Sénat: le bureau détourne USD 3.145.890,45

0

Rien ne va à la Chambre haute du Parlement. Un scandale de détournement des fonds vient d’éclater juste à la fin du mandat. Le président du Sénat et son bureau sont dans les sales draps. Le personnel politique et d’appoint de sept cabinets dudit bureau les accuse d’avoir détourné une grosse somme estimée en plusieurs millions de dollars américains. Ces accusations allaient être qualifiées de simples allégations si elles n’étaient pas accompagnées des preuves accablantes, à savoir des correspondances échangées entre le président du Sénat, le Premier ministre, le ministre des Finances ainsi que le ministre d’Etat au Budget. La correspondance axée sur la transmission de PV de la réunion mixte Personnel des cabinets et Cellule financière du Sénat faisant foi. L’argent détourné est subdivisé en trois rubriques. D’abord le bureau du Sénat est sommé de restituer USD 249.058,13, somme représentant les retenues opérées par le Sénat de janvier à avril 2013, au titre de préfinancement d’achat des véhicules auprès de TRACTAFRIC, le dossier n’ayant pas généré les effets escomptés. Puis, la restitution de USD 1.362.999,56 représentant le trop perçu entre le cumul des retenues, à savoir: USD 2.342.243,01 de mai 2013 à avril 2015 et le solde d’UDS 979.243,45 dégagée de la différence entre le crédit débloqué par la Banque internationale pour l’Afrique au Congo -BIAC- USD 3.951.730,77 et la prise en charge par le gouvernement de USD 2.972.487,32. Enfin, le bureau est sommé de payer également la totalité des indemnités de sortie, conformément à la lettre n°CAB/MIN/FINACES/CF/JK/2018/5210 du 15 décembre 2018 du ministre des Finances, adressées au Directeur général de Afriland First Bank RDC.

«Ce montant total est de USD 1.609.487,76, tel qu’il avait été communiqué individuellement aux souscripteurs, lors de la signature de l’acte d’engagement en avril 2013», précise-t-on. Ce dossier de détournement des indemnités de sortie du personnel politique de sept cabinets des membres du bureau constitue un goulot d’étranglement pour ces derniers, arrivés fin mandat. Le procès-verbal de la réunion mixte Personnel des cabinets et Cellule financière portant conciliation des comptes relative aux crédits véhicules souscrits par le personnel des cabinets du Sénat tenue vendredi 11 janvier 2019 au Palais du peuple à Kinshasa a tiré au clair cette affaire. Le PV a été transmis au Questeur du Senat le 18 janvier 2019, ce dernier, candidat malheureux à la présidentielle de décembre 2018, est élu député national. Tout en tenant coûte que coûte à rentrer dans ses droits, le personnel craint du fait que le questeur siégeant présentement à l’Assemblée nationale convoquée en session extraordinaire.

Octave MUKENDI

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom