Sports

Saison 2015-2016 : Herman Bolambele loue le parcours du FC Renaissance

«Nous sommes fixés deux objectifs majeurs: être sacré champion de l’EPFKIN pour jouer la LINAFOOT, puis rafler la Coupe du Congo pour aller en Afrique. Les deux objectifs étant atteints, notre bilan est largement positif», se réjouit-il  
La saison sportive 2015-2016 a connu un double sacre du FC Renaissance. Champion de l’Entente provinciale de football de Kinshasa -EPKIN-, puis vainqueur de la Coupe du Congo, le FC Renaissance a pu matérialiser ses objectifs de la saison en se hissant à la fois au championnat national de Division I et en Coupe de la Confédération de la CAF. Fier de ce résultat que d’aucuns ne peuvent contester, Herman Bolambele, coordonnateur de la commission des reformes du FC Renaissance, se dit convaincu que la saison prochaine, son équipe va certainement se muer en société. Il s’est confié à «AfricaNews». Entretien.
Herman Bolambele, vous êtes coordonnateur de la commission de la réforme du FC Renaissance du Congo, quel bilan faites de la saison sportive 2015-2016 de votre équipe?
Je crois qu’au début de la saison, nous nous sommes fixés deux objectifs majeurs. D’abord être sacré champion de l’EPFKIN pour jouer la LINAFOOT, puis rafler la Coupe du Congo pour aller en Afrique. Les deux objectifs étant atteints, nous pouvons dire que le bilan est largement positif au vu de missions que nous nous sommes assignées.
Il y a un problème de la mutation du FC renaissance en société. Vous aviez même déjà déposé le projet de statut au comité du club. A quel niveau se situe le blocage?
Je ne veux pas parler en termes de blocage. C’est une question d’harmonisation des vues. Vous savez, nous sommes en matière de droit OHADA qui est une nouvelle réglementation qui vient de voir jour il n’y a pas longtemps. Le droit est un vaste champ et personne ne peut dire qu’il en a la maîtrise dans son entièreté. C’est une matière qui est spéciale. Nous avons, au niveau de la commission, travaillé avec les spécialistes, notamment maître Shabani et maître Manga Safi. Nous avons remis le projet au comité par l’entremise du président du club, l’évêque Pascal Mukuna. Mais à ce niveau, il était question qu’on puisse harmoniser avec nos amis du comité notamment les deux secrétaires. J’ose croire que l’affaire est aujourd’hui portée devant la grande commission parce que je demande que la grande commission soit également impliquée dès lors qu’en son sein il y a aussi des spécialistes et juristes qui sont aussi informés de la matière. Avec le travail qui sera fait à ce niveau, j’ose croire que nous allons bien chuter. C’est pour ça que je n’aimerais pas parler en termes de crise parce que le blocage suppose crise.
Vous avez affaire à des juristes, mais aussi à deux secrétaires. C’est facile que vous parliez le même langage pour que la chose passe d’autant plus que le «jamais sans vous» attend de pieds fermes cette mutation. Vous en tant que coordonnateur de cette commission, vous devrez fixer les supporteurs du FC Renaissance du Congo. Combien de temps pourra-t-il encore prendre cette mutation?
Sincèrement, laissez-moi vous dire que Renaissance du Congo, à sa création, avait comme cheval de bataille d’être une société commerciale. C’est d’ailleurs le motif principal de la création de cette équipe. Nous devons obligatoirement nous transformer en société commerciale. C’est irréversible. Il y a des juristes qui s’attèlent sur cette question comme je l’ai dit précédemment. Le droit est un vaste champ, vous pouvez être juriste avec comme maitrise le droit privé, le droit économique, mais je dis bien le droit de société est régi par un droit communautaire qu’on appelle le droit OHADA -Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires. Alors, il était question que tout le monde soit informé de la matière. On est en train de chercher à tout faire pour que tout le monde comprenne de quoi s’agit- il. Parce qu’on a opté pour la société par actions simplifiées qui est une vraie forme qui a vu le jour il n’y a pas longtemps. Vous comprenez le tout dans le cadre de l’évolution de droit. Alors, nous sommes en train de chercher à ce qu’il y ait une harmonisation des vues. Je suis convaincu que nous n’allons pas commencer la prochaine saison sans que l’équipe soit muée en société, sinon ça ne serait pas bien perçu dans le chef des «jamais sans vous» qui n’attendent que ça. Je me bats en tant que président de la commission de reformes pour que cette société voit le jour le plutôt possible.
Les supporteurs veulent comprendre et connaitre quelle la forme sociétale le FC Renaissance aura-t-il?
Comme toute société, aujourd’hui le droit OHADA prévoit autant des formes sociétales. Nous avions choisi la forme la plus simplifiée, c’est-à-dire: Société par actions simplifiées qui est la forme la plus facile à gérer où il y a le regroupement des éléments de la société anonyme et ceux de la société privée à responsabilités limitées. On a essayé de rendre les choses beaucoup plus propres dans le sens de la gestion. Nous ne voulons pas qu’il y ait une gestion calamiteuse. Avec cette nouvelle forme, je crois qu’il y a souplesse dans la gestion, il n’y a pas rigidité. Notre équipe est encore jeune. Donc, il ne faut pas qu’il y ait des mécanismes lourds dans la gestion. C’est comme ça qu’on a opté pour cette forme, beaucoup plus adaptée par rapport à notre équipe.
Qu’est-ce qu’ambitionne le FC Renaissance qui joue cette saison la LINAFOOT et la Coupe de la CAF?
Je ne voulais pas que l’équipe ait des ambitions démesurées. Le football reste ce qu’il est. On va jouer pour la première fois la LINAFOOT et la Coupe d’Afrique. C’est qui ne sera pas facile. Nous sommes une jeune équipe. Nous sommes en train de nous organiser pour aller jouer contre les grands du football. On ne peut pas dire qu’on va tous les battre, ça ne sera pas facile. On se prépare en conséquence et le lendemain nous dira quoi.
Propos recueillis par Rosette BAYE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer