Société

Enrôlement des électeurs: Jean-Baptiste Ndundu sensibilise les PVH à Kintambo

ean Baptiste Ndundu, membre de la plénière de la Commission électorale nationale indépendante -CENI-, était à Kintambo, vendredi 10 juin dernier, pour échanger avec les Personnes vivant avec handicap -PVH. Au menu de leurs échanges, l’état des lieux de la préparation des élections. Alors que les PVH regrettent de ne pas avoir des représentants au Parlement pour l’adoption de l’article 49, Ndundu les a appelés à s’organiser dans leurs structures respectives en vue de participer à l’identification et à l’enrôlement pour choisir leur candidat. S’agissant de la sécurité, les personnes dites non valide ont dit être victimes des bousculades de la part des valides. A ce sujet, la bouche autorisée de la CENI a réaffirmé l’engagement de son institution à assumer pleinement la protection des PVH qui sont prioritaires.
A tête à tête avec les PVH, Jean Baptiste Ndundu, membre de la plénière de la Commission électorale nationale indépendante -CENI-, a affirmé que les préparatifs des élections vont bon train au niveau de la centrale électorale. Il a salué l’implication du gouvernement de la RD-Congo dans la mobilisation des moyens à la disposition de la CENI pour la préparation des élections. A l’en croire, cette institution d’appui à la démocratie est en train de se déployer. Elle a fait un test pour l’enrôlement des électeurs dans le Kongo Central et met en place tous les moyens pour commencer le processus d’enrôlement des électeurs à travers le pays. Une bonne raison pour Jean Baptiste Ndundu d’inviter les PVH à contribuer dans cette quête en privilégiant la tenue des élections libres, démocratiques et inclusives. Le mieux, selon Ndundu, est de participer massivement au processus électoral en cours qui est dans la phase de l’identification et de l’enrôlement. «Il est nécessaire de se faire identifier et s’enrôler pour non seulement constituer un nouveau fichier électoral mais aussi pour participer au processus électoral en obtenant la carte de vote», a clarifié ce membre de la plénière de la CENI.
Elaboration de la cartographie électorale
Concernant la sécurité des PVH, Jean Baptiste Ndundu a signalé qu’il ne sert à rien d’en débattre longuement, car la CENI l’a déjà réglé. Il suffit seulement pour les PVH de s’organiser dans leurs structures respectives et tout ira à merveille. «Les personnes non valides sont les privilégiées des électeurs vu leurs conditions. Elles seront les prioritaires», a-t-il fait savoir tout en annonçant que la CENI vient d’élaborer la cartographie électorale qui permettra de produire l’atlas avec l’emplacement exact des sites de vote. Ce n’est pas tout. La CENI a mis en place un système fiable de transmission rapide et sécurisée des résultats. Ayant les défis énormes au regard de l’espace géographique très étendu de la RD-Congo, une logistique adaptée est nécessaire pour un déploiement conséquent à travers tout le pays. Au finish, Jean Baptiste Ndundu a demandé aux PVH de ne pas se laisser distraire, la CENI se préparant activement pour avoir des élections apaisées et crédibles. De son côté, Mabiala, coordonnateur de l’ONG Kanrad Adenaur, a épinglé le but de l’organisation de cet atelier qui est le renforcement des capacités des PVH. Présente à cette rencontre, Me Belinda Lutandila a exposé sur le niveau d’évolution de la loi sur les PVH, informant que la loi des personnes non valide est en souffrance au Parlement. A ce sujet, elle les a appelées à veiller sur leurs droits avant, pendant et après les élections. En plus, elle a encouragé les PVH à travailler, car l’handicap n’est pas un prétexte d’être fainéant. Au clair, Me Belinda a incité les PVH à s’approprier des textes de la loi pour une meilleure prise en compte des conditions. «La multiplicité des associations PVH ne favorise pas la réussite», a-t-elle déploré avant de leur suggérer l’unité dans leur organisation dans le but d’écrire aux parlementaires afin que la loi soit débattue et adoptée. Quant aux PVH, elles ont dénoncé la mauvaise foi des parlementaires qui, selon elles, refusent depuis 2006 de procéder à l’adoption de l’article 49. Ce, en dépit des plaidoyers et du sit-in organisés. Par le biais de Jean Hubert Boyolo, ces PVH crient au secours, car, ont-ils estimé, elles sont abandonnées dans leur triste sort.
Bijou KULOSO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer