Etranger

Centrafrique: Touadera investi président

C’est un universitaire âgé de 58 ans. Le professeur des Mathématiques Faustin-Archange Touadéra a été investi ce mercredi 30 mars dernier à la présidence de la République centrafricaine. Elu le 14 février dernier à une écrasante majorité, il fût le dernier chef du gouvernement de l’ancien Président François Bozizé. Le nouveau Chef de l’Etat hérite d’un vaste chantier, meurtri par la guerre et dont le tissu économique est à reconstruire. Touadera est appelé à relever plusieurs défis dont celui de relancer et pacifier le pays profondément marqué par trois années de violences intercommunautaires, entre musulmans et chrétiens.
Ses priorités sautent aux yeux: la réconciliation qui devrait passer par l’organisation d’assises nationales, la mise en place d’un programme de désarmement et de réinsertion des différents groupes armés et le redressement économique et social. Juste après son élection, le nouveau président avait déclaré vouloir engager très rapidement des actions pour redresser le pays afin qu’il devienne «un État prospère, juste et fraternel».
Une forte délégation de plus de 150 personnes composée de plusieurs Chefs d’Etat et de gouvernement ainsi que des partenaires de la RCA dont l’ONU ont pris part à cette cérémonie d’investiture marquant la fin de la transition de deux ans dans le pays. Dans la capitale, c’était l’effervescence.
Les ministres français des Affaires étrangères et de la Défense, Jean-Marc Ayrault et Jean-Yves Le Drian ont fait le déplacement de Bangui. Et la France a annoncé ce même mercredi qu’elle mettra fin en 2016 à Sangaris, son opération militaire en Centrafrique, estimant sa mission de restauration de la sécurité accomplie après trois ans de sanglants affrontements intercommunautaires. Au plan politique, Faustin-Archange Touadéra, qui a la réputation d’être un «bosseur», a conduit le dialogue réunissant à Bangui fin 2008 le pouvoir, l’Opposition, la Société civile et les mouvements rebelles, à l’issue duquel ont été signés plusieurs accords de paix avec les rébellions. Faustin Archange Touadéra a remporté le deuxième tour de la présidentielle devant Anicet Doléguélé, également ancien chef du gouvernement, avec plus de 62 % des suffrages.
 
Octave MUKENDI
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer