Mille mercis de Kimbuta à Kabila

0

Le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta
Le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta

Indubitablement, le succès militaire de l’Armée nationale revêt une importance particulière à Kinshasa, à l’Ouest du pays, ville qui a déjà barré la route aux rebelles de l’ex-RCD, les devanciers du M23, en août 1998. La capitale est devenue l’un des symboles forts de la résistance aux mouvements rebelles. Plus que du folklore, cette marée humaine témoigne que Kinshasa défie quiconque de prouver que ses habitants sont insensibles au martyre de leurs compatriotes du Nord-Kivu et aux efforts fournis par le chef de l’Etat, chef des armées et de la police  
 
Ces dernières années, on n’a jamais vu les rues de la capitale RD-congolaise bondées d’autant de monde comme le samedi 9 novembre. Répondant massivement à l’appel de leur gouverneur, André Kimbuta Yango, plus de 30.000 Kinois sont venus se réjouir d’appartenir à un pays nommé République Démocratique du Congo, d’avoir un Chef, Joseph Kabila Kabange, commandant suprême des FARDC, l’Armée nationale qui a défait, avec le précieux appui de la MONUSCO, les rebelles du M23 au Nord-Kivu. Les Kinois attendaient avec impatience ce grand jour. Et le samedi, ils n’ont pas boudé leur plaisir de descendre dans les rues pour dire, à la suite d’André Kimbuta, mille mercis à Kabila et aux vaillants soldats des FARDC.
C’est clair, la déroute de la rébellion pro-rwandaise revêt une importance particulière à Kinshasa, à l’Ouest du pays, ville qui a déjà barré la route aux insurgés de l’ex-RCD, les devanciers du M23, en août 1998. La capitale passe pour l’un des symboles forts de la résistance aux mouvements rebelles. Cette marée humaine qui a bravé la pluie est donc plus que du folklore. Elle fait passer un message fort, elle témoigne qu’avec Kimbuta, Kinshasa défie quiconque de prouver ses habitants sont insensibles au martyre de leurs compatriotes du Nord-Kivu. Pareille mobilisation prouve que Kinshasa est derrière Kabila et les FARDC et ses habitants largement favorables à la consolidation de la cohésion nationale devenue, particulièrement en ce moment, une question centrale, celle qui dépasse toutes les autres questions et les autres divergences. Tout le mérite revient au Gouv’. Il vient encore une fois de démontrer qu’il a la maitrise de la capitale.
Kimbuta a une fois de plus fait fort. Lui, le prophète qui a prédit il y a quelque temps la déconfiture du M23, n’a pas fini de surprendre. Il a mobilisé une impressionnante foule dans laquelle se sont retrouvés les Kinois de tous bords, bravant une pluie battante sur le boulevard Triomphal, afin d’affirmer tout  leur attachement aux FARDC et à leur commandant suprême, et exprimer leur sympathie aux populations du Nord-Kivu. Une marée humaine. Qui n’en connait pas la signification n’a qu’à revoir les images de cette marche de soutien aux Forces armées de la RD-Congo -FARDC- organisée le samedi 9 novembre 2013 par le gouvernement provincial de Kinshasa pour s’instruire! Kimbuta Yango a réussi le pari, pourtant peu évident, de mobiliser une fois encore, après sa démonstration de force à la Foire internationale de Kinshasa -FIKIN-, les Kinois de tous les bords et de toutes les couches socio-professionnelles afin, d’une part, de témoigner de leur gratitude aux vaillants soldats de l’armée régulière qui ont rendu sa fierté à toute un peuple en écrasant les forces négatives du M23. Et de l’autre, pour illustrer la solidarité de la ville de Kinshasa -qui a en son sein un échantillon de chacune des tribus que compte la RD-Congo- envers cette population du Nord-Kivu, principale victime des atrocités de la défunte rébellion pro rwandaise du M23.
Le coup de génie du Gouv’
En effet, lors de cette mobilisation monstre qui a eu pour point de départ le rond-point Victoire, l’on pouvait identifier dans cet océan de têtes humaines qui y a répondu présent des partisans des partis politiques tels que PPRD, MSR, AFDC, ARC, PALU, UDC, PA, etc., des agents municipaux des vingt-quatre communes, des agents de l’Administration publique, les entreprises publiques, notamment SONAS, FPI, OGREFREM, DGI, SCPT, … les confessions religieuses, des représentations des ministères, les universités et instituts supérieurs, … A n’en point douter, Kimbuta, affectueusement appelé le Haut sommet, est un grand mobilisateur. Une fois de plus, il a démontré sa capacité à drainer des foules pour la bonne cause. Tous ont répondu à son appel: des ministres dont Géneviève Inagosi du Genre et famille, et Robert Mbuinga, ministre des Affaires foncières.
Des députés et sénateurs, deux anciens gouverneurs de Kinshasa: Kimbembe Mazunga et Théophile Mbemba. Des chefs d’entreprises. Des cadres et militants des partis politiques, des agents et cadres de l’Administration publique, des représentants des confessions religieuses, des membres des  groupes associatifs et ONG ainsi que tant d’autres Kinois venus soutenir les FARDC étaient de la partie. C’était énorme. Une mobilisation de grande envergure. L’avenue Kasa-Vubu, dans son tronçon compris entre le rond-point victoire et le boulevard Triomphal a refusé du monde. On aurait dit un serpent humain aux couleurs arc-en-ciel de différents drapeaux des partis politiques et autres organisations gouvernementales et non gouvernementales dont les membres en liesse ont pris part à cette manif. En bon capitaine, Kimbuta a su motiver et mobiliser tous ses administrés.
Il n’y a pas que ça! Au-delà de ses réjouissances, Kimbuta a pensé aux familles de soldats aux fronts et aux blessés de guerre. A l’issue de la marche, il s’est rendu au Camp Kokolo avec un lot important de vivres et non vivres destinés aux blessés de guerre et aux familles de nos soldats engagés au front. On peut tout dire, Kimbuta a réussi un coup de génie. Les effets de la cohésion nationale sont palpables dans la capitale. L’engouement de la population kinoise à cette activité n’a de rivales que la prouesse et la dévotion à la patrie dont ont fait preuve les forces de sécurité RD-congolaises, et l’amour que Kinshasa porte à l’égard de la province sœur du Nord-Kivu.  «Il faut la paix pour que le pays se développe. Le chef de l’Etat, Joseph Kabila a la grande vision de transformer la RD-Congo.
Alors, nos ennemis, envieux de nos richesses ont fait souffrir nos frères de l’Est pendant dix-neuf mois», a déclaré Kimbuta avant de  lancer: «Lelo bitumba abuoo… pia!». Entendez: aujourd’hui la guerre est finie. Une fois de plus le Gouv’ a donné le ton. Après la messe organisée à l’intention des soldats au front, une idée relayée par bien d’autres provinces, Kimbuta a organisé une marche pour célébrer la victoire des FARDC. «Aujourd’hui, on a marché pour dire merci à Dieu pour la force et l’intelligence qu’il a données au Chef de l’Etat, commandant suprême des FARDC», a-t-il fait savoir.
Kin, symbole de résistance contre les mouvements rebelles 
On pouvait lire sur leurs banderoles, casquettes et T-shirts, «FARDC Eloko ya Makasi, Bravo les FARDC, vive les FARDC»,  de messages de soutien, de félicitations et de solidarité aux FARDC pour avoir mis en déroute les rebelles du M23, auteurs de plusieurs atrocités et crimes dans la partie Est de la RD-Congo. Des messages pour dire mille mercis au commandant suprême Joseph Kabila, celui qui a pu redonner aux FARDC leurs lettres de noblesse. Sans conteste, la victoire des FARDC sur le M23 revêt une importance particulière à Kinshasa, à l’Ouest du pays, ville qui a déjà barré la route aux rebelles de l’ex-RCD, issus de la même souche que le M23, en août 1998. La capitale est l’un des symboles forts de la résistance aux mouvements rebelles. Cette marée humaine qui a bravé la pluie est donc plus que du folklore. Elle témoigne qu’avec Kimbuta, Kinshasa défie quiconque de prouver ses habitants sont insensibles au martyre de leurs compatriotes du Nord-Kivu.
Hugo-Robert MABIALA
Guylain LUZAMBA 

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom