Société

Dan Gertler en croisade contre l’anémie SS

Le Golden boy et patron de Nessergy, Dan Gertler
Le Golden boy et patron de Nessergy, Dan Gertler
La Gertler family foundation -GFF-, une branche du Groupe Fleurette du Golden boy Dan Gertler, reste toujours à l’écoute de divers groupes vulnérables pour leur venir en aide dans la mesure de ses possibilités et dans le souci de réaliser les objectifs sociaux qu’elle s’est fixée. Elle concentre ses activités dans les domaines de la santé, l’éducation, et des soins pour les personnes âgées. Dans le secteur de la santé, après avoir intervenu dans plusieurs cas notamment à l’Hôpital du Cinquantenaire de Kisangani -HCK-, dans la Province Orientale, où elle a déboursé USD 5 millions pour sa construction et la formation d’une douzaine de médecins de cette formation médicale moderne en cardiologie pédiatrique et à Lubumbashi où, à deux reprises, elle a contribué pour la réussite de l’Opération smile et autres, la GFF se lance dans un autre combat.
Celui de la lutte contre la drépanocytose en Afrique centrale. Elle vient de financer l’organisation du 5ème Symposium de la drépanocytose en Afrique centrale qui se tient dans la capitale RD-congolaise, du jeudi 29 au samedi 31 mai 2014. Sa contribution à cette grande réunion scientifique organisée par le Centre de formation et d’appui sanitaire -CEFA-, s’élève à USD 10 milles. La Fondation famille Gertler est une organisation internationale qui opère principalement pour promouvoir le bien-être social de la population de la RD-Congo. Cette fondation est la base de l’engagement et de la croyance de longue date de son initiateur Dan Gertler en Afrique.
Les professionnels de la santé cogitent pour vaincre la drépanocytose en Afrique centrale. Ils se réunissent, du jeudi 29 au samedi 31 mai 2014 en la salle des Congrès du ministère des Affaires, au 5ème Symposium international de la drépanocytose en Afrique. Au cours de ce rendez-vous scientifique, plusieurs recommandations seront formulées par les participants venus de l’Afrique centrale, de l’Europe, du Canada et des Etats-Unis d’Amérique. 200 scientifiques et experts reconnus prennent part à ce symposium et présentent leurs recherches sur la drépanocytose. Entre autres, le Professeur Lucio Luzzatto, Jacques Elion de l’Université Paris Diderot, le Professeur Russel Ware de Cincinnati Children’s Hospital Medical Center-Etats-Unis, le Professeur Issac Odame -The Hospital for SickchildrenCanada-, le Dr. Françoise Bernaudin du Centre hospitalier international de Créteil-France, la psychologue française Jacqueline Faure, la médecin martiniquaise Gylna Loko, le Dr.
Guillaume Wamba -pédiatre à la Caisse nationale de prévoyance sociale au Cameroun et le Dr. Lucas Sica -chef de service de l’unité de la drépanocytose au Centre international de recherches médicales de Franceville au Gabon -CIRMF. Coordonnée par le Centre de formation et d’appui sanitaire -CEFA-, cette activité qui se tient sous le haut patronage du ministère de la santé publique, est également financée par la Gertler family foundation -GFF-, avec un montant de USD 10 milles. Cette structure est toujours fidèle à sa vocation consistant à identifier les domaines d’intervention où elle peut faire la différence. «Le soutien de la GFF, des familles et des patients est très important pour la réussite de ce symposium. Il nous permettra à vaincre cette pathologie en Afrique centrale», a recommandé Dr. Gylna Loko.
Le Golden boy Dan Gertler et toute sa fondation sont des pionniers en RD-Congo et ils sont fiers de tous qu’ils y entreprennent. Dans son adresse lors d’ouverture de ce 5ème symposium, le coordonateur du Réseau d’étude de la drépanocytose en Afrique centrale -REDAC, le Professeur Léon Tshilolo a fait savoir que «la RD-Congo n’a pas été choisie seulement pour assurer le bon déroulement de cette 5ème réunion annuelle mais aussi du fait qu’elle représente l’inter-close semblable de la drépanocytose». Organisée par le Réseau d’étude de la drépanocytose en Afrique centrale -REDAC-, cette rencontre est placée sous le thème: «La drépanocytose en Afrique centrale», incluant également trois autres sous-thèmes: «La clinique», «La génétique» et «L’environnement».
Pour le Professeur et Médecin directeur du Centre Monkole, Pierre Tshilolo, ces points expliquent la manifestation de la drépanocytose dans le contexte du pays. «Le but de ce réseau d’étude de la drépanocytose en Afrique centrale est de jouer le rôle de catalyseur pour que toutes les autres régions de l’Afrique s’organisent elles aussi en réseau. REDAC favorise les échanges entre les scientifiques et les praticiens, mais également avec les différents partenaires du Nord et du Sud. C’est une étape fondamentale pour nous de vérifier l’histoire naturelle de la drépanocytose en Afrique centrale», a-t-il indiqué. A travers ces propos, le coordonnateur du REDAC compte trouver ensemble avec des scientifiques des solutions pouvant améliorer les conditions des drépanocytaires.
«Mon objectif à cette rencontre est de partager mon expérience avec les amis, entrevoir le contexte de l’Afrique parce que beaucoup de patients sont Africains et discuter sur la situation actuelle. Nous vous rassurons que des recherches continuent pour juguler ce fléau», a laissé entendre la psychologue française Jacqueline Faure. Pour Félix Kabange Numbi qui a procédé à l’ouverture des travaux, la RD-Congo estime que, chaque année, 50 mille nouveaux nés et les décès sont dus aux complications enregistrées essentiellement chez les enfants de moins de 5 ans, les adolescents et les femmes enceintes.
«Il est souhaitable que ce symposium soit aussi un moyen pour la RD-Congo de multiplier des stratégies, d’axer sur la drépanocytose en vue de réduire l’amplification de cette maladie», a martelé le ministre de la Santé. Et de poursuivre: «Cette 5ème réunion annuelle s’inscrit dans le cadre de la recommandation de l’Organisation mondiale de la santé -OMS- dont l’objectif prioritaire est de lutter contre la drépanocytose à tous les niveaux». Ce rendez-vous annuel se veut un catalyser de la transmission des connaissances et de promouvoir ainsi les initiatives de développement dans le monde médical par les échanges scientifiques.
Soutenir les personnes vulnérables
La GFF intervient dans plusieurs domaines de la santé, l’éducation, et des soins pour les personnes âgées. Dans le domaine de la santé, il a réalisé plusieurs actions en RD-Congo. Elle a déboursé USD 4 millions pour la construction de l’Hôpital du Cinquantenaire de Kisangani -HCK- et consacré USD 1 million à son fonctionnement. Elle continue d’accorder une attention particulière à cette formation médicale moderne et à la population de cette province, les enfants particulièrement.
Elle a mis en place, dans le cadre de la lutte contre la mortalité infantile, un programme de formation en cardiologie pédiatrique. Etalé sur une année, ce projet-phare en soins de santé de la GFF vise un double objectif: la formation en cardiologie pédiatrique en faveur des médecins afin de les mettre à niveau et, par ricochet, élever aux normes internationales la qualité du traitement et le diagnostic dans la région.
«Notre objectif est de soutenir les personnes vulnérables vivant dans la région qui, auparavant, n’avaient qu’un accès limité aux soins de santé  mêmes les plus élémentaires. C’est notre espoir qu’en offrant à ces médecins les outils et les connaissances dont ils ont besoin, nous pouvons aider à sauver la vie des enfants souffrant de problèmes cardiaques qui pourraient s’avérer fatals sans traitement», avait expliqué Dan Gertler.
Tous les enfants suspectés de présenter des problèmes cardiaques ont profité d’un traitement à l’HCK pendant toute la période initiale de formation de 21 jours. L’âge moyen des patients traités à ce jour varie entre 3 et 4 ans. «Pendant des nombreuses années il n’y avait pas de centre médical à Kisangani et les patients n’avaient accès qu’aux soins élémentaires. Le soutien de la GFF nous permet de faire une vraie différence, servant de plaque tournante pour les soins médicaux vitaux dans la région», avait rappelé le Dr. André Hattingh, Médecin directeur à l’HCK.
Christian BUTSILA & Schilo TSHITENGA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer