Lutte contre l’aliénation abusive du patrimoine de l’Etat: les mesures courageuses de Molendo Sakombi

0

Après la remise et reprise avec le ministre sortant, Tshibangu Kalala, le nouveau ministre des Affaires foncières, Aimé Sakombi Molendo, s’est mis directement au travail pour mettre fin à la mafia foncière qui piétine depuis de longues années le principe constitutionnel évoqué par le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Lundi 16 septembre 2019, avant d’entamer une tournée d’inspection dans les circonscriptions foncières, il a pris trois mesures conservatoires pour protéger le patrimoine immobilier de l’Etat et des particuliers. «Des informations en ma possession font état de l’aliénation abusive du patrimoine immobilier de l’Etat ainsi que des biens immobiliers des particuliers ayant été considérés et déclarés comme biens sans maitre au mépris délibéré de toutes procédures légales en la matière. Et cet état de chose m’oblige de prendre les mesures conservatoires», a signifié le ministre des Affaires foncières, Aimé Sakombi Molendo, dans une correspondance adressée, lundi 16 septembre 2019, à tous les conservateurs des titres immobiliers des circonscriptions foncières de la RD-Congo. Ces trois courageuses mesures s’inscrivent dans la vision du Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi qui a déclaré que la propriété privée est sacrée. La première mesure consiste à ne plus établir des titres de propriété sur base des arrêtés de désaffectation ou cession d’un immeuble du domaine privé de l’Etat. La deuxième est axée sur l’inexécution des arrêtés ministériels portant déclaration des biens sans maitre et ceux portant reprise des biens immobiliers dans le domaine privé de l’Etat pour déchéance de droit quelle qu’en soit la motivation. Pour donner une dimension à son combat, le ministre Sakombi Molendo a instruit -troisième mesure- les conservateurs à transmettre les différents dossiers de cette nature au secrétaire général pour examen et rapport à lui communiquer dans le meilleur délai.

Christian BUTSILA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom