Société

Eglises de réveil à Kinshasa: business ou maisons de Dieu?

Dans les rues de Kinshasa, capitale RD-congolaise, il se constate la prolifération des églises dites de réveil dans presque chaque coin.
Cette vocation qui, autrefois s’avérait divine, a, depuis un temps, pris de l’ampleur dans un sens pécuniaire. Considéré comme une piste de facilité financière pour certains, jeunes comme vieux s’y jettent même sans appel de Dieu.
Transformant ainsi les églises à des boutiques religieuses marchandant prospérité, emploi, visa, mariage et succès. Un analyste religieux de la place abordé par «AfricaNews» sur cette question confie: «auparavant, devenir pasteur n’était pas chose facile. Il fallait compter autant d’années d’encadrement et de spiritualité.
De ce côté-là, les Catholiques sont un modèle à suivre. Mais actuellement, trois mois suffisent à certains pour s’autoproclamer pasteur, évangéliste, prophète… Donc, allez-y comprendre que l’enseignement biblique a perdu sa rigueur en quelque sorte».
En effet, si hier les églises étaient considérées comme des lieux sacrés, respectueux, actuellement ce n’est plus le cas. Le constat est amer dans les quartiers de Kinshasa.
La présence des églises est remarquable même dans des cours communes où des frères, sans appel de Dieu ou encore immatures spirituellement, se font passer pour des «pasteurs»; et considèrent la Bible comme un fonds de commerce au détriment du petit peuple, de plus en plus paupérisé par un évangile qui visiblement n’appelle pas à la vraie conversion.
Interrogé à ce sujet, un analyste religieux abordé par notre équipe répond en ces termes: «même à l’université, pour devenir diplômé, il faut respecter un certain cursus. Mais actuellement c’est désolant avec les églises de réveil.
Si chez les Catholiques, devenir prêtre demande autant d’années de sacrifice sacerdotale, dans les églises de réveil ce n’est pas le cas. 3 ou 4 mois suffisent à certains pour devenir pasteurs tout en ne possédant aucune maitrise biblique. Comprenez que l’enseignement biblique est en quelque sorte bafoué et comme la Bible est devenue une piste de facilité financière, tout le monde veut y aller».
Et d’ajouter: «il faut savoir que certains pasteurs s’imposent même dans la société, pour dire que des familles sont disloquées, les jeunes négligent certaines activités importantes de leur vie et bizarrement l’Etat autorise ce système qui fait taire la population pour un avenir parfois incertain et aussi un danger pour nos mœurs».
Des foyers sont dominés par des «pasteurs» des églises de réveil, mettant ainsi certains membres de famille dans une impasse de coopération. A en croire cet analyste, il y a de ces «pasteurs» qui s’interposent même à la vie conjugale de certains couples.
Au regard de ce tableau sombre déformant le bon sens ou encore la vraie considération des églises, quoi de normal que certains chrétiens expriment leur ras-le-bol dans la mesure où visiblement l’image de Dieu est mise à mal.
Roddy Grâce BOSAKWA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer