ActualitésPolitique

Didi Manara: «le contrôle parlementaire oui mais pas avec le bureau d’âge»

L’Assemblée nationale est déjà en session extraordinaire dont l’ordre du jour porte essentiellement sur la poursuite de la l’examen de la pétition engagée contre le questeur adjoint de l’Assemblée nationale, l’organisation de l’élection du nouveau bureau définitif et son installation, le vote des projets de loi autorisant la ratification des accords et traités ainsi que le contrôle parlementaire.

Mais le Front commun pour le Congo -FCC- refuse l’inscription du contrôle parlementaire et du vote de certaines lois à l’ordre du jour de la session extraordinaire de janvier 2021 sous la direction du bureau d’âge de la Chambre basse du Parlement. C’est le député PPRD Didi Manara qui a exprimé publiquement ce désaccord pendant que le premier secrétaire du bureau d’âge qui fait office du rapporteur lisait la décision convoquant la session extraordinaire.

Dans le camp du FCC, la Cour constitutionnelle a habilité le bureau d’âge de l’Assemblée nationale pour poursuivre l’examen de la pétition d’un membre du bureau de la Chambre basse, pour organiser l’élection et l’installation du nouveau bureau définitif et pour gérer les affaires courantes de l’Assemblée nationale. «La Cour constitutionnelle n’a pas donné au bureau d’âge le pouvoir de faire voter des lois ou d’organiser le contrôle parlementaire», a souligné le député Fidèle Likinda qui est allé dans le même sens que son collègue Didi Manara. Et de renchérir: «et même alors, le contrôle parlementaire et le vote des lois sont des points qui devraient être discutés à la conférence des présidents. Ce qui n’a pas été fait. Voilà pourquoi nous ne pouvons pas accepter de telles histoires».

Selon le député Didi Manara, président du groupe parlementaire PPRD, le vote des projets de lois de ratification et le contrôle parlementaire sont des matières qui relèvent de la compétence du bureau définitif et non du bureau d’âge. Voilà la question qui a failli soulever les étincelles dans l’Hémicycle.

Mboso exhorte les députés à la tolérance

Dans son discours d’ouverture de la session extraordinaire de janvier 2021, le président du bureau d’âge de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso, a exhorté les députés à la tolérance, à garder l’état d’esprit de paix, de respect mutuel et de justice au cours de cette session extraordinaire.

«L’Arrêt de la Cour constitutionnelle, Arrêt R.Const. 1438, rendu le 15 décembre 2020, a prorogé le mandat du bureau d’âge tout en l’habilitant à gérer les affaires courantes de l’Assemblée nationale et à convoquer celle-ci en session extraordinaire pour vider la pétition engagée contre le questeur adjoint et organiser les élections des membres du nouveau bureau définitif. Cet arrêt a tranché et mis fin au débat sur la légitimité de la prorogation du mandat de votre bureau», a souligné Christophe Mboso.

Et de poursuivre: «quant à l’élection et l’installation de ce nouveau bureau, elles auront lieu selon un calendrier qui sera rendu public très prochainement».

DK

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer