Etranger

Transfert des eaux de la rivière Ubangi pour le lac Tchad: José Endundo sceptique…

L'ancien ministre de l'Environnement et conservation de la nature, José Endundo
L’ancien ministre de l’Environnement et conservation de la nature, José Endundo
L’ex-ministre de l’Environnement redoute les conséquences majeures en termes d’énergie -pensez à Inga-, d’agriculture et de lutte contre la désertification. Il fait aussi remarquer que l’Ubangi est déjà en situation d’assèchement progressif
Ancien ministre de l’Environnement, conservation de la nature et tourisme RD-congolais, José Endundo Bononge maitrise parfaitement le dossier Transaqua. Son opinion sur ce projet n’a pas changé: pas question d’encourager un tel projet, à ce stade. Il en donne les explications. Interview.  
Monsieur le Ministre, sous votre mandat la RD-Congo a connu un certain dynamisme par la mise en œuvre de plusieurs projets environnementaux. Qu’est-ce qui reste encore à faire? 
La question environnementale est plus que jamais au centre du débat sur l’avenir de la planète. L’expansion démographique couplée à l’épuisement progressif et non maîtrisé des ressources inquiètent de plus en plus scientifiques et décideurs politiques. Dans ce débat la RD-Congo a un rôle majeur à jouer. En effet, notre pays, par la quantité et la diversité de ses ressources, – eau, forêt, biodiversité entre autres – est une puissance mondiale qui fait partie de la solution : avec plus de la moitié des réserves d’eaux douces d’Afrique, la deuxième plus grande forêt tropicale du monde et une biodiversité qui la place dans les 5 grands acteurs mondiaux, la RD-Congo est appelée à exercer un rôle continental et mondial.
Cependant, les choses n’avancent pas aussi rapidement tel qu’on le voudrait. Malgré la prise en compte politique, malgré les nombreuses rencontres internationales associant experts et décideurs, on se rend compte que trop de contraintes retardent les solutions à longue durée, mais il ne faut pas pour autant se décourager. Il faut au contraire  rester confiant et engagé sur tous les plans. C’est à cette seule condition que la RD-Congo jouera pleinement son rôle.
Qu’est-ce que le pays doit faire pour garder son rang d’une puissance environnementale mondiale ?
Si, grâce aux ressources, nous sommes une puissance environnementale, nous devons aussi l’être politiquement. Ce n’est plus un secret pour personne. Les questions environnementales sont éminemment politiques. Aujourd’hui, nos ambitions seraient d’affirmer cette position de gardien de l’environnement mondial dans le concert des nations. Certes, nous avons des ressources, mais quel est notre politique ou notre engagement ? Cet engagement s’aligne-t-il à celui de la Communauté internationale? Par exemple, lorsque nous ne sommes pas capables d’apporter de solutions idoines à la question de la gestion de déchets, la Communauté internationale a le devoir de nous aider à résoudre cette affaire. Il important d’intégrer la dimension d’une vision et d’une gestion partagée et consensuelle dans la résolution des questions touchant à l’environnement. Il faut aussi comprendre qu’il faut du donnant-donnant. C’est ainsi qu’on parle de la solidarité obligatoire ou du principe pollueur-payeur.
Il y a quelques mois Ethiopiens et Egyptiens se disputaient les eaux du Nil. La bataille des eaux a-t-elle déjà commencé?
Les questions environnementales sont réellement vitales pour certaines nations. Sans le Nil, il n’y a pas d’Egypte viable. Or l’Egypte a un apport insignifiant d’eaux alors que l’Ethiopie contribue pour plus de la moitié en eau et a des besoins qui risquent de perturber le fonctionnement du fleuve. Il faut donc politiquement et juridiquement trouver des solutions équilibrées. En parallèle, la question du lac Tchad est cruciale pour le Tchad. J’étais donc très surpris de rencontrer le Président Idris Debby qui n’avait pas hésité à faire le déplacement pour Abuja deux jours après l’attaque sur N’Djamena alors que nous devions discuter du transfert des eaux de l’Ubangi sur le Tchad. Là aussi, il est clair que les solutions sont à la dimension des enjeux. Que concéder ou donner sans se dépouiller soi-même?
La RD-Congo a été absente de la réunion sur le projet Transaqua organisé, en avril dernier à Bologne en Italie, par les payss du Bassin du lac Tchad -CBLT…  
Les absents ont toujours tort. Dans le contexte actuel, nous ne pouvons pas transférer les eaux de la rivière Ubangi vers le Lac Tchad. En effet, il y a des prémices que nous devons prendre en compte avant de nous lancer dans une telle entreprise, notamment s’assurer de la fiabilité des études. A ce jour, ce n’est pas le cas. Nous devons avoir la certitude qu’en touchant aux eaux de l’Ubangi, nous n’allons pas perturber le cycle normal du fleuve Congo. Il est donc prématuré de penser à ce transfert alors que nous ne maitrisons pas encore les incidences environnementales du projet. Il y a des conséquences majeures en termes d’énergie -pensez à Inga- en termes d’agriculture, en termes de lutte contre la désertification et en terme social. L’Ubangi est déjà en situation d’assèchement progressif. Je peux en témoigner puisque j’ai personnellement parcouru il y a quelques jours le delta de l’Ubangi à son embouchure sur le fleuve Congo. Quel sera son comportement après ce transfert? Personne ne peut le dire avec une certitude absolue. Dans ces conditions, la meilleure posture est de s’entourer de toutes les garanties. C’est dans l’intérêt bien compris de la RD-Congo mais aussi des pays aujourd’hui en difficulté comme le Tchad. Il faut dire que toute mise en œuvre est soumise au filtrage des deux chambres du Parlement. Je ne crois pas qu’on puisse passer ce cap sans un débat excluant toute légèreté.
Le projet Transaqua est techniquement et économiquement fiable, pensent certains experts canadiens… 
C’est leur droit de le penser. Comme c’est le nôtre de nous assurer de toutes les garanties directes et complémentaires qui doivent être alignées pour s’engager. A  ce stade, il me paraît inconsidéré de s’engager trop légèrement dans un dossier aux conséquences imprévisibles. Mais ne nous affolons cependant pas. L’eau rousse de l’Ubangi coulera encore longtemps avant qu’une décision -et des moyens financiers soient mobilisés d’autant plus qu’il faudra passer par une évaluation environnementale et stratégique. J’observe avec intérêt l’attitude de la République du Congo dont les experts sont globalement du même avis que nous sur ce dossier.
Que pensez-vous du projet Grand Inga ?
La RD-Congo a tout à gagner dans ce projet. Le site de Inga, qui représente un potentiel deux fois et demi que celui des Trois Gorges en Chine est exceptionnel quant à son ratio très faible de nuisance environnementale. Au regard de son impact politique, Inga agira sur la desserte régionale mais aussi sur l’unité nationale et le plan financier. Inga sera le projet qui va booster l’économie nationale avec des retombées financières directes et collatérales majeures. Il faut donc s’y engager sans atermoiements inutiles. Inga donnera à la RD-Congo un rôle décisif en Afrique et aura des retombées politiques et sociales déterminantes pour notre population. Inga donnera le signal de l’ambition d’un grand pays.
Christian MUTOMBO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer