ActualitésJusticeSociété

Claude Kahato, l’homme qui veut spolier près de 600 familles à Shonga au Nord-Kivu, enfin sous les verrous au Parquet de Kinshasa/Matete!

Sieur Claude Kahato Kalimhurima a longtemps spolié les propriétés d’autrui au Nord-Kivu, avec l’appui de certains fonctionnaires des Affaires foncières et des membres de l’appareil judiciaire à Goma. Les victimes, près de 600 familles des fermiers et leurs dépendants, ont entrepris de l’assigner en justice à Kinshasa.

Des sources judiciaires ont rapporté jeudi que « Claude Kahato a été interpellé et placé sous les verrous par le Parquet de Kinshasa/Matete ». Depuis le 4 août dernier, le procureur général Sylvain Kaluila Muana avait émis un avis de recherches à l’encontre de Claude Kahato « pour faux et usage de faux et corruption, infractions prévues et punies par les articles 124-126; 146 » du Code pénal Livre II.

Depuis son interpellation, certains membres de la Cour de cassation proches de Kahato ont appelé pour mettre la pression sur le magistrat en charge du dossier, à en croire les proches du dossier.

Claude Kahato prétend avoir acheté la colline de Shonga, sur les hauteurs de Masisi, dans la province du Nord-Kivu. En réalité, il se sert de faux titres dont il dispose pour s’illustrer par un trouble de jouissance dont sont victimes les vrais propriétaires des terres qu’il convoite, voilà environ 5 ans, près de 600 familles fermières, aujourd’hui contraintes à l’abandon de leurs activités d’élevage et agricoles ainsi qu’au déguerpissement grâce aux pratiques tendant à soudoyer des membres de l’appareil judiciaire à Goma.

Les populations de Shonga accusent Kahato d’avoir récemment organisé l’enlèvement de Hama Zahiga, lanceur d’alertes et président de la Société civile de Shonga.

Avec le concours du Président de la Société civile du Nord-Kivu, les familles spoliées ont dernièrement accompagné au tribunal de paix de Goma sieur Hama Zahiga, objet des poursuites du prétendant acheteur Claude Kahato.

Les familles spoliées en appellent à l’implication du Président de la République, du Premier ministre et du ministre des Affaires foncières pour être rétablis dans leurs droits.

Natine K.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer