PolitiqueSports

Un trophée nous vient du Rwanda!

A Kigali dimanche 7 février, pas une rébellion du genre RCD, CNDP ou M23 issue du Rwanda pour troubler la quiétude de tout un pays. Mais une coupe conquise de haute lutte et avec beaucoup de manière devant le Mali terrassé 3-0, dans un stade Amahoro totalement acquis à la cause des fauves de la RD-Congo, où le Président Paul Kagame est venu couronner les efforts de la troupe de Florent Ibenge, déjà dominatrice face aux Rwanda battu 2-1 dans ses propres installations et devant son public  
Ça ne sera pas une rébellion trouvant sa genèse dans la ville aux milles collines, qui viendrait troubler les sommeils des RD-Congolais. Mais, un trophée. Celui du 4ème Championnat d’Afrique des Nations. Les Léopards sont allés remporter cette coupe au Rwanda en éliminant tour en écrasant successivement Ethiopien, Angolais avant de courber l’échine face aux Camerounais et en éliminant tour à tour Rwandais, Guinéens et s’imposant, 3-0, en finale devant les Aigles maliens. Le coach ivoirien a eu tort d’avoir minimisé la chance et la puissance des Léopards à dévorer les Aigles sur le terrain. Les poulains de Florent Ibenge ont signé leur deuxième sacre dans ce championnat d’Afrique des nations, après celui de 2009 en Côte d’Ivoire. Les Ivoiriens, eux, se contentent de la 3ème place. Jamais une équipe africaine n’avait réussi un tel exploit. Un succès glané grâce aux talents et génie d’un Elia Meschack qui, dans la foulée, s’est adjugé presque tous les trophées individuels pour avoir marqué 4 buts durant cette compétition.
C’est gagné. Les RD-Congolais sont tout fous et l’ensemble du territoire national jubile. Le ton a été donné au Rwanda. Les Léopards de la RD-Congo n’ont pas dérogé à la règle. A chaque fois qu’ils arrivent en finale, et ce après avoir mis hors du danger le pays organisateur, ils remportent la coupe. Les poulains du coach Jean-Florent Ibenge ont imposé un cinglant revers, 3-0, aux Aigles du Mali, dimanche 7 février 2016 en finale du 4ème Championnat d’Afrique des nations au stade Amahoro de Kigali au Rwanda. Les RD-Congolais ont, du coup, signé leur deuxième sacre, après celui de 2009, remporté par 2-0 face aux Blacks Stars du Ghana, en Côte d’Ivoire. Désormais ils inspirent respect sur l’ensemble du continent. Si collectivement les Léopards ont été présents, mais, cette victoire a été œuvre d’un Elia Meschack, talentueux, décisif et adroit qui a dégouté le portier malien et a crucifié cette jeune équipe des Aigles. Alors que les Maliens avaient la possession du ballon, sans vraiment se montrer habiles face à Matampy Ley, dans son grand jour, Elia Meschack qui, presque contre le cours de jeu à la 29ème minute, a déposé le défenseur malien à la surface de réparation et d’un boulet de canon a ouvert le score pour les Léopards. De retour des vestiaires à la 62ème minute, le même Meschack revient à la charge. D’une belle passe en profondeur de Bangala, il réussit à dribler successivement le défenseur et le portier maliens pour signer un doublé et son quatrième but dans cette compétition. Ce but met ses coéquipiers davantage en confiance. Les Léopards se montrent insatiables. Dix minutes après, l’avant centre Bolingi reçoit une longue passe de Lomanisa et marque par une frappe aux abords de la surface de réparation. Il tue complètement le match. Elu pour la deuxième fois homme du match, Elia Meschack, désormais dans l’effectif de TP Mazembe, rafle tout ou presque: il est sacré meilleur buteur et meilleur joueur du CHAN Rwanda 2016. L’ex-joueur de Don Bosco a marqué les esprits au point que l’international Yannick Bolasie, attaquant RD-congolais de Crystal Palace, le considère comme Neymar RD-congolais.
De Kigali
Les Léopards signent une victoire nette, sans bavure, devant une jeune équipe malienne qui s’est montrée quelques fois désorganisée, maladroite et imprécise dans son jeu. Expérimentés et déterminés, les poulains de Florent Ibenge, hormis le faux pas face aux Camerounais, ont pris le dessus sur tous leurs adversaires pendant la compétition. Tout un symbole. Les Léopards ont remporté cette coupe au Rwanda, un voisin qui a souvent parrainé la plupart de rébellions à l’Est mettant en péril la paix. Plus significatif, Joël Kimwaki, le capitaine des Léopards, arborant, comme tous ses coéquipiers, un T-shirt à l’honneur de Luvumbu Héritier blessé aux ligaments à l’issue de la rencontre contre les Amavubi, a reçu la coupe des mains du président Paul Kagamé, dans un stade Amahoro dominé par les couleurs bleue, or et rouge du drapeau de la RD-Congo. Une belle revanche prise sur … le terrain sportif, à Kigali, en terre rwandaise. Une victoire aux accents politiques.
Pour arriver à ce sacre, les poulains de Florent Ibenge ont sorti en ¼ de finale les Rwandais, dominateurs trois semaines plus tôt, en amical à Gisenyi, 0-1. «J’avais dit à mes gars que nous allons jouer pour nous et pour tous ceux qui ne sont plus», avait déclaré Florent Ibenge à ses joueurs. Le coach faisait sans nul doute allusion aux nombreux massacres perpétrés par les soldats de l’Armée patriotique rwandaise sur le sol RD-congolais. Un message reçu 5/5. La troupe d’Ibenge a arraché la qualification à la 2ème période des prolongations, grâce à un but de la tête du défenseur Padou Bompunga. «Il était important pour nous de gagner ce match», ont reconnu les athlètes RD-congolais. En ½ finale, les Léopards ont été contraints à la séance des tirs aux buts par une équipe guinéenne presque indomptable. Les talents et l’adresse de Matampy avaient permis aux RD-Congolais de se défaire de Silly National de la Guinée, qui a terminé, 4ème de la compétition, après sa défaite, 1-2, en match de classement face aux Eléphants de la Côté d’Ivoire. Les RD-Congolais arrivent demain à Kinshasa.
Gautier IMBENI
Christian MUTOMBO
.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer