ActualitésSociété

RDC : CIFOR publie son nouveau livre sur l’utilité de la REDD+

«La REDD+ n’a pas toujours répondu aux attentes, mais reste utile pour les ambitions climatiques mondiales, montre un nouveau livre du CIFOR», avance ce nouvel ouvrage

Une nouvelle publication, fruit des recherches menées par le Centre de recherche forestière internationale -CIFOR-, atteste de l’utilité de la REDD+ pour les ambitions climatiques mondiales. C’est ce que renseigne un communiqué de CIFOR relatif à la parution de cet ouvrage dont la version française est disponible gratuitement dans la bibliothèque virtuelle de cet organisme international.

Tout en reconnaissant que la REDD+ n’a pas toujours répondu aux attentes, ce livre, soutientque «les initiatives locales de la REDD+ ont livré des résultats positifs pour les forêts, quoique modestes». Il en veut pour exemple le fait pour la REDD+ d’avoir permis aux forêts de se faire une place dans les agendas internationaux et dans certaines politiques nationales. «Les initiatives nationales de REDD+ ont amélioré les capacités de suivi-évaluation des pays et leurs connaissances des moteurs de la déforestation, permis une plus grande participation des parties prenantes, et procuré une plateforme pour garantir les droits à la terre des communautés et des populations autochtones», souligne la publication, qui note tout de même que «les impacts sur la qualité de vie des populations sont limités et mitigés, mais souvent plus positifs quand des incitations étaient prévues».

Au-delà des analyses, le nouveau livre du CIFOR a formulé des propositions dont la principale est «d’intégrer l’atténuation du changement climatique liés aux forêts dans les plans d’action nationaux concernant le climat et le développement, et de la prendre en compte systématiquement dans tous les secteurs et niveaux de gouvernance».

Cette recommandation fait suite à cette observation: «Depuis 2007, plus de 50 pays ont mis en place leur stratégie de REDD+, de nombreux gouvernements infranationaux se sont officiellement engagés à réduire la déforestation, et plus de 350 projets et programmes ont été mis en œuvre dans les tropiques. Cependant, jusqu’à présent, peu d’études ont été entreprises pour mesurer objectivement comment cette initiative a contribué à réduire les émissions causées par la déforestation et la dégradation des forêts».

Cet ouvrage, dont la visée est de «tirer les premières conclusions relatives à la conception, à la mise en œuvre, à la progression, et aux impacts des initiatives infranationales et nationales de la REDD+», est, d’après Denis Sonwa, scientifique du CIFOR, un «outil important pour les décideurs en Afrique cherchant à mettre en œuvre des politiques efficaces pour réduire les émissions de carbone tout en améliorant les conditions de vie des communautés forestières».

Ce chercheur et co-auteur du livre mentionne qu’il contient des informations, des analyses et des recommandations, pour intégrer efficacement l’atténuation basée sur les forêts dans les plans nationaux de développement et d’action climatique. 

Laurent OMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer