Société

Ordre du président de l'ARPTC: internet, les tarifs de la discorde annulés

Dans un communiqué remis à la presse, Oscar Manikunda, le président du Collège de l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications -ARPTC-, porte à la connaissance du public l’injonction donnée à tous les opérateurs de téléphonie mobile d’annuler leurs nouvelles offres tarifaires fixées en violation des dispositions légales et réglementaires, et de revenir aux anciennes grilles tarifaires pour les services voix et internet
Les relations entre les consommateurs et les opérateurs de téléphonie mobile fournisseurs de l’internet n’étaient plus au beau fixe. Pomme de discorde: la hausse des tarifs des données, passés de 35% à 500%, selon les opérateurs et les offres. Si les opérateurs ont tous démenti toute décision coordonnée ou une quelconque injonction des pouvoirs publics, la polémique n’en finissait plus. Victimes directe de cette envolée, les organisations des médias avaient décrété un lundi sans presse et sans crédit lundi 20 juin, après le mouvement de protestation créé sur internet, «Nuit debout Kinshasa», dont l’unique revendication était de voir les prix baisser mais pendant lequel des journalistes ont été interpelés par la Police avant d’être libérés. Une journée sans presse et sans crédit dans un contexte de tension politique n’allait pas arranger les choses. Voilà qui a poussé les responsables à réagir. Samedi 19 juin, l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications a adressé a enjoint tous les opérateurs de téléphonie mobile d’annuler leurs nouvelles offres tarifaires fixées et de revenir aux anciennes grilles tarifaires pour les services voix intra et inter-réseaux et internet. Motif évoqué: «Les opérateurs de téléphonie mobile ont violé les dispositions légales et réglementaires, notamment par le non-respect de la procédure qui veut que toute modification des prix des services de télécommunications soit approuvée préalablement par l’ARPT», lit-on dans un communiqué de presse datée du samedi 19 juin et signée de la main du président du Collège de l’ARPTC, Oscar Manikunda Musata.
D’après un autre courrier consulté par AfricaNews, Manikunda a adressé le même jour une mise en demeure à Africell, affirmant avoir constaté que la société a procédé à la modification de sa grille tarifaire pour les services voix on-net et offf-net, en violation, d’une part, des dispositions de la décision 006/ARPTC/CLG/2015 du 27 février 2015 portant principes de tarification des services de télécommunications. Cette décision veut notamment que toute modification du plan tarifaire soit soumise à l’examen et à l’approbation de l’ARPTC, quinze jours avant la date effective de sa mise en application. Et d’autre part, la hausse des tarifs est effectuée en violation des obligations contenues dans le cahier des charges d’Africell.
Manikunda n’est pas allé par quatre chemins pour ordonner l’annulation de ces nouvelles offres d’Africell non approuvées par l’ARPTC dès réception du courrier et de revenir aux anciens prix. Il a insisté sur les sanctions encourues par l’opérateur en cas de non-respect de cette instruction.
YA KAKESA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer