ActualitésSécuritéSociété

Lubumbashi : L’aventure des Bakata Katanga stoppée

Le bilan officiel fait état de 19 morts dont 16 assaillants et 2 policiers décapités après une incursion des miliciens de Gédéon Mutanda dans la ville cuprifère

Le calme est revenu dans les ville de Lubumbashi, chef-lieu du Haut-Katanga, et de Likasi après une incursion des miliciens Bakata Katanga dans la nuit du vendredi 25 au samedi 26 septembre. Faisant le bilan des affrontements ayant opposé les insurgés aux forces de l’ordre, le ministre provincial de l’Intérieur du Haut-Katanga, Fulbert Kunda, a révélé que «16 assaillants ont été neutralisés, plusieurs blessés, 13 capturés, 7 armes récupérées, plusieurs flèches et machettes, des effigies du Général Kyungu Mutanda et un drapeau de Mira».

Il a identifié la milice du mouvement séparatiste Bakata Katanga et du Mouvement des indépendantistes révolutionnaires africain -MIRA. Du côté forces loyalistes, Fulbert Kunda a déploré «3 morts dont 2 policiers décapités et un élément FARDC tué par balles, 7 blessés dont deux jeeps atteintes par balles, une autre saccagé et 3 armes emportées. Pas de dégâts collatéraux auprès de la Police civile». La patron de la sécurité provinciale a noté que «ceux qui sont en errance sont poursuivis».

Selon lui, «l’objectif était de prendre et de contrôler le gouvernorat, la RTNC et la place mythique Moïse Tshombe». Environ 200 miliciens, accompagnés des femmes et enfants «ont été empêchés par les forces de l’ordre d’accéder au gouvernorat». La situation étant sous contrôle des forces de défense et sécurité et le calme étant sur toute l’étendue de la ville de Lubumbashi et de Likasi, le ministre provincial de l’Intérieur a demandé à la population de «dénoncer toute personne suspecte».

Film de l’incursion

Selon plusieurs sources recoupées, les miliciens Bakata Katanga se sont bien organisés pour attaquer la deuxième grande ville du pays recourant à la stratégie de l’infiltration. Passant à l’action, le premier regroupement de miliciens s’est fait dans la périphérie de la commune annexe, précisément au quartier Golf Faustin, estimés à plus ou moins 200 personnes ayant les armes AK47, calibre 12, manchettes, flèches et autres armes blanches. Puis, le deuxième groupe s’est constitué du côté Kamatete avec une centaine de personnes.

Leur objectif était de prendre le contrôle de la Prison de Kasapa, le gouvernorat de province, la RTNC et la mythique place Moïse Tshombe comme l’a si bien dit le ministre provincial de l’Intérieur. Les forces de l’ordre ont empêché ces rebelles à hisser le drapeau du Katanga. La veille de cette attaque, la Prison de Kasapa a connu un soulèvement provoquant des dégâts et évasion d’un nombre de détenus.

C’est pour la deuxième fois au cours de cette même année que le Bakata Katanga attaquent les villes de Lubumbashi et Likasi. En mars dernier, ils avaient organisé une attaque ayant occasionné la fuite de leur leader et seigneur de guerre Gédéon Kyungu Mutanda. Le Chef de l’Etat avait instruit les forces de défense et sécurité de le traquer et de l’arrêter. Jusqu’ici, il n’est pas encore déniché de sa cachette.

Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer