Société

Les femmes de la commune de la N’Sele informées sur leurs droits civils

L’importance du mariage civil ainsi que de l’enregistrement des enfants à l’état civil ont été au cœur d’une rencontre organisée par l’Association des journalistes des Droits de l’homme à l’intention des femmes de la commune de la N’Sele, en partenariat avec l’Association congolaise pour l’accès à la justice -ACAJ.
Connaitre ses droits afin de les revendiquer, c’est en ces termes que se résume la rencontre organisée mercredi 29 mars 2017, par l’Association des journalistes des droits de l’homme et ACAJ. Les associations sont parties d’un constat: la plupart des femmes en RD-Congo en général et celles des communes périphériques de la capitale en particulier, ne maitrisent pas leurs droits.
«Lorsqu’on n’a pas des connaissances sur ses droits, on ne peut pas non plus les revendiquer», ont commenté les initiateurs de cette importante rencontre. Pour arriver à l’objectif 50/50 entre l’homme et la femme d’ici 2030, il faut que ces dernières connaissent bien ces droits. C’est dans ce contexte que les résidentes de la commune de la N’Sele ont été conviées à cet atelier et ont planché sur les abus familiaux et l’édiction successorale.
Adorée Olela, modératrice de l’association des journalistes a invité les participantes à mieux connaitre leurs droits. «Nous, journalistes des Droits de l’homme, avons jugé bon de mener une campagne de sensibilisation pour réveiller la conscience des mamans qui ne savent pas revendiquer leurs droits. C’est comme on dit, une femme sage bâtit sa maison. Nous ne sommes pas là pour monter les femmes contre leurs époux, mais plutôt pour les aider à mieux connaitre leurs droits ainsi que leurs devoirs civiques portant notamment sur l’enregistrement des mariages civils et des enfants à l’autorité de l’Etat», a indiqué la modératrice.
Ignorance notoire de l’importance de mariage civil
Elle a relevé l’ignorance par beaucoup de femmes de l’importance du mariage civil qui constitue pourtant une garantie sécuritaire pour la vie conjugale. «Au regard des injustices subies par beaucoup de veuves, nous avons tenu à parler en profondeur des dispositions légales de la succession des biens après la mort du mari», a-t-elle ajouté.
Les femmes de cette contrée de la ville province de Kinshasa n’ont pas manqué de mots pour remercier les organisateurs de cette rencontre. «La réunion d’aujourd’hui m’a beaucoup plu et m’a ouvert les yeux. Elle est tombée à propos en se situant dans la dynamique de la prise de conscience des mamans sur le rôle fondamental qu’elles sont appelées à jouer dans leur famille pour accompagner l’épanouissement des enfants», s’est réjoui l’une des participantes.
La satisfaction des journalistes initiateurs de cet atelier sera totale si sur le terrain les mamans qui viennent de s’armer des notions de leurs droits, peuvent en assurer la pratique permanente dans leur vécu quotidien de manière à mieux les revendiquer le cas échéant.
Mymye MANDA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer