PolitiqueSociété

UA: le 27ème Sommet s’ouvre au Rwanda avec de nouveaux passeports électroniques africains

Le pays de mille collines, le Rwanda qui assume les fonctions de vice-président de la présidence tournante de l’Union africaine -UA, accueillera du 10 au 18 juillet prochain le 27ème Sommet de Chefs d’Etat et de gouvernement du continent africain, et ce en conformité avec la décision qui a été prise au 26ème Sommet organisé à Addis-Abeba. Comme les décideurs africains se sont résolus de garantir la libre circulation des personnes et de leurs biens entre les Etats-membres de l’UA, la détention d’un passeport électronique africain a été recommandée. Et pour la première, les participants au prochain sommet à Kigali sont autorisés à avoir ce nouveau passeport. Le go pour obtenir ce document de voyage a été donné depuis le Kenya. La nouvelle de la délivrance du passeport africain a été annoncée par la ministre kenyane des Affaires étrangères et du Commerce international, Amina Mohamed, à la faveur d’un point de presse organisé depuis le samedi 7 mai dernier à Nairobi, en marge de la 4ème Retraite du Conseil exécutif de l’UA. Cette annonce avait été bien accueillie et la responsable de la diplomatie kenyane en était fière quand elle a déclaré: «J’ai l’honneur de vous informer que conformément aux décisions prises lors du Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement, le processus de délivrance du passeport africain a commencé vendredi, afin de faciliter la libre circulation des Chefs d’État et des ministres au sein du continent». A cette fin, pour montrer la solidarité africaine légendaire et promouvoir la libre circulation des Africains, les Chefs d’État africains doivent avoir un passeport africain pour le prochain Sommet de l’Union africaine qui sera organisé à Kigali, au pays de mille collines, en juillet prochain. Selon Amina Mohamed, au cours dudit sommet, les ministres africains des Affaires étrangères qui ont commencé à remplir, depuis le Kenya, les formulaires quant à ce, auront les passeports africains. Il a été convenu que les titulaires du nouveau passeport électronique africain puissent recevoir un visa valable de 30 jours à leur arrivée dans tous les pays membres de l’UA. Lors du 26e Sommet de l’UA tenu du 21 au 31 janvier 2016 à Addis-Abeba sous le thème: «2016: Année des droits de l’Homme avec un accent sur les droits des femmes», les questions liées à la lutte contre le terrorisme; la recherche de la paix pour des pays membres, les cas du Burundi et du Soudan du Sud; la promotion des droits de l’Homme, en particulier ceux de femmes; l’opérationnalisation du premier plan décennal de l’agenda 2063; l’adoption de nouveau barème de contribution, ont été débattues. En rapport avec toutes ces différentes questions abordées au cours du sommet, le nouveau président de l’UA, le Président tchadien Idriss Déby Itno, à qui succédait au Zimbabwéen Robert Mugabe, avait appelé les Etats africains à prendre leurs responsabilités pour arrêter immédiatement des violences dans les zones de conflits. «Nous devons faire preuve de fermeté contre le terrorisme, autant pour les crises internes aux Etats, le dialogue doit être le maître mot. C’est le cas pour le Burundi, le Soudan du Sud où l’Union africaine doit poursuivre ses efforts pour que ces pays retrouvent rapidement le chemin de la paix», a annoncé le nouveau président de l’UA. Et de poursuivre: «nous ne pouvons plus tolérer que des milliers d’Africains meurent pour des luttes politiques. Nous allons suivre avec beaucoup de vigilance et d’attention le développement de la situation dans ces pays tout comme dans les autres se trouvant en difficulté. Nous allons, pour tout dire, être à l’écoute du continent et de son peuple pour tenter d’éteindre les foyers de tensions… Il y a une nécessité absolue de mener à son terme et dans les meilleurs délais, les réformes de nos structures et de notre méthodologie de travail. C’est de cette façon que nous rendrons l’UA efficace et proche des préoccupations des peuples africains». Le prochain sommet de l’UA se tiendra pendant qu’à l’Est de la RD-Congo des tueries de ses populations civiles sont perpétrées par les présumés rebelles ougandais des ADF et que le facilitateur Edem Kodjo tente à ramener les protagonistes RD-Congolais au dialogue national inclusif. Pendant ce temps, les problèmes du Burundi et Soudan du Sud ne sont pas encore résolus. A cela s’ajoutent également les attentats perpétrés par les islamistes de Boko Haram, un groupe des terroristes qui ont fait allégeance à l’Etat islamique -EI- dans certains pays d’Afrique de l’Ouest dont le Nigeria, le Niger, le Mali, le Burkina Faso et le Cameroun.
Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer