Politique

Le MPR/Fait privé souscrit aux conclusions du dialogue interdiocésain

Le Mouvement populaire de la révolution/Fait privé a commémoré, lundi 09 janvier 2017, le 25ème anniversaire de sa création. Saisissant cette heureuse opportunité, les militantes et militants mobutistes ont, dans une déclaration rendue publique le même jour, donné leur quitus à l’Accord global signé le 31 décembre 2016 entre acteurs politiques et délégués de la Société civile RD-congolais sous l’égide des évêques catholiques. «Le MPR dont le fondement idéologique lui enseigné par son initiateur s’intègre dans la tryptique paix, unité et cohésion nationale, s’inscrit positivement aux conclusions du dialogue telles qu’arrêtées par la classe politique en communion avec les évêques de notre pays. La plate-forme républicaine de l’Opposition dont le MPR est membre actif et effectif, y a apposé sa signature», ont-ils soutenu.
Le 20 mai 1967, le Mouvement populaire de la révolution -MPR- a été porté sur les fonts baptismaux. A la lumière du vent de la perestroïka et de l’avènement du multipartisme au Zaïre, les anciens mobutistes ont tenu à innover au moment où tout le monde quittait le bateau qui prenait eau de toutes parts. Voilà comment, le 09 janvier 1991, ont-ils jeté leur dévolu sur la nouvelle appellation de MPR/Fait privé en vue d’établir une nette démarcation avec le MPR Parti-Etat tant décrié et pérenniser la vision politique de son créateur le Maréchal Mobutu Sese Seko. La commémoration de cet anniversaire a été placée sous le signe de la méditation et du recueillement. Dans l’attente du rapatriement de la dépouille mortelle du défunt Président inhumé loin de la terre de ses ancêtres au Maroc, les militantes et militants mobutistes du MPR/Fait privé ont donné de la voix quant au débat national en cours dans le pays en vue de la résolution pacifique de la crise politique.
Résolutions de la Saint Sylvestre porteuses d’importants atouts
Convaincus que les résolutions de la Saint Sylvestre sont porteuses d’importants atouts pouvant faciliter le rétablissement du calme, de la paix des cœurs, de la tranquillité des esprits, de la sérénité de l’âme, de la quiétude des consciences et de l’exaltation de la cohésion nationale, les sociétaires du MPR/Fait privé ont exprimé leur adhésion aux conclusions de l’Accord signé à l’issue des discussions directes du Centre interdiocésain sous l’égide de la Conférence épiscopale nationale du Congo -CENCO. «Le MPR dont le fondement idéologique lui enseigné par son initiateur s’intègre dans la tryptique paix, unité et cohésion nationale, s’inscrit positivement aux conclusions du dialogue telles qu’arrêtées par la classe politique en communion avec les évêques de notre pays. La plate-forme républicaine de l’Opposition dont le MPR est membre actif et effectif, y apposé sa signature», ont-ils soutenu. Ce parti estime que la paix retrouvée permettra au gouvernement de réaliser ce que recommandait l’initiateur du MPR, à savoir: subvenir aux besoins minima de la population étant donné que «chaque gouvernement sera jugé à sa capacité de nourrir son peuple».
Le MPR/Fait privé est opposé à tout schéma visant la modification de la Constitution. Pour ce parti, les articles 70 et 220 de la Constitution sont suffisamment clairs et ne prêtent à aucune confusion quant à une éventuelle velléité de révision constitutionnelle. La seule opportunité offerte est celle visant à rencontrer les attentes et souhaits du souverain primaire qu’est le peuple.
Adhésion à la formation politique de son choix
Pour revenir à la date du 09 janvier marquant sa création, le MPR/Fait privé a souligné qu’elle revêt un caractère important d’autant plus qu’elle se situe en droite ligne de la relance des activités politiques à travers le multipartisme prôné par le Maréchal Président Mobutu avec le principe de la liberté pour chaque citoyen d’adhérer à la formation politique de son choix.
De plus, Mobutu tenait à l’unité du pays, à la cohésion nationale et à l’intégrité du territoire comme à la prunelle de ses yeux. Voilà pourquoi, s’adressant aux étudiants au Palais du peuple alors qu’il portait encore le deuil de sa défunte épouse Mme Marie Antoinette Mobutu, le président-fondateur du MPR exprimera haut et fort sa pensée à travers le slogan: «Tata bo moko, mama bo moko, ekolo bo moko, parti bo moko, bokonzi bo moko!» c’est-à-dire un seul père, une seule mère, un seul Etat, un seul parti et un seul chef. Selon les Mobutistes, Mobutu conscient d’immenses potentialités dont regorgeait le pays sur les plans géologique, agricole, hydro-électrique et autres, a toujours, par l’entremise du MPR, encouragé la production nationale appuyée par le slogan: «Salongo alinga mosala!». Cet homme d’Etat a également œuvré pour les emplois, valorisé la personnalité de la femme en la faisant accéder aux fonctions de direction. Selon les sociétaires du MPR/Fait privé, le chantre de l’authenticité a globalisé la macro économie pour déboucher sur la micro-économie qui a servi de ferment au libéralisme exploité par les initiatives individuelles, créatrices des biens et services. Il a également instauré la classe moyenne avec des activités productives et inductives d’importants revenus à impact réel sur le pouvoir d’achat.
Guylain LUZAMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer