Sports

Werrason a un plan pour barrer la route aux Kuluna à Kinshasa

Le boss du groupe Wenge Musica Maison Mère veut réintégrer socialement les enfants en rupture familiale
Le boss du groupe Wenge Musica Maison Mère veut réintégrer socialement les enfants en rupture familiale
Dans le souci d’éradiquer le phénomène désolant communément appelé «Kuluna» qui bat son plein à Kinshasa depuis un bon moment, l’artiste musicien Noël Ngiama Makanda «Werrason», patron du groupe Wenge Musica Maison Mère, s’est, malgré la traque de ces bandits par la Police nationale congolaise -PNC-, proposé de sensibiliser les Kuluna des 24 communes de la ville de Kinshasa à abandonner leurs activités criminelles. «Tika tika tika kuluna yaka ozua musala», a-t-il lancé pour stimuler ces jeunes à venir vite déposer leurs armes blanches. Entendez: «renoncez au banditisme, venez bénéficier d’un travail».
En partenariat avec l’Hôtel de ville de Kinshasa, le leader du groupe Wenge Musica Maison Mère, après avoir réussi de réunir les ressortissants du Bandundu dans le but de consolider la paix dans sa province natale, procède à une campagne de sensibilisation contre le phénomène Kuluna. Celle-ci consiste à mettre fin à ce fléau et à appeler les Kuluna à venir vers lui. Werrason se dit prêt à aller vers eux pour leur parler en face.
«Malgré leurs forfaits, les Kuluna sont nos frères. Ils ont aussi droit à la vie comme tout citoyen RD-congolais. C’est pourquoi je suis allé vers le ministre de l’Intérieur, Richard Muyej, pour qu’il m’autorise à battre une campagne de sensibilisation à travers la ville de Kinshasa. D’ailleurs, je travaille avec l’Hôtel de ville de Kinshasa. Le Kuluna qui s’humilie présente son arme blanche et renonce à ces comportements barbares, nous lui donnons un travail», lance Werrason. Celui-ci parait très déterminé en tant qu’ambassadeur de la paix à aller jusqu’au bout dans cette démarche.
«Je vais parcourir toutes les 24 municipalités de la ville de Kinshasa, en commençant par ma commune propre, Ngaliema du côté de Camp Luka «bana état». Après, je serais dans le district de la Tshangu et toutes les autres communes. Celui qui refuse la douceur, les autorités prendront son cas en charge. Nous voulons la paix dans la ville. Moi, je le fait en tant qu’ambassadeur de la paix. Celui qui accepte de déposer son arme blanche et d’abandonner ces comportements a déjà un travail, je ne mâche pas les mots», a indiqué Ngiama Makanda. Et d’avertir: «N’ayez pas peur, cultivons la paix pour le bien commun. Qui s’hasarde, la Police nationale congolaise avec son «Opération Likofi» prendra soin de lui. Aimons nos vies, nos parents et nos frères ont encore besoin de nous».
René KANZUKU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer