Etranger

JIF 2014: le gouvernement souhaite investir dans la promotion des jeunes talents

Le ministre RD-Congolais des Affaires étrangères transmet le message du Président Kabila à la présidente centrafricaine
Le ministre RD-Congolais des Affaires étrangères transmet le message du Président Kabila à la présidente centrafricaine
Raymond Tshibanda N’tungamulongo, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et de la Francophonie, a, à l’occasion de la Journée internationale de la Francophonie, célébrée le 20 mars 2014, souligné que la Francophonie est consciente de l’importance de l’enjeu que représente la participation de la jeunesse dans le développement d’une Nation.
Pour le ministre Tshibanda, au regard des besoins et attentes  des populations RD-congolaises, et pour être pertinente, la valorisation des jeunes talents doit contribuer, de manière significative, au développement des sociétés RD-congolaises. C’est pourquoi, a-t-il précisé, il est indispensable que les talents soient davantage affinés par l’éducation, la formation et la recherche, de manière à représenter une valeur ajoutée réelle à l’offre globale de la jeunesse.
Le ministre RD-congolais des Affaires étrangères a par ailleurs rappelé la vision du Chef de l’État Joseph Kabila, qui ne cesse de privilégier les actions qui ont un impact sur le vécu des populations et qui donc, dans le cadre de la coopération francophone, met un accent particulier sur l’émergence d’une Francophonie plus attentive aux rêves et aux ambitions des jeunes. «Pour le Président Joseph Kabila, investir dans la promotion des jeunes talents, entendu comme investissement dans le développement socio-économique des Etats de l’espace francophone, c’est poser les jalons de l’émergence desdits Etats. C’est aussi jeter les fondements de la Francophonie de demain», a expliqué le ministre Raymond Tshibanda.
Fidèle à la vision du Président Kabila, il a lancé donc un appel vibrant aux jeunes talents RD-congolais pour qu’ils profitent de toutes les opportunités que propose la Francophonie. «Je les invite par ailleurs à rechercher l’excellence dans toutes leurs initiatives pour être des véritables acteurs de développement, c’est-à-dire: des vecteurs de changement qualitatif aussi bien de leurs propres conditions de vie que de celles de leurs concitoyens», a-t-il renchéri.
Message radiotélévisé de Son Excellence Monsieur Raymond Tshibanda N’tungamulongo, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et de la Francophonie, à l’occasion de la Journée internationale de la Francophonie 2014
En ce jour du 20 mars, le monde francophone célèbre la Journée internationale de la Francophonie.
Je me réjouis que cette célébration ait lieu au moment où la RD-Congo assume la présidence de l’instance suprême de la Francophonie.
Cette importante et historique responsabilité aura permis à notre pays de jouer, plus que jamais, un rôle majeur dans les sphères internationales, comme en témoignent par ailleurs, plusieurs grandes initiatives RD-congolaises dont la tenue en septembre 2013, au siège des Nations unies, de la Concertation des ministres des Affaires étrangères des 77 Etats et gouvernements membres de l’Organisation internationale de la Francophonie et la tenue récente,  avec succès, du 2ème Forum mondial des femmes francophones qui a réuni, dans la capitale, plus de 3000 déléguées venus des quatre coins du globe.
Je voudrais, à cet égard, exprimer ma sincère gratitude au Président de la République, Son Excellence Joseph Kabila Kabange, pour les actes remarquables qu’Il pose depuis Son avènement à la tête de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Francophonie institutionnelle. Grace à Sa vision et à Son impulsion, la RD-Congo a en effet retrouvé et confirme chaque jour son rôle moteur et sa grandeur au sein de la famille francophone, source de fierté légitime pour les soixante-dix millions de congolais.
 
Aussi, est-ce avec un enthousiasme renouvelle et une conviction renforcée que la RD-Congo continue-t-elle à contribuer au rayonnement de la Francophonie et à la promotion de ses valeurs et idéaux sur la scène internationale.
 
Comme vous le savez, ce jour commémore la matérialisation du rêve des Pères fondateurs de ce qui est depuis devenu la francophonie institutionnelle, celui de fédérer les énergies de tous ceux qui ont en partage la langue française dans une institution commune.
 
C’est dans cet esprit que fut créée l’Agence de coopération culturelle et technique -ACCT-, le 20 mars 1970 à Niamey, au Niger, de par la volonté de 21 États et sous l’impulsion de trois Chefs d’États africains, à savoir: Léopold Sedar Senghor du Sénégal, Habib Bourguiba de Tunisie et Hamani Diori du Niger. Il est important de mentionner, en outre, la contribution insigne du Prince Norodom Sihanouk du Cambodge.
 
Conçue au départ comme un instrument de coopération multilatérale, essentiellement au plan culturel et technique, l’ACCT s’est enrichie qualitativement et quantitativement, au cours des quatre dernières décennies, pour prendre la forme actuelle de l’Organisation internationale de la Francophonie.
 
Pour rappel, le Sommet de 2004 à Ouagadougou avait assigné à la Francophonie quatre missions principales qui illustrent mieux l’évolution de son contenu.
 
Il s’agit de:
• La promotion de la langue française et de la diversité culturelle et linguistique;
• La promotion de la paix, de la démocratie et des droits de l’homme;
• L’appui à l’éducation, à la formation, à l’enseignement supérieur et à la recherche;
• La coopération au service du développement durable et de la solidarité.
 
Reflet de cette évolution, et conformément à son cadre stratégique et à ses missions, l’Organisation internationale de la Francophonie a ainsi déployé au fil des années des multiples actions, toutes utiles et pertinentes, en faveur de ses membres de tous les continents et ce, dans divers domaines, y compris ceux relatifs à l’égalité des genres, aux nouvelles technologies de l’information et de la communication -NTIC- et à la jeunesse.
Pays jeune, majoritairement peuple de jeunes, la RD-Congo est particulièrement sensible à tout ce qui touche à la jeunesse.
Les manifestations commémoratives du 44ème anniversaire de l’OIF dans notre pays, appelées à s’étaler sur une semaine, vont donc s’organiser autour du thème: «Francophonie et jeunes talents », thème qui est en phase avec l’un des segments du XVème Sommet qui se tiendra dans les mois prochains à Dakar, et dont le thème général sera: «Femmes et Jeunes en Francophonie: Vecteurs de paix, Acteurs de développement».
C’est dire que, plus que jamais, la Francophonie est consciente de l’importance de l’enjeu que représente la participation de la jeunesse dans le développement d’une nation, et que, enrichie par les échanges avec les jeunes à la faveur du dialogue intergénérationnel qu’elle ne cesse de promouvoir, elle entend continuer à apporter un appui appréciable à ses États membres afin d’accroître les capacités d’actions des jeunes et de fructifier, à leur profit et à celui de leurs pays respectifs, les jeunes talents de l’espace francophone qui forcent l’admiration dans divers domaines, notamment dans la littérature, la musique, le théâtre, la danse, la science et la technologie.
A ce sujet, il y a lieu de souligner qu’au regard des besoins et attentes  de nos populations, pour être pertinente, la valorisation des jeunes talents doit contribuer, de manière significative, au développement de nos sociétés. C’est pourquoi, il est indispensable que les talents soient davantage affinés, par l’éducation, la formation et la recherche, de manière à représenter une valeur ajoutée réelle à l’offre globale de la jeunesse.
C’est le lieu pour moi de rappeler la vision du Chef de l’État, Son Excellence Joseph Kabila Kabange, qui ne cesse de privilégier les actions qui ont un impact sur le vécu des populations et qui donc, dans le cadre de la coopération francophone, met un accent particulier sur l’émergence d’une Francophonie plus attentive aux rêves et aux ambitions des jeunes. Pour lui, investir dans la promotion des jeunes talents, entendu comme investissement dans le développement socio-économique de Etats de l’espace francophone, c’est poser les jalons de l’émergence desdits Etats. C’est aussi jeter les fondements de la Francophonie de demain.
Fidèle à cette vision, je lance donc un appel vibrant aux jeunes talents RD-congolais pour qu’ils profitent de toutes les opportunités que propose la Francophonie.
Je les invite par ailleurs à rechercher l’excellence dans toutes leurs initiatives pour être des véritables acteurs de développement, c’est-à-dire: des vecteurs de changement qualitatif aussi bien de leurs propres conditions de vie que de celles de leurs concitoyens.
Bonne fête de la Francophonie à tous !
 
Je vous remercie.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer