ActualitésDossier à la UneNation

Félix Kabange lance la campagne sur la réforme de l’aménagement du territoire

Les experts notent que l’aménagement du territoire joue le rôle de boussole du gouvernement dans l’affectation, l’occupation, l’exploitation et la gestion de l’espace physique national. «Il permet d’assurer une meilleure gestion et valoriser les ressources naturelles; les inégalités socioéconomiques aux échelles provinciale et nationale; programmer les investissements dans le temps et l’espace; promouvoir les potentialités provinciales et enfin, répondre aux besoins diversifiés des hommes, notamment l’alimentation, le logement, l’habitat, la santé, l’éducation, la mobilité et l’emploi», précisent-ils. Dans cette perspective, Félix Kabange Numbi Mukwampa, ministre de l’Aménagement du territoire et Rénovation de la ville, en partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement -PNUD-, a procédé, mardi 30 octobre à l’Hôtel du fleuve à Kinshasa, au lancement de la campagne de sensibilisation sur le concept et le processus de la réforme de l’aménagement du territoire.
 
Relever le défi de l’aménagement du territoire et rénovation de la ville, c’est le projet qui tient le gouvernement RD-congolais à cœur. A cette fin, Félix Kabange Numbi Mukwampa, ministre de l’Aménagement du territoire et Rénovation de la ville, en partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement -PNUD-, a procédé, mardi 30 octobre à l’Hôtel du fleuve à Kinshasa, au lancement de la campagne de sensibilisation sur le concept et le processus de la réforme de l’aménagement du territoire.
Cette campagne vise à informer et à sensibiliser le grand public et les parties prenantes au concept de l’aménagement du territoire; améliorer la compréhension sur les enjeux, défis, rôles, objectifs et importance de l’aménagement du territoire dans le développement durable de la RD-Congo; vulgariser les différentes outils et instruments de l’aménagement du territoire à mettre en place dans la réforme et enfin, inciter au changement de comportement des parties prenantes dans l’utilisation de l’espace physique du territoire national et la gestion des ressources naturelles. Cette campagne ouvre, au ministère de l’aménagement du territoire, une série de communication axée sur le processus de la réforme de ce secteur. Réforme initiée par le gouvernement appuyé par ses partenaires techniques et financiers dont le Fonds de l’initiative pour la forêt de l’Afrique centrale -CAFI-, le FONAREDD et le PNUD.
Le ministre Kabange Numbi s’y attèle. «Le lancement ce jour de la campagne de sensibilisation du concept aménagement du territoire me donne l’occasion de vous faire partager ma vision de ce concept, avec un regard particulier de ministère d’Aménagement du territoire et Rénovation de la ville: que la meilleure approche de l’aménagement s’appuie sur trois grands principes, je cite: la coordination, la coopération et la participation», a-t-il annoncé.  Pour sa part, le Directeur-Pays PNUD RD-Congo, Dominic Sam, a félicité le gouvernement RD-congolais pour sa ferme volonté et son engagement à concrétiser la mise en œuvre de la réforme de l’aménagement du territoire, un processus lancé depuis juin 2017.
 
Construire des nouvelles villes et réhabiliter les anciennes
«Déjà, l’option prise en faveur de la décentralisation et déconcentration du pays nécessite une inflexion profonde dans les rapports entre Etat et entités territoriales, sachant que la préoccupation d’aménager le territoire, consistera d’abord à équiper et équilibrer celui-ci», a-t-il dit.  Puis: «ainsi, le PNUD est honoré une fois de plus d’accompagner le gouvernement RD-congolais dans la mise en œuvre de son processus de la réforme de l’aménagement du territoire, une entreprise cruciale aux multiples enjeux et défis, mais salutaire pour le développement harmonieux du pays». Au ministère de l’Aménagement du territoire et rénovation de la ville, les experts ont fait un constat amer selon lequel les villes RD-congolaises se sont développées en tâche d’huile sans respect des normes urbanistiques avec une démographie galopante. Cette situation dramatique a pour conséquence, entre autres, la création de bidons villes, taudis et construction anarchiques; l’étalement urbain avec l’apparition des quartiers spontanés et les inondations provoquant l’insalubrité et les maladies. A cela s’ajoutent le chômage et la criminalité urbaine sur fond d’insuffisance des équipements sociocommunautaires, de dégradation de quelques infrastructures de base existantes et de dégradation des conditions de vie des populations, entrainant ainsi la pauvreté et la promiscuité dans un climat de détérioration contenue de l’environnement immédiat.
Et la création de ce ministère est tombée à point nommé pour concevoir et élaborer des plans d’aménagement du territoire et faire le suivi de leur exécution et exécuter des politiques et des stratégies opérationnelles  et d’orientation visant la meilleure répartition dans l’espace des activités humaines. Et ce, en contrôlant et en surveillant de manière permanente l’utilisation de l’espace physique du pays.
Vu sous cet angle, l’aménagement du territoire a pour objectifs de préserver l’intérêt des groupes et des individus; d’assurer la croissance de l’économie nationale par la maitrise et la mise en valeur des ressources naturelles; chercher la justice sociale par une meilleure répartition des fruits de la croissance et organiser l’espace tout en protégeant l’environnement.
C’est dans cette logique que s’inscrit la rénovation de la ville caractérisée par la réhabilitation, la reconstruction et la modernisation des villes existantes et des quartiers vétustes. «Avec cette rénovation, le gouvernement, via le ministère de l’aménagement du territoire en collaboration des ministères de l’Urbanisme et Habitat, des affaires foncières ainsi que du Plan et des Travaux publics, entend développer la ville dans son périmètre existant, à savoir gérer l’étalement urbain et préparer la ville par des projections futures en rapport avec l’éclosion démographique», affirme-t-on. Et d’ajouter: «La rénovation s’opère dans les îlots ou quartiers fortement délabrés. Ce qui consistera à remplacer les logements insalubres par les habitations de qualité accessibles à tous,  réhabiliter les équipements collectifs et les infrastructures urbaines ainsi que restaurer les édifices ou monuments à valeur patrimoine élevée. La construction des nouvelles villes est prise en considération».
Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer