Politique

Tshibala: ambition et vision dans son budget

«Le pays doit être ambitieux et avoir une grande vision, une grande ambition… Le gouvernement travaille sur l’élaboration des mesures urgentes afin de relancer l’économie nationale», a déclaré le PM devant la représentation nationale
Le projet de Loi de finances exercice 2017 a été déclaré recevable, jeudi 1er juin 2017, par la plénière de l’Assemblée nationale. Avant son adoption, le Premier ministre, Bruno Tshibala, a répondu aux préoccupations soulevées la veille par les députés nationaux. Certains ont estimé que l’augmentation de 68,8% du Budget est surréaliste. A ceux-là, le chef du gouvernement a répondu: «ils n’ont pas tort, mais, le pays doit être ambitieux et avoir une grande vision, une grande ambition». Selon Tshibala, le gouvernement travaille sur l’élaboration des mesures urgentes afin de relancer l’économie nationale par l’élargissement de l’assiette fiscale, la relance de l’agriculture, la sanction et l’amélioration du climat des affaires. Ces mesures, a-t-il précisé, vont donner un impact positif à l’économie.
Concernant l’indexation des salaires, le chef du gouvernement a affirmé, sans démagogie, que les augmentations sont des prévisions. Pour ce qui est des infrastructures de base, le PM a rassuré les députés que le Budget 2018 allouera à chaque territoire du pays des fonds.
Un plan Marshall des activités connexes
Relevant l’importance de l’agriculture, le chef de l’Exécutif national, partageant les préoccupations des élus du peuple, a fait savoir: «une ligne de crédit est allouée à ce secteur dans le Budget 2017. Seulement, l’Etat seul ne peut tout faire».
Ainsi, Bruno Tshibala a annoncé la mise en place d’un plan Marshall des activités connexes. A l’en croire, USD 750 millions venant d’Afreximbank sont destinés à financer l’agriculture. «La RD-Congo a actuellement de l’argent destiné aux entrepreneurs privés en vue de financer les activités connexes», a indiqué le successeur de Lumumba non sans appeler les opérateurs économiques à soumettre des projets crédibles et bancables tout en présentant des garanties de remboursement. «Le gouvernement veut voir les parlementaires devenir des agriculteurs, pêcheurs, éleveurs…», a lancé le Premier ministre à l’endroit des élus du peuple avant de souligner que c’est une occasion historique et une chance extraordinaire.
Au terme de son discours, le Premier ministre a demandé aux députés de bien vouloir recevoir le projet de Loi des finances 2017, en affirmant qu’il s’agit d’une œuvre perfectible. Son vœu a été exaucé avant de se retirer du temple de la démocratie. La charge revient désormais à la commission ECOFIN qui va procéder à un examen approfondi du projet de loi de finances 2017. 7 jours, selon Aubin Minaku, président de l’Assemblée nationale, suffiront pour cet examen. Par la suite, ce projet sera envoyé au Sénat pour seconde lecture.
Tino MABADA

Articles similaires

Fermer
Fermer