. Concernant les ordonnances présidentielles nommant les juges ayant prêté serment récemment, Henri Thomas Lokondo a rappelé avoir été parmi les premiers à dénoncer ces ordonnances qui enervaient considérablement la Constitution. De l’avis de cet acteur politique expérimenté, maintenant que l’opinion nationale est dans une situation de fait accompli, il est important de dénouer cette crise qui s’est installée, le dialogue étant le nœud de la paix. «Nous avons besoin de la paix et de la tranquillité pour le développement de notre pays. L’entretien, le dialogue, la concertation pour l’intérêt de la République, reste une vertue pour tout homme d’État», a déclaré Lokondo, insistant sur le fait que les concertations annoncées doivent avoir également un terme de référence clair. Dans son entendement, il y a nécessité pour toutes les parties de dialoguer pour supprimer les mauvais clichés qui sont en train d’être projetés maintenant à l’extérieur du pays. Cet extérieur, a précisé le député, considère la RD-Congo comme une République bananière. D’où, il faut corriger tout ça. Henri Thomas Lokondo est revenu sur l’initiative du Groupe de 13 personnalités -G13- dans leur appel du 11 juillet 2020, en faveur d’un consensus national sur les réformes constitutionnelles et électorales. Dans son préambule, Le G13 avait déjà fait constater qu’il y avait des choses qui n’allaient pas dans la coalition FCC-CACH. Et que cela pouvait avoir des conséquences fâcheuses sur le fonctionnement général de l’État.

J. B

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer