Société

Jérémie Kizito en faveur d’une prise en charge efficiente des enfants

Il est généralement admis que la jeunesse constitue l’avenir d’une nation. A ce titre, toute l’attention de la société mérite d’être focalisée autour de l’enfant. Or, la situation de la plupart des enfants RD-congolais reste déplorable. Malgré la prolifération des organisations abordant cette problématique, les résultats s’avèrent mitigés.
Pour ne citer que le cas de la ville-province de Kinshasa, les enfants ont perdu leur place primordiale dans la société et sont livrés à eux-mêmes dans des activités qui ne construisent en rien leur avenir, à défaut de se retrouver abandonnés dans la rue par des parents essoufflés. Se confiant à Africanews le lundi 17 avril 2017, Jérémie Kizito, président national et fondateur de l’ASBL «Mutoto» -traduction de l’enfant en swahili-, se dit préoccupé par les conditions infrahumaines dans lesquelles végètent des milliers d’enfants RD-congolais.
S’engageant à y remédier modestement à travers son ASBL Mutoto, Kizito sollicite l’assistance matérielle et financière efficace de l’Etat ainsi que d’autres partenaires, plaide pour la mise en place d’une structure nationale chargée de la  prise en charge beaucoup plus efficiente des questions liées aux enfants et ouvre grandement les portes de sa structure à tout partenaire intéressé. Interview.
Reconnaissant que la prise en charge des enfants est une affaire de tous, l’ASBL «Mutoto» se place dans l’optique de l’accompagnement du gouvernement RD-congolais dans la concrétisation de la gratuité de la scolarité  des enfants. Au cours de cet entretien accordé à AfricaNews, Jérémie Kizito, explique que son ASBL œuvre dans l’espace RD-congolais depuis 2015 et vise généralement la promotion du bien-être social, moral et spirituel de l’enfant. «Nous voulons soutenir le gouvernement dans son projet de la gratuité scolaire pour l’enfant et l’accompagner dans la  lutte contre la déperdition. L’enfant constitue notre centre d’intérêt en ce qu’il est un être humain, la personne la plus valorisante de tous. Nous devons lui offrir notre attention particulière», martèle-t-il.
Et de plaider: «l’Etat doit prendre en considération la situation de l’enfant car celle-ci se détériore du jour au jour. D’où notre appel à la mise en place d’une structure spécialisée s’occupant des questions spécifiques liées aux enfants. Cette structure travaillerait en synergie avec des ONG locales en effectuant des descentes sur le terrain en vue de détecter les vrais problèmes de ces jeunes personnes». Kizito précise davantage sa pensée: «On ne saisit pas le serpent par la tête.  L’hémorragie n’est pas dans la rue, mais se situe dans la famille, le foyer en tant que cellule de base. La résolution des problèmes doit commencer par la source. L’amélioration des conditions socioéconomiques dans l’environnement des parents à des répercussions évidentes sur l’encadrement des enfants dès la cellule de base. Nous sommes appelés à travailler la main dans la main pour améliorer la situation de l’enfant en RD-Congo».
Défense et protection des droits des enfants
Jérémie Kizito indique par ailleurs que l’ASBL Mutoto est une structure de défense et de protection des droits des enfants, ainsi que de leur encadrement. Elle poursuit généralement plusieurs objectifs résumés en deux dont, l’encouragement de la régularité de la fréquentation scolaire des enfants et la réduction des taux d’abandon scolaire et des décès des enfants. «Nous travaillons en collaboration avec des ONG locales. Nous sommes en train de nous mobiliser pour que nos projets puissent se développer à travers toute la République, notre champ d’action. Certes, la mise en œuvre d’un programme aussi ambitieux implique la mobilisation des ressources matérielles et financières dont nous ne disposons pas».
Notre interlocuteur poursuit: «Avec notre projet d’accompagnement des parents pour la scolarité des enfants -PAPS-, nous déployons des agents ‘’Mutoto’’ sur le terrain, qui informent et forment les parents sur l’importance de l’éducation pour chaque enfant, de la prévoyance et de la prudence pour la santé. L’adhésion des parents au projet de l’ASBL s’opère selon les moyens d’un chacun. Des contacts sont alors pris avec les écoles où chaque parent adhérant scolarise son enfant. Nous nous efforçons de parler un même langage avec les responsables desdites écoles de manière à ce que les enfants soient placés à l’abri des désagréments pendant l’année scolaire pour des raisons liées à l’argent», fait-il savoir. Il annonce en passant pour le mois prochain l’organisation d’un concours doté du trophée «Mutoto» qui mettra aux prises plusieurs écoles et portera sur plusieurs leçons.

Parousia MAKANZU

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer