ActualitésDossier à la UneNation

Baromètre du gouvernement juillet 2018: Bongongo-Lumeya, le duo de tête

Comme à l’accoutumée, l’institut de sondage Les Points a, du 30 au 31 juillet 2018, réalisé un sondage afin d’évaluer l’action des membres du gouvernement en ce moment où nombre de ministres ont focalisé leur attention sur la bataille électorale de décembre 2018. Bongongo et Lumeya forment le duo de tête de ce baromètre de juillet 2018 avec respectivement 82% et 67% d’opinions favorables.  
 
En plein cœur du processus électoral, certains membres du gouvernement, au-delà d’affûter leurs armes pour des échéances à venir, accomplissent avec bravoure leur tâche au sein de l’Exécutif pendant que d’autres ont la tête ailleurs.
L’institut de sondage Les Points a, du 30 au 31 juillet 2018, mené une enquête de terrain à Kinshasa pour évaluer l’action des membres du gouvernement en ce moment où l’attention de l’opinion est tournée vers les opérations de dépôt de candidature. Les résultats de cette enquête placent Michel Bongongo, ministre d’Etat en charge de la Fonction publique, à la tête du classement avec 82% de suffrages favorables. «La réforme de l’administration publique initiée par le Chef de l’Etat et conduite par le ministre d’Etat à la Fonction publique est appréciée par la quasi-totalité de la population RD-congolaise qui apprécie le nouveau cap franchi avec le lancement du concours pour les candidats secrétaires généraux. Une première en République démocratique du Congo», explique cet institut. Puis: «Tous les enquêtés informés de cette initiative la soutiennent et estiment que ce concours va sonner la rupture avec les mauvaises habitudes du passé».
La deuxième position de ce classement est occupée par le ministre des Affaires foncières, Lumeya-Dhu-Malegi, qui, par ses actions, a pu séduire 67% d’enquêtés. Lumeya doit cette note au «bon fruit de la lutte contre la fraude dans son secteur et la mobilisation de recettes avec plusieurs milliards de francs congolais de recettes réalisées». Selon les enquêtés, Lumeya est un «bon ministre soucieux de la bonne santé du Trésor public».
Ministre de l’Urbanisme et habitat, Joseph Kokonyangi Witanene, pointe à la troisième marche du podium avec à son actif 61% de cote d’appréciation. De l’avis de l’institut Les Points, la progression de Kokonyangi dans le classement «s’explique entre autres par l’ouverture au dialogue et le patriotisme qu’il a manifestés dans la gestion du conflit l’opposant à la hiérarchie de l’AFDC, mais aussi par la série d’activités qu’il a menées dans le cadre de la vulgarisation de la loi sur les baux à loyer, laquelle pourra mettre fin à l’anarchie dans ce secteur». Et d’ajouter: «étant donné que le marché du logement est déséquilibré en RD-Congo, il fallait mettre en application la loi n°015/025 du 31 décembre 2015 relative aux baux à loyer. Et c’est chose faite avec la première étape qui consiste à sa vulgarisation. D’où toute l’importance que le patron de l’Urbanisme et habitat accorde à la vulgarisation de cette loi».
La montée en flèche de Chantal Safou
La ministre de la Famille, genre et enfant, Chantal Safou est en nette progression dans les derniers baromètres publiés par l’institut Les Points. Au mois de juillet, Safou a réalisé des actions remarquables qui lui ont 60% de suffrages ainsi qu’une place dans le quatuor de tête. Ces actions sont notamment la vulgarisation du protocole de Maputo sur les Droits de la femme en Afrique, ses encouragements pour les dénonciations des pratiques néfastes imposées aux femmes, entre autres les mutilations génitales et les harcèlements sexuels.
«En sa qualité de présidente en exercice du Comité technique spécialisé de l’Union africaine sur l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, c’est sous son leadership que la RD-Congo a pris une part importante dans l’application de l’Accord de Maputo sur les Droits de femmes adopté en 2003 par l’UA», avance l’institut Les Points. Puis: «Elle s’est engagée à faire respecter ces engagements ensemble avec les partenaires et a annoncé la mise en place d’un cadre de suivi et d’évaluation pour apporter un appui technique aux ministères sectoriels, assurer le monitoring, participer à l’élaboration des rapports et à la mobilisation des ressources financières pour sa mise en œuvre». Safou est en ex-aequo avec le VPM de l’Intérieur et sécurité, Henri Mova Sakanyi, qui réalise lui aussi 60% d’opinions favorables. A son actif au cours du mois de juillet, les enquêtés ont entre autres retenu le remboursement des frais payés par les différents partis politiques pour le dépôt des candidatures en marge des législatives avortées de 2016.  Léonard She Okitundu engrange 58% et se classe à la sixième position. «Le vice-Premier ministre des Affaires étrangères  joue au sapeur-pompier selon la nécessité et sait blâmer lorsque les intérêts ou la Souveraineté de la République démocratique du Congo sont menacés. Il n’a pas dérogé à la règle au mois de juillet car tant à l’étranger qu’au pays, il a été au rendez-vous pour faire son travail», argumente l’institut tout en signifiant que les nombreux déplacements du VPM aux Affaires étrangères pour défendre la cause de son pays, le rappel à l’ordre du ministre délégué aux Congolais de l’étranger après sa bourde concernant les visas humanitaires ou de soins médicaux ainsi que la remise des jeeps à plusieurs fonctionnaires et cadres de l’administration de son ministère, ont contribué à la bonne réputation du VPM She qui est talonné par son homologue aux Transports et voies de communication, José Makila Sumanda. Ce dernier, selon Les Points, a encore fait parler de lui positivement au cours du mois de juillet avec notamment l’avènement d’une nouvelle compagnie aérienne de droit indien, «Groupe Blooberry airways». Le VPM Makila s’offre ainsi 56% de suffrages grâce à cette action qui, à en croire les enquêtés, va faciliter les déplacements à l’intérieur du pays étant donné que la compagnie indienne va exploiter les différents réseaux domestiques.
«L’opinion favorable obtenue par José Makila est aussi facteurs des efforts fournis pour le développement de son secteur et de la prudence avec laquelle il a géré les dossiers de demande d’autorisation d’atterrissage des jets de Jean-Pierre et de Moise Katumbi pour leur retour au pays», souligne-t-on.
Henry Yav retrouve le baromètre
Ministre des Finances, Henry Yav signe son retour dans ce baromètre et se classe à la huitième position. A son actif, 54% d’opinions favorables acquis notamment grâce à la mise en place des stratégies et recommandations du gouvernement en vue de l’amélioration de l’exécution des opérations de la Banque africaine de développement -BAD- en RD-Congo.
Henry Yav précède dans Lambert Mende Omalanga, ministre de la Communication et médias, choisi par 53% d’enquêtés. Mende doit cette note à «sa réaction d’homme d’Etat aux cris des journalistes évoluant dans la presse en ligne sollicitant un délai supplémentaire avant l’application de l’arrêté portant organisation de ce sous-secteur de son ministère».
La dernière marche du classement est occupée par le ministre du Commerce extérieur, Jean-Lucien Busa, accrédité de 51% d’opinions favorables. Selon l’institut Les Points, sa participation active à l’élaboration d’un cadre destiné à aider les Etats membres de la Communauté des Etats de l’Afrique australe -SADC- et le renforcement des capacités des PME pour leur participation au processus d’industrialisation et aux chaines de valeur, sont les principaux facteurs ayant influencé son classement dans ce baromètre du gouvernement du mois de juillet 2018.
Laurent OMBA

Articles similaires

Fermer
Fermer