Société

Protection du PNVi: le gouvernement récompense les efforts de l’ICCN

Le temps semble être très favorable pour le Parc national de Virunga qui traverse l’un des plus beaux moments de son existence. D’une part, l’œuvre de ses responsables, reconnue par le gouvernement, a été récemment primée par le ministre du Tourisme, Elvis Mutiri, qui a laissé entendre que cette reconnaissance couronne les efforts de l’amélioration de la gouvernance et de la biodiversité du site des Virunga. De l’autre, le plus vieux parc africain, ensemble avec les parcs nationaux de la Salonga, Upemba, Garamba et la réserve de Yangambi, bénéficient, depuis le 1er juin dernier, d’un financement d’€ 120 millions de la part de l’Union européenne -UE- pour le développement global et intégral de ces aires protégées.
Le gouvernement RD-congolais a reconnu le travail de haute facture abattu pour la sauvegarde et la promotion de la valeur écosystemique du Parc national de Virunga -PNVi. Par le biais d’Elvis Mutiri, ministre du Tourisme, Cosma Wilungula, directeur général de l’Institut congolais pour la conservation de la nature -ICCN-, Emmanuel de Merode, chef du site du PNVi, Innocent Mburanumwe, chef du secteur-sud de ce parc, et Mwami Ndeze Dieudonné, chef de la collectivité de Bwisha-Ruthsuru, ont dernièrement reçu le prix de reconnaissance du gouvernement lors d’une faste cérémonie organisée à Goma. Ce prix, d’après le ministre Mutiri, est la marque de reconnaissance du gouvernement pour les efforts consentis par ces quatre personnalités pour améliorer le tourisme dans le PNVi. Le ministre Mutiri a en plus épinglé que cette reconnaissance couronne les efforts de l’amélioration de la gouvernance, le marketing intensif déployé au niveau international et les efforts consentis pour améliorer la biodiversité du site des Virunga. Pour le directeur général Cosma Wilungula, ce prix est le symbole de la valorisation des ressources de la RD-Congo. Aussi, il a dédié ce prix aux gardes du plus vieux parc africain dont certains ont déjà trouvé la mort en le sécurisant. «Plus de cent cinquante gardes ont perdu la vie afin de pouvoir sauver ce site. Le prix qui nous est rendu aujourd’hui, est également une contribution à un effort pour que les RD-Congolais puissent recevoir ce qu’ils méritent, c’est-à-dire la valorisation des ressources d’un des plus grands pays du monde», a déclaré le DG de l’ICCN. En mars dernier, le «New York Times» avait classé le Parc national des Virunga 19ème sur la liste des 52 meilleurs destinations touristiques au monde.
€ 120 millions pour le développement des parcs nationaux
Dans un autre registre, le Parc national de Virunga vient de bénéficier d’un financement de la part de l’Union européenne pour son développement global et intégral. Ce financement, évalué à la hauteur d’€ 120 millions, concerne également d’autres parcs nationaux, notamment Salonga, Upemba, Garamba, ainsi que la réserve de biosphère de Yangambi. L’annonce de ce programme a été faite, mercredi 1er juin dernier, l’ambassadeur de l’UE en RD-Congo, Jean-Michel Dumond. Il a affirmé que nous avons effectivement un programme très important d’€ 120 millions portant sur 5 parcs et réserves. «Dans le Parc national de Virunga, ce sont des centrales hydroélectriques. A Yangambi, ce sera aussi probablement mixte avec une ou deux centrales hydroélectriques. Dans le parc de la Salonga, il faut retrouver d’autres ressources comme la biomasse et l’énergie solaire», a-t-il fait savoir. A l’en croire, par ce programme, l’UE veut aussi préserver l’environnement, la forêt et la biodiversité de la RD-Congo. «Ce programme vise à préserver ce qui est le plus grand massif forestier d’Afrique et deuxième du monde, à développer le tourisme et les agricultures de subsistance non loin des parcs», a précisé le diplomate européen. Puis de signifier: «l’UE compte, à travers ce programme, développer l’agriculture durable qui permettra aux nombreuses familles d’avoir de l’emploi et de lutter contre la faim. On pense en premier temps, à des cultures traditionnelles de la région: huile de palme, café, cacao». C’est pour la première fois qu’une enveloppe aussi importante soit allouée à la gestion des parcs et aires protégées de la RD-Congo.
Parousia MAKANZU
Laurent OMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer