Sports

Tshikuya et l’INPP, une fierté nationale!

Vers l'extrême gauche, l'ADG de l'INPP, Maurice Tshikuya, recevant son trophée
Vers l’extrême gauche, l’ADG de l’INPP, Maurice Tshikuya, recevant son trophée
Maintenir Maurice Tshikuya à son poste de Directeur général de l’Institut national de préparation professionnelle -INPP- aura été un choix des plus judicieux pour le Chef de l’Etat Joseph Kabila. Ce mandataire est des ceux-là qui tiennent à bien faire leur travail.
Et il réussit. Il suffit soit d’échanger avec les étudiants et les membres du personnel de cette institution d’enseignement professionnel ou d’y faire un tour pour s’en convaincre. L’INPP bouge! Les qualités managériales de Tshikuya y sont pour beaucoup. Grâce à son leadership et sa forte initiative, la coopération entre le Japon via JICA et l’INPP s’est davantage renforcée.
Et les effets sont palpables. Jeudi 12 décembre, dans le cadre de la coopération technique, l’INPP a reçu des mains de l’ambassadeur du Japon en RD-Congo, Yoshimasa Tominaga, une première partie d’équipements -avec une technologie de pointe- destinés à accompagner la formation de ses étudiants. Témoin de l’événement: Modeste Bahati Lukwebo, ministère de l’Emploi, du Travail et de la Prévoyance sociale.
Tshikuya a profité de cette occasion pour présenter le trophée du Prix European award for best practices, lui décerné le dimanche 8 décembre 2013 par l’European Society for quality research -ESQR- pour engagement exceptionnel, soutien et résultats en matière de gestion de la qualité, le troisième d’une série entamée fin septembre 2012. Une preuve de plus que Kabila n’avait pas eu tort!
Au pays comme à l’étranger, Maurice Tshikuya convainc. De fin septembre 2012 à décembre 2013, le DG de l’INPP totalise trois prix internationaux. Le premier a été décerné à Genève en Suisse. Ensuite, il a raflé un autre prix à la qualité à Paris, il y a quelques mois.
Et de trois, Tshikuya a reçu, le dimanche 8 décembre 2013, son troisième oscar à Vienne, en Autriche, de l’European Society for quality research -ESQR. Ce prix dénommé «European award for the best practices» reconnait à un niveau international, l’engagement exceptionnel, le soutien et les résultats en matière de gestion de la qualité à la fois dans les grandes, moyennes et petites entreprises du monde.
Il y en a eu des dizaines de délégations venues de tous les continents. Et l’INPP a figuré parmi les lauréats. Une fierté pour la RD-Congo. Bahati est de cet avis. «Tshikuya est un visionnaire. Il nous a ramené un troisième prix international qui honore la RD-Congo, le ministère de l’Emploi, du Travail et de la Prévoyance sociale et tout le personnel de l’INPP», a-t-il argué.
Bahati n’a pas tari d’éloge à l’égard de Tshikuya, devenu une fierté nationale, et du trophée qu’il a reçu. «Ce prix résulte d’une sélection rigoureuse faite par des personnes et des maisons sérieuses qui viennent de partout dans le monde», a poursuivi le ministre. Pour Bahati, la pédagogie de cet exploit du DG de l’INPP est qu’il faut travailler davantage afin d’obtenir plus. Et fiers de leur Boss, les employés de l’INPP, toutes directions confondues, lui ont réservé chacun un cadeau. La journée du jeudi 12 décembre 2013 a y été une véritable fête.
Personnel, étudiants, tous étaient tirés à quatre épingles pour la circonstance. «Le parcours fait ensemble n’a pas été facile, il a fallu que la main de Dieu soit avec nous», a lancé le DG de l’INPP. Avant d’enchainer: «Mon souci est de faire de l’année 2014, une année d’émergence pour chaque agent de l’INPP». La nouvelle a fait exploser de joie les différentes directions de l’INPP.
Encore et toujours JICA, le fidèle partenaire
Avant cela, il y a eu la remise des équipements à l’INPP par l’ambassadeur du Japon en RD-Congo, Yoshimasa Tominaga. C’est à 9 heures tapant que Modeste Ba   hati et sa délégation franchissent le seuil de l’INPP. Et tout juste quelques instants après, le maitre de cérémonie invite l’assistance, toute sur son 31, à se lever afin d’entonner les hymnes nationaux du Japon et de la RD-Congo.
Cela fait, Maurice Tshikuya prend la parole pour prononcer son mot de bienvenue. Dans celui-ci, il recadre d’abord les circonstances qui ont conduit à cette remise d’équipement par le Japon. Pour lui, ces nouveaux équipements qui, plus est, sont de dernier cri de la technologie nipponne, vont rehausser le niveau de la formation des étudiants.
«L’INPP va désormais répondre à la qualité dont les entreprises ont besoin aujourd’hui», a-t-il souligné. Et d’ajouter: «Il n’y a pas d’économie sans compétence technique indispensable. Et maintenant l’INPP a la compétence technique indispensable et les équipements nécessaires pour faire de cette institution un pool de compétence en Afrique». Et Tshikuya a raison. Ses efforts à la tête de l’INPP sont reconnus. Yoshimasa le reconnait aussi.
«Je présente mes félicitations à Maurice Tshikuya Kayembe, directeur général de l’INPP, à l’occasion du classement de Top 10 des meilleurs mandataires publics de la RD-Congo cette année», a-t-il affirmé. Bien plus, l’ambassadeur japonais souligne que c’est grâce à la forte initiative de Tshikuya que la coopération entre le Japon et l’INPP se développe d’année en année.
A en croire Yoshimasa, les matériels remis à l’INPP tels que les générateurs, matériels de soudure et autres seront utilisés dans les nouveaux bâtiments en cours des travaux. «Financée par le gouvernement japonais, la construction de ces nouveaux bâtiments pédagogiques inspirée de la technologie japonaise sera terminée l’année prochaine», a-t-il renseigné. Cette réalisation permettra de former 4.400 élèves qualifiés.
Parmi ces matériels qui sont d’ailleurs fabriqués en 2013 et fournis par l’entreprise japonaise Ogawa Seti, il y a, pour la Tôlerie et soudure, des appareils de mesure de dernière génération, des cintreuses des tubes, des pressiomètres, des coupeuses métalliques à gaz, etc. A cela, il faut ajouter les élévateurs, les compacteurs, des appareils topographiques, pour le Bâtiment et génie civil. Pour l’Electricité, la JICA a offert  à l’INPP des fours ultramodernes, des réacteurs à curseurs permettant de détecter une panne dans le réseau de la SNEL par exemple, les luxmètres,…
Hugo Robert MABIALA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer