ActualitésNation

Consultations: CENCO, ECC, Lamuka… partants

Le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo s’est adressé vendredi 23 octobre dans la soirée à la Nation à travers un message de 6 minutes retransmis à la Radio et télévision nationale congolaise -RTNC. Adoptant un ton ferme, le Chef de l’Etat a annoncé qu’il entame, dès cette semaine, une série de contacts visant à consulter les leaders politiques et sociaux les plus représentatifs, afin de recueillir leurs opinions à l’effet de créer une union sacrée de la nation. «Ces consultations visent la refondation de l’action gouvernementale autour des principes de participation à la gestion du pays», a-t-il déclaré.

Et de promettre: «à l’issue de celles-ci, je reviendrai vers vous, dans une nouvelle adresse, pour vous faire part de mes décisions qui n’excluront aucun cas de figure». Le discours du Chef de l’Etat est diversement commenté au sein de l’opinion nationale selon que l’on est proche ou loin de son camp politique. Nombreux sont ceux qui sont disposés à participer à ces consultations. L’Eglise catholique, l’Eglise du Christ au Congo -ECC-, la plateforme politique Lamuka de Martin Fayulu, le député national Henri Thomas et bien d’autres RD-Congolais sont favorables aux consultations décrétées par le Chef de l’Etat pourvu qu’elles soient sincères. En lanceur d’alerte, le député national Henri Thomas Lokondo y voit une manière pour le Chef de l’Etat de mettre fin à la coalition FCC-CACH et veut que tout soit tiré au clair.

«Ces concertations-là doivent être sincères et avec un terme de référence clair», a proposé l’élu de Mbandaka, l’un des 13 personnalités dit Groupe de 13, qui ont dernièrement fait des propositions sur les réformes électorales profondes avec les prochains scrutins et cadre du FCC. Il l’a fait savoir dans une interview accordée à nos confrères de «Top Congo». En réaction à l’adresse du Chef de l’État, l’Eglise du Christ au Congo -ECC-, par un communiqué signé par son président et représentant légal, le Révérend Dr. Bokundoa-bo-Likabe, encourage le Président de la République à s’imprégner profondément des avis du peuple pour la refondation de l’action publique.

C’est ainsi que l’église protestante se dit prête à l’accompagner dans ce sens que son message à la nation a été empreint à la fois de conciliation, bravoure et détermination allant dans le sens de la création d’un nouveau paradigme de gestion du pays et dont le sort ne serait plus le seul apanage d’une infime minorité au détriment de la majorité de compatriotes comme cela a toujours été le cas. «L’Eglise du Christ au Congo encourage le Président de la République à s’imprégner profondément des avis du peuple pour la refondation de l’action publique.

Car, jusqu’à ce jour, ce peuple de Dieu au Congo, notre troupeau ne trouve pas encore son compte dans l’alternance politique, à côté de la dégradation continue de sa situation socioéconomique davantage fossoyée par les conséquences du confinement dû à la pandémie de Covid-19. L’Eglise du Christ au Congo réaffirme sa disponibilité à accompagner la RD-Congo vers tout processus qui préserve l’unité, la cohésion et l’intégrité territoriale, ainsi que le bien-être du peuple RD-congolais», peut-on lire dans le communiqué du président de l’ECC.

Puis: «C’est pourquoi, par la voix de son président national et représentant légal, le Révérend Dr Bokundoa-bo-Likabe, l’Eglise du Christ au Congo se réjouit de l’adhésion du Président de la République à l’idée des concertations nationales qu’elle a tant préconisées depuis plusieurs années afin d’aborder les questions de fond qui bloquent le développement de notre pays. Une chose est certaine: les ténèbres ne régneront pas toujours sur le Congo».

Pour sa part, réagissant samedi 24 octobre au discours du Président de la République, la Conférence épiscopale nationale du Congo -CENCO- a salué la proposition d’entamer des consultations dès le début de cette semaine. Selon le secrétaire général de la CENCO, l’abbé Donatien Nshole, l’Eglise catholique est ouverte au dialogue et s’est engagée à accompagner les institutions du pays. «Je ne sais pas dans quel sens il -le Président de la République ndlr- va évoluer, qui il va consulter, qui il ne va pas consulter. Ça c’est à sa discrétion. L’église catholique a toujours été pour le dialogue sous toutes ses formes. L’église catholique s’est engagée à accompagner les institutions du pays», a déclaré Donatien Nshole. Martin Fayulu Madidi, coordonnateur de la coalition Lamuka, candidat malheureux à la présidentielle de 2018, se dit également prêt à participer à ces consultations, mais il voudrait que les choses se passent selon le plan de Lamuka. C’est une réaction à chaud.

Martin Fayulu pourra y revenir avec de plus amples détails dans un proche délai après avoir pris langues avec les autres membres du Présidium de Lamuka. Du côté FCC, pas encore de déclaration publique. Toutefois, il n’y a que le secrétaire permanent adjoint du PPRD, Ferdinand Kambere, qui a déclaré sur les ondes de «Top Congo» que le discours du Chef de l’Etat a été décevant. Selon lui, le PPRD s’attendait à ce que Félix Tshisekedi puisse annuler la prestation de trois nouveaux juges constitutionnels qu’il considère comme étant nommés en violation de la Constitution.

Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer