ActualitésDossier à la UneEcofin

RDC : FPI finance le balisage et le dragage de Lubi et Sankuru

Le Fonds de promotion de l’industrie -FPI- finance depuis quelques mois la société Malila pour l’approvisionnement de la ville de Mbuji-Mayi, au Kasaï Oriental, en farine, ciment, sucre et carburant. Elle marche bien cette initiative imbriquée au programme du Chef de l’État destiné à lutter contre les inégalités et réduire la pauvreté. Elle contribue à la baisse des prix sur le marché local. Déjà trois convois ont été expédiés entre mars et mai vers le port de Ndomba, sur la rivière Lubi, à environ 60 km de Mbuji-Mayi. Arrivé le 26 mai à Ndomba, la troisième cargaison avait à son bord 20.000 sacs de ciment, 4.000 sacs de farine, 4.000 sacs de riz de 50 kg et 4.000 sacs de sucre. Le quatrième est en cours de chargement au port de Kinshasa. Dans la ville diamantifère, la population est satisfaite. Le magasin Economat du peuple, où ces marchandises sont mises en vente, renaît de ses cendres et ne désemplit pas.

À ce sujet, le confrère en ligne «Ouragan Fm» a fait un constat qui en dit long: «À ce jour, ce projet s’est révélé salvateur pour la population de cette province qui vit au quotidien ses impacts positifs dans leurs vies. A titre d’illustration, un sac de ciment qui se vendait à 26 dollars à Mbuji-Mayi, se négocie désormais à 17 dollars depuis l’accostage, au port de Ndomba, des trois premiers convois de bateaux».Puis: «Dans la foulée, un sac de farine est passé de 80 à 58 dollars. Celui du riz s’achète à 55 dollars au lieu de 70 dollars avant. Le sac du sucre a, quant à lui, connu une baisse de 25 dollars. Il est parti de 80 à 55 dollars». Cependant, les opérations connaissent quelques difficultés. Outre les tracasseries administratives auxquelles les différents services de l’État soumettent les convoyeurs le long de la rivière Sankuru, dans la province du même nom, le tronçon entre le port de Lusambo, sur Sankuru, et le port de Ndomba connaît un sérieux problème de navigabilité dû à la rupture de dragage depuis des années.À l’issue d’une série de réunions avec le ministre des Transports et les responsables de la Régie des voies fluviales -RVF- en mai dernier, le FPI a négocié un contrat de financement inter institutionnel de 450.000 dollars avec sa partenaire publique pour le balisage, le dérochage et le dragage des rivières Lubi et Sankuru. «Le FPI a versé à la RVF  un acompte de 70%, soit 315.343 dollars», a assuré mardi Elvis Nguala, responsable de la communication du Fonds.Nguala a précisé aussi que les activités liées à ce projet partiront de la localité de Ndomba jusqu’à la confluence entre Lubi et Sankuru, au niveau de Lusambo. Les travaux vont consister aux études techniques de la rivière Lubi, à la pose des signaux de rive ou au balisage, à l’installation des échelles d’étiage et au dragage. Sont également prévus: le dérochage, l’élagage ou l’ébranchage des arbres réduisant la visibilité de la route de navigation et, surtout, le dragage des chenaux et passes de navigation où les mouillages ou profondeurs sont réduits.

Tino MABADA

Articles similaires

Fermer
Fermer